Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe du 2ème dimanche de Carême du Père Julien PALCOUX

+

2ème Dimanche de Carême

Frères et sœurs,

 

            Le récit de la Transfiguration de Jésus n’est pas très simple à comprendre, tant il échappe à notre intelligence. Ce que nous pouvons en dire de très simple, c’est ceci :

  • C’est une expérience spirituelle, de prière. En fait, Jésus prie son Père sur la montagne et va rendre participants de sa prière 3 de ses disciples : Pierre, Jacques et Jean, les 3 mêmes qu’il reprendra au moment de son agonie au mont des Oliviers. Cet épisode de la vie de Jésus se situe entre son baptême et la Passion.
  • Cet épisode confirme sa divinité. Comme au moment du baptême, on retrouve presque mot pour mot la même Parole du Père : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » S’Il est le Fils, c’est que c’est le Père qui parle et par conséquent, c’est qu’Il est le Fils de Dieu.

 

Alors, je voudrais que nous regardions d’un peu plus près l’arrière-fond de cette scène de la vie de Jésus. La première lecture nous l’a rappelé : nous retrouvons en arrière-plan le sacrifice d’Isaac, qui se déroule aussi sur une montagne. Abraham, se faisant obéissant à Dieu, allait offrir son fils Isaac. La Transfiguration suggère que s’approche le moment où Jésus s’offrira sur une autre montagne le Golgotha.

Nous retrouvons Moïse sur le mont Sinaï qui recevait les tables de la Loi, et Moïse qui d’ailleurs, lorsqu’il descendait de la montagne avait un visage rayonnant d’une lumière que l’on ne pouvait soutenir. Moïse recevait les paroles de Vie et en était illuminé ! Jésus est la Parole de Vie et son être est transfiguré. D’ailleurs, nous retrouvons Moïse dans l’épisode de la Transfiguration, en train de parler avec Jésus.

Nous retrouvons l’épisode du baptême du Seigneur, déjà suggéré plus haut avec la même phrase : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » ; Cela signifie que la Transfiguration de Jésus s’inscrit dans la mission de Rédempteur ; et donc, en cela, la Transfiguration annonce la Passion et la Résurrection.

Mais surtout, il y a derrière, une allusion à la fête juive des tentes, cette fête de l’automne  que l’on appelle Soukkhot. Dans l’Evangile, Pierre dit bien à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie. » Les fêtes juives comportent toujours une triple dimension : elles proviennent de la célébration de la religion de la nature ; elles se transforment ensuite en souvenir de l’agir de Dieu dans l’histoire, pour devenir fête de l’espérance du Seigneur qui vient. Transposons : la fête des Tentes, avec son sacrifice de l’eau, permettait d’implorer la pluie nécessaire pour la terre desséchée et les récoltes à venir. Elle devient commémoration de la traversée du désert par Israël au cours de laquelle les Juifs habitaient sous des tentes (Soukkhot). Les tentes, cabanes, étaient le signe de la protection divine dans le désert, mais étaient aussi une préfiguration des tentes dans lesquelles les Justes habiteront à la fin des temps. Et nous arrivons à la dernière dimension de la fête des Tentes : fête de l’espérance du Messie qui vient.

Si donc, comme certains exégètes le pensent, l’épisode de la Transfiguration a lieu lors du dernier Jour de la fête des Tentes qui duraient une semaine, alors la signification est on ne peut plus claire : les réalités préfigurées par les rites de cette fête s’accomplissent en Jésus. Les Temps messianiques sont accomplis. Jésus est la tente sacrée dans laquelle Dieu habite. Ce que confirme la présence de la nuée qui renvoie à l’exode, au baptême de Jésus. Jésus est donc le Fils de Dieu qui accomplit sa mission de Serviteur Souffrant.

 

      Alors, laissons maintenant l’exégèse un peu technique pour nous arrêter sur le sens de cet épisode.  Il nous confirme que Jésus est Fils de Dieu, qu’Il est le Messie : oui ! Mais, il prépare les 3 disciples à la Passion qui va arriver. En fait, Jésus donne par anticipation la certitude qu’Il va habiter de sa divinité le tragique épisode qui va se dérouler. Pendant l’épisode de la Transfiguration, que voient Pierre, Jacques et Jean ? Jésus en train de parler avec Moïse et Elie. Moïse représente la Loi ; Elie, les prophètes. Or la Loi et les prophètes n’ont de sens que parce qu’ils préparent, qu’ils annoncent la Passion. « Ecoutez-le ! » C’est le message donné par le Père aux disciples ; autrement-dit : « Ne perdez pas de vue que Dieu va vivre ce qui va arriver ! Même si Dieu paraît absent, Il sera là ! » Mais Jésus n’invite pas seulement ses disciples à s’ouvrir à la présence de Dieu dans les évènements qui vont arriver ; Il annonce aussi sa Résurrection : « Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. » La Passion qui va se dérouler sera alors aussi source de Salut. Voilà pour les disciples qui n’ont rien compris sur le moment.

 

      Alors, pour nous maintenant. En se laissant transfiguré, Jésus transfigure notre humanité. On retrouve l’épisode du Baptême dans lequel Jésus, qui n’a aucun besoin d’être baptisé pour lui-même, baptisait en quelque sorte notre humanité. Là, Jésus transfigure notre humanité ; c’est-à-dire qu’Il nous révèle que nous sommes faits pour vivre en communion avec Dieu. La Transfiguration du Seigneur nous apprend aussi à chercher Dieu dans toutes les situations où Il nous paraît absent. Elle nous apprend à écouter Dieu et  à Lui obéir, même si nous ne saisissons pas, ou ne comprenons pas. Elle nous apprend aussi à regarder d’une manière nouvelle le mystère de l’Eucharistie qui est aussi un mystère de Transfiguration. Dans la Sainte Hostie aussi, Jésus est transfiguré. Et c’est avec les yeux de la foi que nous sommes invités à Le reconnaître dans sa divinité ! Et nous qui communions, ou bien spirituellement ou bien physiquement, nous nous laissons transformer au fur et à mesure par Jésus. Nous aussi, de jour en jour, de communion et communion, notre vie, notre être, nos réalités se laissent progressivement transfigurer par Dieu.

 

Au cours de cette messe, frères et sœurs, rendons grâce à Dieu pour son action en nous, et demandons-lui la grâce de la foi pour vivre paisiblement et dans la confiance ce qui nous échappe, pour savoir le chercher quand Il nous parait absent dans telle ou telle situation, personne. Et prions pour que notre paroisse continue à se laisser transfigurer par Dieu. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r