Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie messe de Consécration de la Paroisse à la Vierge Marie par le Père Julien PALCOUX

Consécration de la Paroisse à la Vierge Marie

Dimanche 12 Mai 2013

Frères et sœurs,

Maintenant que nous avons fêté l’Ascension de Notre Seigneur Jésus-Christ à la droite de Dieu, et maintenant que nous sommes dans l’attente de l’Esprit-Saint, la liturgie nous donne à entendre la prière jaillie du cœur de Jésus : « Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. » En fait, si nous y réfléchissons bien, ce n’est pas aussi fréquent que cela d’entrer dans la prière de Jésus. Nous sommes davantage habitués à prier Jésus ; à le supplier, à lui demander telle ou telle grâce. Mais, est-ce que nous pensons que Jésus prie pour nous ? et que d’ailleurs, c’est en quelque sorte sa mission pour nous depuis qu’IL est remonté au Ciel ?

Donc, nous entendons ce matin la prière de Jésus pour nous ; nous entrons dans le cœur de sa prière. Quelle est sa prière ? Il prie pour chacun de nous. Il prie pour tous ceux qui ne nous ont pas encore rejoints, tous ceux qui ne font pas encore parti de l’Eglise. Il prie pour notre unité ; pas seulement pour que nous nous respections, que nous évitions les conflits, mais pour que « notre unité soit parfaite » …Et enfin, Il prie pour que nous vivons dans l’Amour de Dieu. Telle est la prière de Jésus pour chacun de nous.

 

Alors ce matin, alors que nous allons officiellement consacrer notre paroisse à la Vierge Marie, la Mère de Dieu, nous pouvons nous demander quel lien y a –t-il entre les textes de la liturgie qui nous font entrer dans le cœur de la prière de Jésus et la démarche d’une consécration à la Vierge Marie ? Eh bien, la prière adressée à la Vierge Marie est une prière qui nous fait entrer dans l’intimité de la prière de Jésus. Marie n’a d’autre finalité, d’autre souhait que de nous faire entrer dans le cœur de son Fils. Qui d’autre, mieux que la Vierge Marie, connaît le cœur de son Fils ? A qui Jésus nous a –t-il confiés avant de quitter ce monde ? Nous savons tous très bien combien les dernières paroles de ceux qui vont quitter ce monde sont des paroles qui coutent et qui sont importantes. Avant de nous quitter, Jésus nous confie à sa Mère : « Femme, voici ton Fils ! » lui dit-il. Dès lors, la Vierge Marie est notre Mère de manière particulière. Et une Mère prend soin de ses enfants. C’est du reste ce que les derniers siècles passés nous ont montré à tous : la Vierge Marie, lorsqu’elle apparaît à Lourdes, à Fatima, à La Salette, et en bien d’autres endroits ailleurs, ne cesse de nous rappeler la fidélité à notre baptême et la fidélité à Dieu en nous invitant à la conversion. Elle accomplit son rôle de Mère.

C’est pourquoi, frères et sœurs, la prière à la Vierge Marie n’est jamais secondaire, ni superflue, ni à ranger dans la catégorie « piétiste ». Ceux qui pensent cela ne sont malheureusement pas entrés dans la profondeur de la dévotion mariale, et ils passent à côté de beaucoup…La prière à la Vierge Marie, et particulièrement la prière du chapelet et du Rosaire, est une prière essentiellement christocentrique, c’est-à-dire, tournée vers le Christ. La prière du chapelet comme celle du Rosaire concentrent tout l’Evangile en elles. Elles nous font entrer dans l’action de grâce de Marie, dans son Magnificat, dans son « oui » à l’œuvre de Dieu en elle. Que cette prière est actuelle ! Car combien de « non » disons-nous à Dieu tous les jours ! Non, à la messe régulière, non à la prière régulière, non au service de l’Eglise, elle-même Corps du Christ et Epouse du Christ !

La prière mariale nous apprend en outre à entrer dans la contemplation du visage de Jésus. La contemplation est le stade le plus haut dans la vie spirituelle, dans la vie de prière. C’est vers ce haut stade de la vie spirituelle que nous guident tous les grands mystiques : Ste Thérèse d’Avila, St Jean de la Croix, Ste Catherine de Sienne. Eh bien, d’une toute autre manière, avec la plus grande simplicité, la prière à Marie nous conduit à entrer dans la contemplation de Dieu. Et qui d’autre, mieux que Marie, peut nous apprendre à contempler Dieu ? Personne n’a à ce point contemplé le visage de Jésus que sa propre Mère ! Marie nous apprend aussi à poser des regards justes sur Dieu –et Dieu sait combien de regards faussés sont aujourd’hui posés sur Jésus ! Avec Marie, nous apprenons à faire confiance en l’œuvre de Dieu, même si elle nous paraît surprenante, même si nous ne la comprenons pas. Nous apprenons à nous abandonner à Dieu. Nous apprenons à lui poser des questions lorsque nous sommes désarçonnés : « Mon Fils, pourquoi nous as-tu fait cela ? » demandera Marie à Jésus lorsque celui-ci aura disparu ? Bien des fois, Marie nous apprendra à poser un regard douloureux sur Jésus, sur les situations de notre vie. D’autres fois, ce sera un regard glorieux comme au matin de la Résurrection.

C’est cela entrer dans la prière de Marie. En aucun cas, il ne s’agit d’en rester à une prière répétitive, comme si l’accumulation des mots était un gage en faveur de nos demandes. C’est pourquoi à l’occasion de cette consécration mariale que nous allons vivre, à l’occasion du mois de mai, mois consacré à la Vierge Marie, je vous invite à vous reposer la question de votre prière du chapelet, à vous reposer la question de la participation aux équipes de chapelet ou du rosaire sur la paroisse. Trop souvent malheureusement, les équipes de chapelet ou du Rosaire sont vus comme des groupes du 3èm ou 4èm âge…alors, je n’ai rien contre le 3èm ou 4èm âge, et heureusement qu’ils sont là…mais la prière du chapelet apporterait beaucoup aussi aux enfants, aux jeunes, aux familles qui bien souvent manquent de soutien dans leur vie chrétienne.

La prière du chapelet comme la prière du Rosaire est aussi la prière des pauvres, la prière des gens simples. Et c’est une des raisons pour laquelle elle est souvent si efficace. Nous avons aussi à retrouver aujourd’hui cette simplicité de la prière qui a fait de notre pays la « Fille aînée de l’Eglise ». Malheureusement, ces dernières décennies, toutes ces pratiques de prière ont été discréditées et parfois combattues  : superstition, piétisme, relent de traditionalisme…Et la foi a reculé ! 

Alors, pourquoi nous consacrer à la Vierge Marie ?

Tout d’abord parce que notre paroisse porte ce beau nom de « Notre Dame du pays de Verneuil » et qu’à ce titre, la Vierge Marie est la patronne principale de notre paroisse. Nous la rechoisissons aujourd’hui comme notre Mère, comme mous le dirons tout à l’heure dans la prière de consécration de St Louis Marie Grignon de Montfort. Nous lui confions nos familles, nos enfants, petits-enfants, nos malades, nos infirmes, tous ceux qui ont rejeté la foi qu’ils ont reçu au jour de leur baptême. Nous lui demandons qu’elle veille sur chacun de nous ; qu’en ces temps troublés de crise économique, sociale, d’identité, religieuse, elle nous apporte la lumière de foi nécessaire pour ne pas nous laisser manipuler, détruire. Nous lui demandons le don de la Paix qui vient de Dieu. Nous lui demandons le don de l’unité qui passe par l’acceptation et l’assomption des différences. Nous lui demandons la grâce de l’humilité pour apprendre à ne pas réduire l’Eglise à ma propre vision. Nous lui demandons la grâce d’aimer l’Eglise telle qu’elle est et non telle que je la rêve. Nous lui demandons de veiller sur notre paroisse, de nous protéger des attaques, qui parfois malheureusement viennent du dedans et non de l’extérieur. Nous lui demandons de veiller sur le dynamisme missionnaire de notre paroisse ; nous lui confions tous les jeunes en formation pour être prêtre. Nous lui confions nos religieuses, et de manière générale tous ceux qui habitent notre vaste paroisse, tous ceux qui oeuvrent à la vie sociale et politique sans oublier tous ceux qui travaillent à la sécurité et à la paix civile : je pense aux gendarmes et aux pompiers.

La prière à Marie s’est toujours trouvée sollicitée par l’Eglise lorsque cette dernière priait pour la paix et pour la famille. Dans ce monde difficile, la prière pour la paix est sans cesse à implorer : la paix dans les cœurs, dans les familles. Et la famille…la famille…combien est-il urgent aujourd’hui de prier pour la famille qui permet à la société de tenir debout, qui permet aux enfants de se structurer normalement. Et nous n’en prenons pas le chemin ! Et l’Eglise sera à nouveau aux côtés de ceux qui seront les premières victimes : les enfants ! de ceux qui sont instrumentalisés et manipulés par les désirs égoïstes de certains adultes. Puisse la Vierge Marie intercéder pour nous-mêmes, notre paroisse et pour notre pays. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r
H o r a i r e s   d e s   m e s s e s
I N F O