Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe du 14 ème Dimanche du Temps Ordinaire du Père Julien PALCOUX

+

14 ème Dimanche du Temps Ordinaire

Frères et sœurs,

Avant d’entrer dans la réflexion quant à la question de l’appel à la suite du Seigneur et quant aux conditions d’exercices de la mission, un premier point s’impose pour préciser qui sont ces 72 disciples dont parle St Luc. Certains exégètes, encouragés par une certaine ecclésiologie « post Vatican II » ont émis l’idée que ces 72 correspondraient à des « laïcs » que Jésus enverrait en mission, de même qu’il y a un autre groupe, celui des 12 Apôtres, qui eux, correspondraient aux ministres (prêtres-évêques). Cette lecture a de juste que tous, ministres ou laïcs, sont appelés à évangéliser : c’est ce que l’on appelle le sacerdoce baptismal de tout chrétien. Heureusement que l’évangélisation ne repose pas que sur les prêtres, les religieux et les religieuses ! Ce qui est contestable dans cette lecture c’est l’intention ambigüe d’une revendication sous-jacente de l’administration des sacrements par les laïcs. Parce que vous remarquerez que Jésus donne des « pouvoirs » à ces 72 : « Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi. » dira-t-il à ses disciples.

Mais cette lecture n’est pas juste. Tout d’abord, il n’y a que chez St Luc que l’on trouve mention de cet autre groupe. En outre, les manuscrits ne sont pas clairs ; parfois on trouve 72, parfois 70. Or, 70 est un chiffre symbolique. Il désigne tout d‘abord la totalité du peuple d’Israël : le livre de l’Exode nous redit que 70 personnes accompagnaient Jacob lorsqu’il entra en Egypte. Puis, le chiffre va désigner la totalité des peuples de la terre. Ajoutons à cela qu’au III ème siècle avant Jésus-Christ, la Tradition nous rapporte que l’Ancien Testament a été traduit de l’hébreu en grec par 70 Sages, d’où l’appellation « Septante ». Ces données nous indiquent que la visée de St Luc est une visée universaliste : les disciples sont envoyés à la totalité des peuples de la terre, et non plus seulement aux fils d’Israël ; quant à la traduction de la Septante, elle va dans le même sens : l’ouverture de la foi d’Israël aux autres peuples. Qui sont alors ces 72 ? ou 70 ? Ce sont les disciples de Jésus, au même titre que les 12, qui reçoivent les mêmes pouvoirs ; mais St Luc insiste sur l’ouverture de la foi aux peuples païens.

Alors, passons maintenant à la question de la mission. Je ne reprendrai ici que quelques éléments de l’Evangile de-ci, de –là, ayant déjà eu l’occasion d’aborder ces sujets au cours de l’année pastorale. Tout d’abord la question de l’appel des disciples : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maitre de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. » Cette parole de Jésus nous rappelle qu’on ne choisit pas, qu’on ne recrute pas selon nos goûts, nos sensibilités, nos idéologies, nos désirs les ouvriers pour la moisson. On les reçoit de Dieu. C’est Dieu qui a l’initiative d’appeler qui Il veut, ou bien directement, ou bien de manière indirecte, c’est-à-dire en passant par des médiations ; mais ce n’est en aucun cas, les hommes ou les communautés qui se choisissent leur pasteur. Le fait de recevoir les ouvriers de Dieu est d’ailleurs ce qui garantit que l’Eglise est conduite par Dieu. C’est ici toute la différence entre le prêtre catholique et le pasteur protestant. Dans la tradition catholique le prêtre, appelé par Dieu, est reçu ; dans la tradition protestante, le pasteur est choisi par les siens.

Alors, oui il faut prier pour les vocations sacerdotales, pour les vocations religieuses. Non pas pour que Dieu appelle. Il le fait. Mais pour ses appels arrivent dans de la bonne terre, soient entendus et soutenus et non pas critiqués ou ridiculisés. Combien de vocations se sont perdues parce que pas soutenues ! Et quand malheureusement les familles ne portent pas ce souci, raison de plus pour que les paroisses prennent cela encore plus en charge. L’Eglise a besoin de prêtres, les gens ont besoin de prêtres ; mais n’oublions pas non plus que l’Eglise a besoin de religieux et de religieuses. Si la vie religieuse disparaissait de l’Eglise, ce serait une catastrophe, car alors c’est l’Evangile lui-même, dans la réalité de ses exigences, qui cesserait d’être présent dans le monde. C’est comme si nous n’avions plus d’oxygène.

Je m’arrête sur un autre point : « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. » Jésus évoque dans ses instructions la réalité des combats, des oppositions, des refus : « Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas reçus… » La mission de l’Eglise ne peut pas faire l’impasse sur les oppositions ; elles font partie du donné intrinsèque de la mission. Il n’est ni juste, ni sain, que l’Eglise, dans une recherche de séduction, de compromission ou de peur, taise ce qui la distingue des modes de pensées. Mais, retenons que Jésus, même dans le cas d’un refus, nous invite à être clairs dans notre annonce : « Pourtant, sachez-le : le règne de Dieu est tout proche. » engage-t-il à dire à ceux qui refusent d’accueillir l’Evangile.

Un dernier mot quant à la question des conditions « arides » de l’exercice de la mission : « N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales etc… » La pauvreté à laquelle Jésus invite ses disciples est la garantie que ses disciples ne chercheront pas leur profit, mais se consacreront d’abord à l’œuvre de Dieu. C’est la garantie aussi que l’œuvre qui s’accomplira sera celle de Dieu et non celles des hommes. La radicalité de la mission favorise la fécondité divine de la mission.

Frères et sœurs, rendons grâce au Seigneur pour les ouvriers qu’Il envoie à sa moisson ; prions pour ceux qui sont appelés. Et prions pour que l’Eglise n’ait jamais peur de présenter et d’offrir au monde l’Evangile, même si ce dernier est parfois en contresens avec nos manières de vivre et de penser. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r
H o r a i r e s   d e s   m e s s e s
I N F O