Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la Solennité de la Sainte Trinité du Père Julien PALCOUX

+

Solennité de la Sainte Trinité 2016

Frères et sœurs,

Cette belle fête de la Sainte Trinité achevait la regrettée Octave de la Pentecôte, qui nous permettait de développer pendant une Semaine le don de l’Esprit-Saint à l’Eglise et au monde. Dans l’Evangile que nous venons d’entendre, Jésus dit à ses disciples : « Quand Il viendra, Lui, l’Esprit de Vérité, Il vous guidera vers la Vérité toute entière. » C’est réellement ce qui s’est passé. Aujourd’hui, nous sommes habitués à parler de la Sainte Trinité, mais il a fallu du temps pour arriver à la formulation de ce dogme. C’est effectivement l’œuvre de l’Esprit qui a conduit l’Eglise à la formulation de cette vérité divine. On trouve peu de paroles trinitaires dans la bouche même de Jésus. Une des plus connues se trouve dans la finale de St Matthieu au chapitre 28 : «  Allez, de toutes les nations faîtes des disciples, baptisez-les an Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ». Là, il y a une parole explicite de Jésus. Pour le reste, nous avons des paroles de Jésus qui évoquent le Père, le Fils et qui promettent l’Esprit-Saint. Il faudra attendre le VIème siècle, avec le Concile de Constantinople II en 553 pour avoir une formulation du dogme de la Sainte Trinité.

Une des premières questions que nous pouvons nous poser est celle-ci : en quoi le mystère de la Sainte Trinité nous concerne-t-il, puisque c’est un mystère qui dit l’identité de Dieu ? Eh bien, le mystère de la Sainte Trinité nous concerne parce que notre être a été créé à l’image de Dieu. Or, si Dieu est trinitaire, nous portons au plus profond de nous-mêmes la trace de la Sainte Trinité. Cela a deux conséquences : la première, c‘est que nous sommes créés pour aimer et pour être aimé. L’amour qui est la substance même de Dieu, qui est le principe de vie de l’être humain, ne peut exister que parce qu’il y a plusieurs personnes en Dieu. Il n’y a pas d’amour vrai ni possible sans pluralité de personnes, sans altérité. La deuxième conséquence de cette marque trinitaire en nous est que nous sommes des êtres de relations. Nous avons besoin des autres pour recevoir la vie, pour devenir nous-mêmes et pour vivre. Personne ne peut vivre tout seul. Le caractère relationnel de l’être humain, le caractère sociable de l’homme vient de la marque trinitaire de Dieu en nous.

Tout être humain, quel qu’il soit, est marqué par le vestige de la Sainte Trinité. Mais, il y a plus. Par le baptême, notre être devient habité par la Sainte Trinité, non plus seulement marqué, mais habité. Voilà pour ce qui concerne notre être.

Maintenant, il y a aussi la question du devenir de notre être. Le mystère de la Sainte Trinité c’est notre avenir. Car de quoi allons-nous vivre quand nous serons morts et que nous quitterons cette terre ? Nous irons vers Dieu ! Nous verrons Dieu, comme dit St Jean. Nous verrons, nous vivrons de ce mystère d’Amour parfait qui est la Sainte Trinité même. Notre avenir, notre fin est dans le mystère de la Sainte Trinité. C’est pourquoi, frères et sœurs, ce mystère est très présent dans la liturgie : du signe de la croix que nous faisons lorsque nous commençons ou achevons une prière, en passant par la Confession de Foi qu’est le Credo qui repose sur le mystère de la Sainte Trinité, ou encore par la Prière Eucharistique qui est une prière éminemment trinitaire : elle s’adresse au Père, en offrant le Fils par l’Esprit-Saint. La messe commence par une invitation trinitaire et s’achève par la bénédiction trinitaire. Dans la prière de l’Eglise, le bréviaire autrement dit, tous les psaumes qui étaient la matière de la prière de Jésus, tous les psaumes s’achèvent par une doxologie : « Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit ». Si vous regardez bien, nous prions sans arrêt avec la Trinité. Là se joue notre préparation à la rencontre avec Dieu au terme de notre vie.

Alors, il y a une grande particularité dans cette fête liturgique d’aujourd’hui. C’est que d’habitude dans la liturgie, nous commémorons des évènements de Dieu dans notre histoire : l’Annonciation, la Naissance de Jésus, sa mort, sa Résurrection, son Ascension, le don de l’Esprit de Dieu à l’Eglise. Mais dans cette fête, rien de tel. Nous honorons, nous adorons seulement Dieu non pas pour ce qu’Il fait, mais pour ce qu’Il est. La fête de la Sainte Trinité est une fête « gratuite » pour Dieu en tant que Dieu, dans ce qu’Il est. Cette fête nous interroge sur notre propre gratuité dans notre relation à Dieu. Et là, frères et sœurs, il faut reconnaître que nous sommes souvent comme les marchands du Temple ; on marchande avec Dieu. On lui demande ceci, cela, on lui promet telle chose s’il nous arrive telle autre. On va le prier, mettre un cierge, demander une messe pour telle raison. Tout cela est bien certes. Quelle gratuité avons-nous pour Dieu lui-même, pour ce qu’Il est Lui-même ? Regardons dans notre prière, dans l’Adoration du St Sacrement par exemple : acceptons-nous d’adorer Dieu pour lui-même, non pour lui demander telle ou telle grâce ? Passons-nous faire une petite visite au St Sacrement dans les églises qui sont ouvertes ? Même si elle est courte. Sur la paroisse, nous avons 10 églises d’ouvertes tous les jours…Il pourrait y avoir plus de visites au Saint Sacrement ! Est-ce que nous sommes capables d’offrir notre prière, notre oraison, notre chapelet, notre communion, pour les personnes, les causes, les intentions que Dieu seul veut ? Est-ce que nous sommes capables d’attendre que la messe soit terminée pour partir ?

La gratuité envers Dieu, la gratuité de l’Amour, se construit aussi dans des offices comme les Vêpres Solennelles, les Salut du St Sacrement, les Processions. Là, on apprend à prendre le temps d’Adorer Dieu pour Lui-même. Mais là aussi, il pourrait y avoir plus de monde. On ne perd pas son temps, on ne vieillit pas auprès de Dieu, rassurez-vous ! au contraire on construit sa jeunesse éternelle. Dans les semaines qui viennent, nous aurons l’occasion de pratiquer cette gratuité de la prière : la fête du St Sacrement dimanche prochain (Procession, Vêpres, Salut), mais aussi les Solennités du Sacré-Cœur, de la St Jean-Baptiste, de la Saint-Pierre, St Paul. Puissions-nous être un peu plus nombreux à adorer Dieu !

Que cette fête de la Sainte Trinité nous appelle à une gratuité plus profonde et plus grande dans notre relation à Dieu. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r
H o r a i r e s   d e s   m e s s e s
I N F O