Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe du 4ème dimanche du Temps Ordinaire du Père Julien PALCOUX

+

4èm Dimanche Temps Ordinaire

Frères et sœurs,

 

En ce dimanche, nous allons accompagner Jésus dans le cœur de sa mission : Jésus enseigne et Jésus guérit. Vous avez déjà entendu beaucoup de choses sur l’enseignement de Jésus, sur ses miracles, ses guérisons ; aussi, vous proposerais-je de regarder cette question à travers le combat que Jésus inaugure avec le mal, avec le démon. Alors, nous allons prendre les choses dans l’ordre : nous allons regarder l’enseignement de Jésus ; puis son combat contre le mal et enfin le combat que l’Eglise mène contre le mal.

            L’enseignement de Jésus interroge ses auditeurs : « Voilà un enseignement nouveau proclamé avec autorité ! » diront-ils. La particularité de l’enseignement de Jésus vient de sa divinité, du fait qu’Il est le Fils de Dieu. Contrairement aux prophètes qui annonçaient la Parole de Dieu, Il est la Parole de Dieu. Contrairement aux scribes et aux pharisiens, Il délivre un enseignement qui est source de vie, qui fait grandir et non un enseignement qui charge les épaules, qui alourdit la vie. Son enseignement ne parle pas de Dieu ; il conduit à Dieu. Et à sa lumière, la vie prend un sens ; les épreuves aussi.

 

            L’enseignement de Jésus a une particularité, c’est qu’il attaque le mal ; il le provoque, le débusque et le combat. Voilà ce qu’un aucun autre enseignement humain ne peut réaliser.

            Dans l’Evangile, nous voyons en fait Jésus réaliser ni plus ni moins un exorcisme. Il va libérer un homme tourmenté par un esprit mauvais et lui rendre sa liberté. Cet acte de Jésus est le premier miracle rapporté dans l’Evangile selon St Marc. Ce n’est pas un hasard. St Marc tient à montrer que l’action de Jésus est orientée dans un seul but : attaquer l’empire du mal. Ce combat atteindra son apogée dans l’épisode de la Passion et de la Résurrection, où Dieu triomphera définitivement des forces du mal et des forces de mort.

            Je voudrais attirer votre attention sur la réaction de Jésus face à l’esprit mauvais : « Silence ! Sors de cet homme. » intimera Jésus. Jésus ne se laisse pas tromper par cet esprit mauvais qui confesse sa divinité, alors que ses contemporains sont loin de le reconnaitre comme Fils de Dieu : « Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu ! » L’esprit mauvais confesse la divinité de Jésus. Il cherche à le manipuler. Mais Jésus n’entre pas en dialogue avec le mal. Il met un terme à l’échange : « Silence ! »

 Frères et sœurs, le piège du démon consiste toujours à nous inciter à entrer en dialogue avec lui, comme Eve le faisait au début de la Bible. Mais, lorsque nous entrons en dialogue avec le démon, même avec de bonnes intentions, nous avons déjà perdu ! Car le démon est intelligent ; il nous connait, mieux que nous-mêmes et il sait par où il peut entrer en nous ; il sait par quelles failles il peut entrer dans notre cœur, quelle complicité il peut suggérer. Jésus nous apprend à ne pas répondre au Malin. Certes, nous l’entendons, et nous l’entendrons ; nous entendrons cette petite voix qui vient suggérer autre chose, qui vient susurrer une vision tronquée, pervertie à l’oreille de notre cœur. Mais, il ne faut pas lui répondre, et il faut savoir que nous avons la force, par notre liberté, de ne pas répondre alors que le démon agit en nous faisant croire que nous ne pouvons pas ne pas répondre, ou alors, plus ordinairement, en  nous faisant croire qu’il n’y a rien de mal à faire telle ou telle chose.

Et puis Jésus a la puissance, par sa Parole, d’exorciser le Mal, de le faire sortir. Alors, se pose à nous cette question : qui, aujourd’hui, peut fait sortir le mal, qui peut libérer du péché, du démon ? Eh bien , l’Eglise, qui continue à agir au Nom du Christ.

 

            L’Eglise est le corps, l’organe, qui continue le combat de Jésus contre l’empire du mal. A la suite de Jésus aussi, l’Eglise enseigne ! L’Eglise délivre un enseignement qui fait grandir, qui met en relation avec Jésus, qui permet de découvrir Dieu, lorsqu’elle est fidèle à sa mission d’enseignement. A la suite de Jésus aussi, l’Eglise administre les sacrements qui sont le toucher et la parole de Dieu à travers lesquels Dieu vient nous guérir. Par l’enseignement, par l’administration des sacrements, l’Eglise continue à attaquer l’empire du mal et du péché dans notre monde.

            Mais tout ceci vous explique une chose : c’est que l’Eglise est aussi attaquée par le mal, par le démon. Elle est attaquée de deux manières : extérieurement et intérieurement.

Extérieurement, c’est ce qui est le plus normal, je dirais. On y est habitué. L’actualité nous le rappelle régulièrement : par exemple, une laïcité intégriste qui cherche à faire croire que c’est l’Eglise aujourd’hui qui est un danger pour la démocratie ; des moqueries contre les ministres de l’Eglise (Charlie-Hebdo, qui semble être devenu le nouvel emblème de la France, n’est d’ailleurs pas en reste sur cette question…)

Mais le pire est bien dans les attaques intérieures. Lorsque l’Eglise se divise : les catholiques, les protestants, les Anglicans, les intégristes. Lorsque les paroisses se divisent sur des questions par exemple de liturgie, de pastorale. Lorsque des ministres de l’Eglise trahissent leurs engagements. Ces attaques du démon sont les pires parce que, étant intérieures, elles font beaucoup plus de mal, de dégâts et de victimes. Et allons plus loin…lorsque l’Eglise est fidèle à sa mission, lorsqu’elle fait du bon travail, alors elle est attaquée par le démon qui cherche à détruire.

            Frères et sœurs, ce qu’il faut garder en tête, c’est que le meilleur antidote contre les attaques du démon réside dans l’unité, dans la communion avec Dieu et les uns avec les autres. Parce qu’alors là, le Corps du Christ qu’est l’Eglise, est complet, et nous permettons à Jésus d’agir avec plus de puissance et plus de force. Et l’Eglise est puissante. Alors attaquée oui, mais par le Christ, elle triomphe déjà du Mal.

            Frères et sœurs, aimons  l’Eglise ; Restons dans l’Eglise. Construisons son unité ; renforçons notre communion. Et alors, nous aussi, nous participerons ensemble au combat que Jésus continue de mener contre le Mal. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r