Messes du 2 au 8 mars 2020

Lundi 2 mars –  De la Férie

 >

Mardi 3 mars –  De la Férie

  Centre Bethléem à 16:00 – Patronage    
  Messe à l’église de Rugles à 18:30 
  Centre Bethléem à 20:30 – Groupe de prière du Renouveau

Mercredi 4 mars –  S. Casimir

  Centre Bethléem à 15;00 – Eveil de la foi
  EPHAD de Rugles à 16:30 – Chapelet pour les défunts  
  Messe à l’église de Bourth à 18:30  

Jeudi 5 mars –  De la Férie

Messe à l’église de Rugles à 18:30

Vendredi 6 mars – De la Férie

  Messe à l’EPHAD La Vannerie à 15:00
Doyenné de la Risle à 15:00 – Chemin de croix   
  Préparation au baptême à 18:30

Samedi 7 mars – Ste Perpétue et Ste Félicité, martyres 

Messe à l’église de Bourth à 09:00
  Messe anticipée à l’église de Rugles  à 18:30 – Préparation au baptême

Dimanche 8 mars – 2ème Dimanche de Carême

  Messe à l’église de Tillières à 9:30
  Eglise de la Madeleine à 10:30 – Répétition du groupe de chant
  Messe à l’église de la Madeleine à 11:00 

Messes du 24 février au 1 mars 2020

Lundi 24 février – De la Férie

  < 

Mardi 25 février –  De la Férie

  Centre Bethléem à 16:00 – Patronage
  Messe à l’église de Rugles à 18:30 
  Messe à l’église de la Madeleine à 19:00  

Mercredi 26 février – Mercredi des Cendres, jeûne et abstinence

  Messe à l’église de Rugles à 10:00
  Messe à l’église de la Madeleine à 19:00

Jeudi 27 février –  Jeudi après les cendres

  < 

Vendredi 28 février – Vendredi après les cendres

  Messe au Doyenné de la Risle à 15:00 – Onction des malades 

Samedi 29 février – Samedi après les cendres  

  Messe à l’église de la Madeleine à 09:00  
  Messe anticipée à l’église de Rugles à 18:30

Dimanche 1 mars – 1er Dimanche de Carême — Année A

  Messe à l’église de Mandres à 9:15 
  Eglise de la Madeleine à 10:30 – Répétition du groupe de chant
  Messe à l’église de la Madeleine à 11:00 – Anniversaire de la confrérie de charité – Foi et lumière

Vivre le Carême sur Internet

De plus en plus nombreuses,  chaque année, les retraites en ligne permettent à ceux qui n’ont pas la possibilité d’effectuer une retraite classique de bénéficier d’un accompagnement spirituel durant ce temps de conversion, de pénitence et de préparation à la fête de Pâques, qu’est le Carême.

Lire la suite

Homélie de la messe du 6ème dimanche du Temps Ordinaire du Père Jérôme PAYRE

Homélie 15 et 16 février 2020 6ème dimanche temps ordinaire

Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Dimanche dernier, Jésus nous disait comment Il nous voyait, qui nous sommes : sel de la terre, lumière du monde. Pas individuellement, mais comme Eglise, disciples de Jésus, rassemblés autour de Lui. Car sans Lui, nous ne pouvons rien faire (Jn 15,5). C’est un livre du pape François sur la mission. Ce soir, la communauté saint Germain se rassemble autour de son Seigneur. Approchons-nous de Jésus pour recevoir son enseignement, pour garder sa parole et porter du fruit. 1) Entrer dans le Royaume ! Jésus nous désire avec Lui. Il vient dans le monde pour nous arracher à Satan… Par le sacrement du baptême, par le sacrement de la renaissance, nous recevons du Seigneur Jésus l’Esprit saint qui nous donne une vie nouvelle, qui nous illumine. Oui, nous sommes sel de la terre et lumière du monde ! Etre baptisés, c’est revêtir le Christ. Tout nous est donné au baptême et à la confirmation pour ressembler à Jésus, pour faire sa volonté. Jésus vient accomplir, par-faire la Loi, perfectionner ses amis, ses disciples. N’attendons pas d’être sans défaut et prêts pour servir le Seigneur et son Eglise. Les Apôtres n’étaient pas prêts à recevoir l’appel de Jésus, à le suivre. Simplement, ils étaient disponibles, ils avaient un vrai désir que le monde soit beau, que l’amour soit vécu en vérité et non pas bafoué ou moqué… les disciples de Jésus reçoivent son enseignement, à travers la Parole, la liturgie, le saint Père. Désirons le Royaume. Père, que ton Règne vienne ! 2) Si votre justice ne dépasse pas ! Jésus nous invite à la démesure, comme Il l’a fait lui-même. Qui de nous comprendra l’amour de Jésus livrant sa vie dans l’Eucharistie et sur la Croix ? Voilà la logique de la foi ! Si le baptême et l’Esprit saint nous font vivre à la manière de Jésus, nous sentons une vraie résistance. Jésus nous met en garde. S’il demande d’arracher un oeil, de couper une main, c’est pour que nous comprenions que seul son Amour, son pardon peuvent guérir notre coeur, notre intelligence, notre corps. Mieux, Jésus nous indique le moyen d’entrer dans le Royaume. L’Esprit saint élargit notre jugement sur nous-mêmes, sur le Père de Jésus Christ et sur les autres. En refusant le meurtre, Jésus enseigne que l’insulte et la colère conduisent aussi à la mort dans une communauté. Que dire des rumeurs, des bavardages, des calomnies… ! En redisant que la fidélité dans le mariage est le reflet de l’amour personnel que Dieu nous porte, Jésus nous enseigne que notre corps est au service de la relation avec les autres. 3) Ouvrons notre coeur ! Demandons dans notre prière (et celle-ci sera exaucée) à l’Esprit saint d’imprimer en nous, de nous donner les sentiments de Jésus, quand Il priait son Père, quand Il rencontrait les personnes, quand Il guérissait les malades. L’Esprit saint nous aidera à dire oui/non, à vivre les services et engagements paroissiaux non comme un lieu de pouvoir ou de conflits, mais un lieu où nous apprenons à suivre Jésus jusqu’à la croix et à la résurrection et à annoncer la joie de l’Evangile. Nous avons besoin de tous pour cette belle mission. Ce soir, nous remercions spécialement nos sacristains, Jean Claude et Gérard. Comme sainte Bernadette, soyons disponibles pour servir, là où le Seigneur nous envoie, selon les besoins… et avec ste Bernadette, prions : « Ô Jésus, donnez-moi, je vous prie, le pain de l’humilité, le pain d’obéissance, le pain de charité, le pain de force pour rompre ma volonté et la fondre à la vôtre, le pain de la mortification intérieure, le pain de détachement des créatures, le pain de patience pour supporter les peines que mon coeur souffre. Ô Jésus, Vous me voulez crucifiée, fiat, le pain de ne voir que Vous seul en tout et toujours. Jésus, Marie, la Croix, je ne veux d’autres amis que ceux-là ! Ainsi soit-il. » (La « Prière d’une pauvre mendiante à Jésus » de Sainte Bernadette Soubirous)

Prière à saint Valentin, protecteur de ceux qui aiment

Et si nous profitions du 14 février, fête des amoureux, pour demander à saint Valentin de nous apprendre à aimer ?

Saint-Valentin,
Protecteur de ceux qui s’aiment,
Toi qui a vécu et annoncé,
au risque de ta vie,
le message de Paix de l’Evangile,
Toi qui, par le combat d’Amour du martyre,
as triomphé de toutes tes forces
de l’indifférence, de la haine et de la mort,
Ecoute notre prière :
Face aux déchirures et aux divisions du monde,
donne-nous de toujours nous aimer
sans aucun égoïsme
pour être, au milieu de tous,
de fidèles témoins de l’Amour de Dieu.
Accorde-nous de demeurer animés
d’un amour et d’une confiance capables
de nous faire surmonter
les obstacles de l’existence.
Nous t’en prions,
intercède pour nous auprès de Dieu
qui est la source même
de tout Amour et de toute Beauté
et qui vit et règne
pour les siècles des siècles.
Saint-Valentin, prie pour nous !
Amen

source

Homélie de la messe du 5ème dimanche du Temps Ordinaire du Père Jérôme PAYRE

Homélie 8 et 9 février 2020

Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde.
Jésus a choisi les Apôtres, il gravit la montagne et enseigne les Béatitudes. C’est son portrait et la boussole de la vie baptismale. Il est bon et beau que Jésus nous dise qui nous sommes, comment Il nous voit. Car Jésus regarde non pas ce que nous avons fait, mais ce que nous sommes capables de faire, de vivre, pour sa gloire, que les hommes rendent gloire à notre Père.
1) Vous êtes le sel de la terre…
Le sel a une double fonction : donner de la saveur et conserver. Donner de la saveur à la vie, c’est ce que le Saint Esprit a réalisé pour nous à notre baptême. Notre vie a été assaisonnée par le Christ. La foi de notre baptême rend joyeuses nos vies, colore nos décisions, oriente nos engagements. J’agis, je vis, désormais au nom de Jésus, pour la gloire de Dieu et le salut du monde.
Comme le sel conserve, ainsi la grâce de notre baptême nous garde fidèle dans un monde insipide, hostile. Chacun de nous prend soin de sa foi, la nourrit par la prière, les sacrements, la lecture méditée de la Parole de Dieu (lectio divina).
Etre le sel de la terre, c’est garder dans son coeur la présence de Jésus, unique sauveur des hommes. Le sel de la foi nous permet de répondre avec audace à l’appel que Jésus nous lance.
2) Vous êtes la lumière du monde
Nous ne pouvons briller, devenir lumières, être lumière, que parce que nous nous approchons de Jésus, lumière née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu.
Dans son prologue, saint Jean contemple le mystère du Christ ressuscité : la lumière est venue dans le monde et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Par sa mort et sa résurrection, Jésus a traversé les ténèbres de la mort. Il a détruit le péché à sa racine.
Au matin de Pâques, tout est lumière. Nous l’avons entendu dimanche : Jésus est la lumière qui éclaire les nations ! Croire, c’est voir avec les yeux de Jésus…se laisser embraser. Je suis la lumière du monde qui me suit ne marche pas dans les ténèbres (Jn 8). Il vient pour nous illuminer. Dans l’Evangile, Jésus guérit des aveugles. Il est le bon pasteur qui nous guide, nous conduit.
La foi regarde vers Jésus, elle regarde du point de vue de Jésus, avec ses yeux : elle est une participation à sa façon de voir (Lumen fidei, 29 juin 2013). Il attire à Lui car Il est Vivant. Il vit le Christ et il te veut vivant ! Oui, Chritus vivit et il nous attire et nous le rencontrons encore dans la sainte Eucharistie, mystère lumineux !
3) Un appel à la sainteté
Depuis notre baptême, Jésus nous offre une nouveauté de vie, alors que le monde propose autre chose, sans doute la facilité, être comme tout le monde, une parodie du bonheur ou de l’amour, voire l’illusion que la vie serait plus belle sans Dieu. Les Béatitudes que Jésus proclame le rappellent.
Jésus est exigeant avec ses disciples. Car il nous aime tellement, chacun. Pour le St Curé d’Ars, le Seigneur nous voit si grands ! C’est pour cela que Jésus dans son amour ose dire : vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde. Quelle identité ! quelle mission !
La foi, c’est décider d’être avec le Seigneur pour vivre avec lui (Porta fidei). Cela conduit à l’incompréhension de sa famille, ses amis. La dernière béatitude parle de persécution. Seul l’amour (Jésus) peut exiger autant, et seul celui qui se sait aimer de manière infinie par le Sauveur peut entendre l’exigence et répondre à cet appel.
Puisons dans l’Eucharistie, sacrement de l’amour, pour vivre cette sainteté que le monde attend et que Jésus désire pour nous. De même que le sel donne de la saveur aux aliments et que la lumière éclaire les ténèbres, de même la sainteté donne le sens plénier à la vie, qui est reflet de la gloire de Dieu. Combien de saints, même parmi les jeunes, compte l’histoire de l’Eglise. Car là où les saints passent, Dieu passe avec eux (saint Curé d’Ars). Désirons être saints en choisissant Jésus !

Paroisse : Onction des malades

Nous proposons aux personnes malades de la paroisse de recevoir ce sacrement lors des messes suivantes :

Vendredi 7 février à l’EPHAD La Vannerie à 15:00

Vendredi 14 février à l’EPHAD de Rugles à 15:00

Vendredi 21 février à l’EPHAD La Vernoline à 15:00

Vendredi 28 février au Doyenné de la Risle à 15:00

Pour recevoir l’onction des malades il vous suffit de le signaler avant la messe au Père Floribert ou auprès des Soeurs de Saint-Paul de Chartres

Homélie de la messe de la Présentation de Jésus au Temple du Père Jérôme PAYRE

Dimanche 1er et 2 février 2020 – Présentation de Jésus au Temple

“Poussé par l’Esprit Saint, Syméon vient à la rencontre de Jésus”.
Toute messe est une rencontre d’amour avec Jésus, lumière des nations, car la messe, c’est le Calvaire, c’est le sommet de l’Amour de Jésus qui se donne pour nous. “La joie de l’Évangile remplit le coeur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus” (EG §1). Voulons-nous rencontrer Jésus ? Voulons-nous vraiment laisser Jésus entrer dans notre vie ? Voulons-nous connaître la joie de l’Évangile, de l’amour transformant de Jésus ? L’Évangile raconte ces rencontres.
1 – Nous sommes 40 jours après Noël
Après la crèche, nous voici au Temple, lieu de la rencontre de Dieu pour Israël.
Syméon est guidé par l’Esprit Saint. Il sait que le Messie doit venir. Il est au Temple, il prie, et la lumière est donnée. Sa mission est accomplie, il voit le Sauveur. La rencontre avec Jésus produit joie et prière. Syméon bénit Dieu : Maintenant, Seigneur, tu peux laisser ton serviteur…
Pour connaître Jésus, le Fils de Dieu, Syméon nous indique trois moyens : prier, lire les Écritures, être fidèle à Dieu. Je connais ici des coeurs qui ont cette connaissance de Jésus, non par la théologie, mais parce qu’ils prient. Ils s’ouvrent à la lumière de Dieu. Ils se laissent guider par l’Esprit Saint. Ils aiment Jésus ! Goutons la joie de la rencontre avec Jésus !
2 – L’Eucharistie, mystère de lumière et rencontre avec Jésus
Le Jeudi Saint, Jésus institue l’Eucharistie, le sacrement de sa présence, de son amour, le sacrement de notre salut. Qu’est-ce que Jésus pouvait faire de plus pour nous ? Dans l’Eucharistie, il nous montre vraiment un amour qui va jusqu’au bout (Jn 13, 1), un amour qui ne connaît pas de mesure (EDE 11, St Jean-Paul II).
L’Eucharistie adorée et célébrée, c’est toujours le Ressuscité qui se livre pour que je donne ma vie, pour que je sois serviteur selon son amour, pour vivre selon ta Parole, Jésus !
Ton fils sera signe de contradictions, il provoquera la chute et le relèvement. Devant Jésus Lumière du monde, on peut se cacher, fuir, avoir peur ! Certains préfèrent les ténèbres, le mensonge. Judas trahit Jésus, Pierre renie le Seigneur, les disciples abandonnent Le Maitre. Jésus est rejeté par son peuple, condamné à mort. Pourtant, Jésus est le sauveur. Montre-moi la route, tu es lumière. Rencontrons Jésus dans l’Eucharistie. Le Seigneur nous remplit de sa joie. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement (EG 1).
3 – La fête des consacrés
St Jean-Paul II a institué le 2 février comme fête de la vie consacrée : religieux, vierges consacrées, ermites, membres des instituts… Le Seigneur comble son Eglise par des dons divers, chaque ordre reflète un aspect de l’Amour de notre Dieu (cf Trappe, Mondaye). Les consacrés sont le signe de ce choix d’amour de Jésus. Jésus attire à Lui ceux qui veulent connaître la joie de l’Évangile. Ils vivent un amour préférentiel pour Jésus venu nous combler de sa sainteté.
A travers les 3 voeux de pauvreté, obéissance et célibat, les consacrés sont des prophètes : en imitant Jésus pauvre, dans ce monde où posséder, tout avoir semble un but ; en aimant Jésus totalement jusqu’à renoncer à fonder une famille, dans ce monde où l’on joue ou défigure l’amour ; en suivant Jésus obéissant, dans un monde où dominer/écraser les autres est une loi fréquente.
Depuis notre baptême, l’Esprit saint nous guide et nous illumine. Discerner sa vocation (CV), découvrir ce que le Seigneur attend de nous se vit dans la prière, avec la Parole de Dieu, les sacrements, le soutien d’un père spirituel, témoin de l’action de l’Esprit Saint.
Comme Siméon, laissons-nous attirer par Jésus, venons à la rencontre de Jésus, car avec Jésus, la joie nait et renait toujours.
Reçois nos vies, nous voici devant toi, tu es tout pour moi ô Jésus !
Que la Vierge Marie et Saint Joseph prient pour nous, pour les jeunes, les éducateurs.

Dimanche 2 février : La Chandeleur, une fête de la lumière

Présentation du Seigneur, fête gourmande pour les uns, jour de processions autour de la lumière pour les autres, le 2 février, la Chandeleur est tout cela et bien plus !

A la Chandeleur, qui signifie « fête des chandelles », on bénit les cierges et l’on organise des processions…

C’est aussi l’occasion d’une pause gourmande au cœur de l’hiver !

En savoir +

Contact rapide

PAGES (en construction)