Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe de la Cène du Seigneur du Père Julien PALCOUX

+

Cène du Seigneur

Frères et sœurs,

A partir de ce soir, le temps liturgique va épouser le temps réel. Nous allons revivre au jour le jour ce qu’a vécu Jésus et ce qu’ont vécu les disciples. Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant ce qui allait lui arriver, va instituer avant de mourir deux sacrements qu’Il confie à son Eglise : le sacrement de l’Eucharistie, qui ne prendra tout son sens que le lendemain lorsqu’il mourra et le sacrement de l’ordre. Ces deux sacrements sont intimement liés l’un à l’autre, et on ne peut les comprendre l’un sans l’autre.

Jésus n’était pas obligé d’instituer le sacrement de l’Eucharistie. Enlevez la Cène de la semaine sainte, cela ne change rien au mystère pascal. Jésus meurt le vendredi ; Il ressuscite le Dimanche, lendemain du Sabbat. Sa mission de Rédempteur est accomplie ; Dieu est vainqueur de la mort. Rien n’est changé dans notre foi. Or, ce n’est pas ce qui s’est passé. Jésus a choisi d’anticiper le don de sa vie sous les espèces du pain et du vin pour que son Eglise puisse perpétuer ce sacrifice. « Ma vie, nul ne la prend ; mais c’est moi qui la donne » dira Jésus. Même si le don de sa vie aura l’apparence d’un échec, Jésus se donne deux fois : d’abord sous les espèces eucharistiques du pain et du vin et le lendemain par son corps et son sang sur la croix. Le sacrement de l’Eucharistie ne peut pas être compris en dehors de la croix, du calvaire et en dehors de l’Amour de Dieu qui conduit et nourrit ce don. En instituant l’Eucharistie, Jésus se donne à son Eglise et lui fait confiance pour qu’elle accueille ce don comme un Trésor.

Alors ce soir, demandons-nous tout d’abord comment nous honorons ce don de l’Eucharistie. Comment sommes-nous fidèles à la messe où le prêtre actualise le sacrifice de Jésus ? Quel est notre rapport à l’Adoration du Saint Sacrement ? Quelle gratuité avons-nous dans notre prière ? Si nous croyons réellement que Jésus est présent dans la Sainte Hostie, c’est une offense faite à Dieu que de soupirer ou de râler parce que les messes sont trop longues ! Si nous croyons réellement que Jésus est présent dans la Sainte Hostie, vous voyez c’est en fait une question de foi et de charité, il est anormal qu’il y ait aussi peu de monde lors des Processions du Saint Sacrement ou lors des Saluts du Saint-Sacrement. On est capable de perdre du temps devant des cabinets de psychologues ou autres, mais on n’est pas présent quand l’Eglise nous invite à adorer le Saint Sacrement de la sorte. Pourtant quand Jésus parcourait les routes d’Israël, il y avait du monde qui le suivait. Comment honorons-nous ce don de l’Eucharistie ?

L’Evangile de ce jour nous révèle une caractéristique importante du sacrement de l’Eucharistie. St Jean, dans son Evangile, ne relate pas précisément l’Institution de l’Eucharistie, mais à la place, il rapporte l’épisode du lavement des pieds. Il donne une indication importante : « Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. » On ne peut pas comprendre l’Institution de l’Eucharistie sans entrer dans la logique de l’Amour. L’Amour conduit à se donner. C’est sa caractéristique principale, quelle que soit son expression (amour conjugal, filial, familial, fraternel, etc…) L’Eucharistie, autre forme du don de Jésus, est la plus haute manifestation ici-bas sur terre de l’Amour. Par conséquent, tous ceux qui fréquentent ce sacrement, en le recevant physiquement, spirituellement, en l’adorant, ont accès à la plus haute source de l’Amour qui se déverse sur le monde et dans nos vies. On comprend par exemple alors le lien très profond qu’il y a entre le mariage chrétien et l’Eucharistie. C’est le sacrement de l’Eucharistie reçu par les époux qui permet de nourrir et de fortifier l’amour conjugal. L’Eucharistie permet à nos dons d’être des dons d’amour. Il est urgent d’éduquer les fidèles, les enfants de nos familles, du catéchisme, à la messe comme le lieu où l’amour de Dieu se donne et peut être accueilli, plutôt que de parler de la messe comme d’une obligation. Si on ne comprend pas que l’Eucharistie et la messe sont des questions d’amour, on n’a rien compris.

Puisque l’Eucharistie découle du don de Jésus, l’Eucharistie donne tout son sens au célibat consacré des prêtres, des religieux et des religieuses. En fait, le célibat consacré, tant attaqué ou malmené aujourd’hui, ne peut se comprendre sans le rapport à l’Eucharistie. C’est là que le rapport entre l’Eucharistie et le Sacerdoce est fondamental. Jésus institue ces deux sacrements et ordonne celui de l’Ordre à Celui de l’Eucharistie : « Vous ferez cela en mémoire de moi. » dira-t-il à ses disciples. Cela veut dire qu’on ne peut pas penser le Sacerdoce en dehors du lien à l’Eucharistie.

Frères et sœurs, on peut attendre beaucoup de choses des prêtres, et dans ces temps de réforme on exprime beaucoup d’attentes par rapport aux prêtres : les prêtres devraient faire ceci, cela, plus ceci, moins cela ; mais on doit d’abord attendre qu’ils célèbrent les mystères pour lesquels ils ont été ordonnés. Sinon, le Sacerdoce n’a plus de sens ; les prêtres deviennent des fonctionnaires du culte ou des assistants sociaux ou encore des conseillers conjugaux. Ce n’est pas l’identité du profonde du prêtre. Si l’Eucharistie, Corps du Christ, construit l’Eglise, Corps du Christ, alors il faut des prêtres pour que vive l’Eglise. Et ce don du Sacerdoce est à implorer. Jésus l’a dit : « Priez le Père de la moisson pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Certains disent : « On n’est pas tous appelés à être prêtre, mais on est tous appelés à être des saints. » Certes. Mais Jésus dit : « Priez le maître de la moisson pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » C’est un fait que les paroisses qui ne prient pas pour les vocations n’en ont pas  tandis que celles qui prient pour en ont. C’est une intention que je vous invite à avoir cette nuit au cours de l’Adoration du St Sacrement. Demandons et implorons le rajeunissement du sacerdoce pour l’Eglise. Priez aussi pour les prêtres que vous connaissez pour qu’ils demeurent fidèles aux engagements qu’ils ont pris, pour ceux qui sont en difficulté. Priez pour nos séminaristes afin que leur vocation grandisse et s’épanouisse et pour tous ceux que le Seigneur appelle et qui rencontrent des résistances sur leur chemin ou qui ne sont pas soutenus. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r