Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la Solennité de l’Annonciation du Père Julien PALCOUX

+

Solennité de l’Annonciation

Missus est Angelus Gabriel

Chers frères et sœurs,

Il y a de multiples manières de regarder cette belle scène si connue. Je vous propose ce matin d’entrer dans ce moment décisif de l’Histoire où le Ciel visite la terre en regardant la délicatesse de Dieu à l’œuvre. En fait, si Dieu est éminemment présent dans cette scène, Il est aussi éminemment discret et délicat.

Le texte évangélique dit littéralement : Fut envoyé l’Archange Gabriel par Dieu à une jeune fille…. La tournure passive met Dieu au second plan : Dieu s’efface. Il se met derrière. Et de plus, Il ne vient pas lui-même, mais envoie un ange. Certainement, ne veut-Il pas impressionner une jeune fille; Il se fait annoncer. Mais, Il a l’initiative dans toute cette scène. Il est même très présent. Très présent dans la plénitude de son être trinitaire. L’archange Gabriel évoque Dieu en tant que Père : «Le Seigneur est avec toi. (…) Tu as trouvé grâce auprès de Dieu. » Ici Marie apparaît comme l’Epouse du Père, comme celle qui offre son humanité au projet de Dieu.

Puis l’archange Gabriel évoque le Fils : «  Voici que tu vas concevoir et enfanter un Fils. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très –Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son Père. » Le Fils va prendre chair dans le sein de la Vierge; pour autant, cette relation intime entre Marie et Jésus, relation de toute mère avec son fils, est déjà précédée d’une relation intime entre la Vierge de Galilée et le Verbe de Dieu, la Parole de Dieu. Marie fréquente la Parole de Dieu ; elle la lit, la médite, s’en nourrit.

Enfin l’Esprit-Saint est évoqué lorsqu’il s’agira de concevoir l’Enfant en Marie : « L’Esprit-Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. »

Nous voyons bien à la fois combien Dieu est éminemment présent et à l’œuvre dans tout son être trinitaire et combien Il se fait discret et délicat afin de ne pas écraser. Il attend le consentement de Marie.

De l’autre côté, nous avons la disponibilité de Marie qui s’offre sans aucune résistance, sans aucune réserve, sans aucune ombre. Bien sûr, pourra-t-on dire, Marie a la grâce de l’Immaculée Conception. Cette grâce protège sa liberté ; cette dernière demeure intacte, totalement ouverte à Dieu sans aucune obstruction, même inconsciente à Dieu. Sa vie totalement ouverte à Dieu, Marie la passe dans la prière, dans la médiation de l’Ecriture. Nous voyons cette intimité qu’a la Vierge avec l’Ecriture lorsqu’elle répondra à la salutation de sa cousine Elisabeth et prononcera le cantique du Magnificat, qui est une reprise du cantique d’Anne, mère de Samuel, dans l’Ancien Testament. Marie nous apprend que pour être disponible à Dieu, il faut vivre et habiter le silence, méditer les Ecritures, prier. Par beaucoup d’aspects, frères et sœurs, notre monde aujourd’hui nous inquiète car nous vivons une décadence de notre société : corruption des mœurs, destruction de la famille, discrédit des hommes politiques : on va d’affaires en affaires. Marie nous invite, dans ce contexte bouillonnant, à adopter une vie calme, régulière, ouverte à Dieu, posée. Nous savons que Dieu se révèle dans le doux bruit d’une brise légère et non pas dans les évènements catastrophiques, tonitruants. Pour être pleinement ouvert à l’imprévu de Dieu, il faut vivre dans le calme et la paix. Là, nous serons disponibles à Dieu.

Ainsi Marie s’offre totalement à Dieu ; elle offre son humanité non marquée par le péché. Elle accepte de ne pas maîtriser, de faire confiance à Dieu et elle lui répond : « Que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Frères et sœurs, ce que Marie nous apprend, c’est qu’on est pleinement heureux en disant « oui » à Dieu. Il n’y a pas d’autre chemin de bonheur que celui-ci. Le problème aujourd’hui est qu’on n’écoute plus Dieu…alors il est difficile de Lui dire « oui ». Ou alors, nos « oui » sont tellement difficiles, avec de telles conditions, qu’ils ne sont plus que des « oui » de surface, mais plus des « oui » ouverts. Celui qui dit « oui » à Dieu pourra faire l’expérience de la puissance de la fécondité divine : « Rien n’est impossible à Dieu ». Il n’y a qu’une chose qui rende les choses impossibles à Dieu, c’est le fait que l’homme lui dise « non ». Dans cet acte d’offrande que nous sommes appelés à vivre, plus nous sommes sans péchés, plus ce que nous offrons à Dieu permettra de goûter la puissance de sa fécondité. C’est ce que Marie vient nous redire en cette belle fête où elle s’offre sans aucune réserve à Dieu.

En ce jour de fête, prions pour tous ceux qui n’arrivent pas à dire « oui » à Dieu ; pour tous ceux qui se protègent en mettant sans arrêt des réserves ou des restrictions à leurs réponses à Dieu ou à son Eglise. Confions-les à Marie. Prions également pour tous ceux qui disent « oui » à Dieu : puissent-ils devenir à leur tour, à l’image de l’Archange Gabriel, de véritables Annonciateurs de Dieu aux autres. Amen !

(lire plus)
⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r