Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe du 5ème dimanche de Pâques du Père Julien PALCOUX

+

5èm dimanche de Pâques

Célébrations des professions de foi

Chers enfants,

 

Vous allez faire votre profession de foi. Qu’est-ce que cela veut dire ? cela veut dire que vous allez dire « oui » à votre baptême, au baptême que vos parents ont demandé pour vous. Vous allez dire, en faisant votre profession de foi, que vous souhaitez devenir chrétiens et vivre votre foi.

C’est cela la profession de foi. Cela n’est pas le ticket de sortie du catéchisme ; c’est au contraire le « oui » que vous venez dire à Dieu. Trop souvent malheureusement, la profession de foi est vue par les parents, par les familles, comme la fin de l’initiation chrétienne. Alors que si l’on réfléchit, c’est tout l’inverse. Vous venez dire oui à votre baptême. Et, quand on dit « oui » à Dieu, « oui » à son baptême, la cohérence c’est de continuer à pratiquer. C’est aussi simple et logique que cela. Je vais prendre une image très claire pour vous aider à comprendre si cela n’était pas suffisamment clair : c’est comme si un homme se mariait à l’église avec sa femme, et dès le lendemain, la quittait pour aller en voir une autre ! C’est incohérent ! Et si cela se passait comme cela, mieux vaudrait ne pas se marier à l’église. Eh bien, de la même manière, si après la profession de foi, vous envisagez d’abandonner la pratique de la vie chrétienne, mieux vaut ne pas faire sa profession de foi !

Alors, à quoi cela vous engage-t-il de faire votre profession de foi ?

Nous allons regarder la première lecture. Dans la première lecture, St Luc nous raconte que la communauté chrétienne s’accroît de manière importante ; beaucoup de juifs se convertissent à la foi chrétienne. Cette croissance de la communauté ne va pas sans quelques problèmes : les juifs et les païens se disputent, les frères de langue grecque se plaignant que leurs veuves sont délaissées…La toute jeune Eglise répond à ce problème en choisissant 7 hommes qui vont au service des tables : c’est l’origine de l’institution des diacres. Qu’est-ce que ce passage nous apprend ? Eh bien, que lorsque l’Eglise est dans une dynamique de croissance, premièrement, il y a des problèmes, des petites difficultés, qui font partie justement de cette dynamique de croissance, de cette « crise » de croissance ; et deuxièmement, que lorsqu’il y a des problèmes dans l’Eglise, l’Esprit-Saint sait souffler les réponses adéquates pour aider l’Eglise.

Votre profession de foi, chers enfants, s’inscrit, dans le fond, dans une dynamique de croissance. Dans la forme, c’est autre chose, et certes discutable ; mais, ce qui m’intéresse, c’est que dans le fond, vous vous inscrivez dans une dynamique de croissance ; car, on ne peut pas considérer que des enfants qui disent « oui » à leur baptême, soient le reflet d’une dynamique de décroissance.

            Pour vous aussi, l’incorporation dans la communauté chrétienne n’est pas sans difficultés ; à commencer au sein même de vos familles, où, alors qu’un certain nombre d’entre vous, auriez envie de pratiquer plus régulièrement, ce sont parfois vos familles qui freinent ou bloquent par exemple pour être plus réguliers à la messe du dimanche. En dehors de vos familles, dans notre société, on sait que les chrétiens, et notamment les catholiques, sont ceux dont on se moque le plus souvent et le plus facilement. On n’ose rien dire sur les autres religions, de peur d’être racistes ou antisémites. Mais, on ne se gêne pas pour les chrétiens. Alors, il est vrai que ce n’est pas facile pour vous d’être chrétiens à votre âge. Mais, là aussi, comme dans les actes des Apôtres, dans la première lecture, l’Esprit-Saint vient vous aider. Et comment cela ? en venant confirmer votre foi, en venant l’affermir face à toutes les difficultés que vous rencontrez et que nous rencontrons. L’Eglise vous propose le sacrement de la confirmation pour solidifier votre foi et pour faire de vous les disciples de Jésus dans le monde dans lequel vous vivez. Sans le sacrement de la confirmation, votre baptême n’est pas accompli, n’est pas achevé. Si l’on doit considérer qu’il y a une fin à l’initiation chrétienne, c’est par la confirmation, mais certainement pas par la profession de foi.

            Alors, que vous dire d’autre ? Que Jésus compte sur vous pour annoncer l’Evangile ! Bien souvent d’ailleurs, sans vous en rendre compte, vous évangélisez déjà vos parents, vos familles, par votre ouverture de cœur à Dieu. Jésus sera toujours là à vos côtés pour vous aider, vous guider, vous nourrir, pour que vous soyez vraiment heureux. Mais tout cela Jésus vous le donnera à la condition que vous gardiez votre cœur ouvert à Lui. Sinon, vous ne pouvez pas attendre que Dieu vous donne ce que vous ne permettez pas qu’Il vous donne.

Reprenez pour vous les paroles que prononce Pierre dans la deuxième lecture : c’est vraiment comme si c’était écrit pour vous : « Vous aussi, soyez les pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel. » Cela veut dire : vous êtes les pierres qui construisez l’Eglise. Il dit encore : « Ainsi donc, honneur à vous qui avez la foi, mais pour ceux qui refusent de croire, l’Ecriture dit : « La pierre éliminée par les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle, une pierre sur laquelle on bute, un rocher qui fait tomber. » »Autrement dit : heureux êtes-vous d’avoir la foi !

            Alors, chers enfants, rendons grâce à Dieu pour le don de la foi qu’Il vous a fait, et gardez dans votre cœur que Dieu compte sur vous et qu’Il a une mission pour chacun de vous ! Que la Vierge Marie veille sur vous et protège votre foi. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r