Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Du conflit à la communion

La revue Eglise d’Evreux n°56 – Janvier 2017

Tel est le titre d’un document écrit conjointement par Luthériens et Catholiques à l’occasion de la commémoration du 500ème anniversaire du mouvement de réforme initié par Luther en 1517. Que d’anciens adversaires qui se sont affrontés, souvent de manière sanglante pendant des siècles, soient parvenus à rédiger un tel texte relève du miracle. Cela doit donc nous faire signe dans un monde où il semble que les discours qui marchent dressent des populations contre d’autres et invitent à l’érection de murs. Pourtant le mouvement œcuménique fait moins recette et la cause de l’unité apparaît peu en tête de nos projets pastoraux : on le dit même moribond.
Qu’ont donc fait les ennemis d’hier ? À force de prières, d’apprivoisement, de redécouverte réciproque, de patients, très patients dialogues, ils ont réussi à relire et écrire ensemble leur histoire conflictuelle, à se dire sereinement non seulement ce qui les rapproche mais aussi ce qui fait encore leurs divergences et se sont engagés loyalement sur un chemin de conversion à une plus grande fidélité au Christ. Si on met cette démarche en regard avec bien des situations familiales, nationales ou internationales, on se dit que c’est à la fois prodigieux et inspirant : C’est prophétique.
Les Églises Chrétiennes d’Allemagne chargées de préparer la semaine de prière du 18 au 25 janvier ont vu dans ce processus une analogie avec la chute du mur de Berlin en 1989. Inimaginable quelques années plus tôt, à peine souhaité par les responsables, cet évènement a surpris tout le monde. Les croyants, militants et priants y ont pris une large part, donnant preuve de la puissance de l’Esprit dans l’histoire de l’humanité encore trop divisée.
Cette symbolique d’un mur qui se dresse à cause du péché et qui s’effondre par l’action de la Parole de Dieu vivant en nous sera reprise au cours de la célébration qui aura lieu au Bec Hellouin le samedi 21 janvier à 15h 30. Bien d’autre temps de prières seront organisés en famille, en groupe, en Eglise : nous le ferons puisque, nous l’avons vu, la prière est efficace. Il s’agira de nous livrer à « l’amour du Christ (qui) nous étreint à cette pensée qu’un seul est mort pour tous » (2 Co 5,14), et de nous laisser envoyer par Celui de qui « tout vient, qui nous a réconciliés avec Lui par le Christ et nous a confié le ministère de la réconciliation. Car de toute façon, c’était Dieu qui en Christ réconciliait le monde avec Lui-même » (2 Co 5,18-19).

Père Nicolas Le Bas
Vicaire épiscopal

La rubrique Anciens numéros

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r