Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe de la Sainte Trinité du Père Julien PALCOUX

+

Dimanche de la Sainte Trinité 2015

Frères et sœurs,

 

Au terme de ce qui était, avant le Concile Vatican II,  la clôture de l’octave de la Pentecôte, l’Eglise nous fait contempler le mystère de la Sainte Trinité, le mystère d’un Dieu unique qui existe en trois personnes d’égale divinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Il est assez rare dans la liturgie de contempler Dieu pour ce qu’Il est en lui-même. Nous sommes plus habitués à commémorer des évènements de la vie de Jésus ; mais la fête de la sainte Trinité nous fait adorer une réalité qui n’est pas un évènement : Dieu Trinitaire.

            Fêter la Sainte Trinité, c’est fêter l’essence même de Dieu ; c’est contempler ce que nous sommes au fond de nous-mêmes, étant créés à l’image de Dieu ; c’est fêter ce que le baptême a construit en nous. Nous avons tous été baptisés « au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. » Au-delà de la « marque de fabrique » que nous avons au plus profond de nous-mêmes, cette empreinte de la Trinité, nous sommes habités par les trois personnes de la Trinité par le sacrement du baptême. Fêter la sainte Trinité, c’est aussi regarder ce de quoi nous vivrons au terme de notre vie terrestre, puisque notre âme, en attendant la Résurrection de la chair, vivra de cette communion divine selon ce qu’elle aura préparé ici-bas sur terre.

 

Alors, si fêter la Sainte Trinité revient à adorer Dieu pour ce qu’Il est en lui-même, quelle incidence cela a-t-il pour nous-même hormis notre origine et notre fin ?

Tout d’abord, je dirais que le mystère de la Sainte Trinité permet non seulement à Dieu d’être une puissance d’Amour, mais encore, ce mystère permet à chacune des personnes de la Trinité d’être elle-même. Le Père n’est pas le Fils, et le Père et le Fils sont distincts de l’Esprit-Saint. Chacune des personnes de la Trinité est profondément distincte des autres ; et elles ne peuvent être elles-mêmes que parce qu’elles ne sont pas les autres. Mais nous aussi, nous devenons nous-mêmes grâce aux autres. Personne ne peut devenir lui-même tout seul. Tout d’abord, nous recevons la vie des autres. Puis, c’est au contact des autres, que nous nous façonnons, pour devenir celui ou celle que Dieu nous appelle à devenir. En réalité, Dieu nous façonne par et grâce aux autres. Nous avons besoin de l’altérité pour devenir nous-mêmes. Là, nous voyons bien que notre principe d’existence est lié au mystère trinitaire.

Dans ce travail qui consiste à devenir nous-mêmes, St Paul met en lumière le travail de l’Esprit-Saint qui nous fait entrer dans la filiation divine. Nous n’avons jamais fini de devenir fils de Dieu. Et c’est l’œuvre de l’Esprit que de nous faire toujours plus devenir « fils » de Dieu. En même temps que les autres façonnent notre identité et notre être, l’Esprit façonne notre être de « fils » ou « fille » de Dieu.

 

Il y a une deuxième incidence du mystère de la sainte Trinité sur nous-mêmes : c’est que nous ne pouvons devenir nous-mêmes dans notre individualité que parce que notre unité fondamentale est en Dieu. Les trois personnes de la Sainte Trinité peuvent être pleinement distinctes que parce qu’elles partagent la même nature, la même divinité. C’est le fondement de la même essence divine qui leur permet d’être distinctes sans risque de destruction. Très clairement, cela veut dire que nous ne pouvons être nous-mêmes, nous pouvons nous épanouir dans notre individualité que grâce à Dieu qui est le principe de toute unité et de tout fondement et qui permet toute vraie différence. Sans Dieu, la différence devient source d’oppositions, de conflits. Sans Dieu, l’unité devient factice, idéologique et fausse. D’ailleurs, elle ne tient pas. Sans Dieu, la véritable altérité ne peut pas exister.

Il y a ici, frères et sœurs, de quoi réfléchir et méditer sérieusement sur toutes les difficultés que nous rencontrons dans le « vivre ensemble » pour reprendre cette expression chère à nos politiques. Ce « vivre ensemble » est aujourd’hui de plus en plus difficile à vivre à mesure que le fondement chrétien de notre société est contesté. Mais c’est logique, puisque c’est Dieu qui permet l’unité profonde de toutes les différences existantes. Vous enlevez Dieu, vous enlevez le ciment de toute unité. Remettez Dieu dans les familles, dans les villages, dans les sociétés, et vous verrez que l’unité et les différences s’harmoniseront à nouveau. Tout en enlevant Dieu, on cherche à fonder l’unité de nos sociétés dans d’autres principes : notre humanité, ou encore la laïcité. Certes, oui. Mais, qui est derrière notre humanité qui fait qu’elle est commune à chacun d’entre nous ? C’est Dieu, le créateur ! Qui est derrière le principe de laïcité, la laïcité étant entendue comme une juste distinction des sphères temporelles (politiques) et spirituelles, et non comme une opposition aux religions ou encore comme une nouvelle religion ? C’est Jésus ! qui a dit : « Rendez à César ce qui est à césar et à Dieu ce qui est à Dieu ! » Là où Dieu existe, là où Il n’est pas combattu, les différences peuvent exister au-delà d’un socle commun qui serait ou idéologique ou politique.

Regardez l’Eglise par exemple. Trouvez-moi une autre institution composée d’êtres humains qui ait en elle-même autant de différences que l’Eglise Catholique…différences de langue, de culture, de sensibilités, de politiques, d’histoires…et l’Eglise tient ! Certes cela tiraille parfois, mais l’Eglise tient. Pourquoi ? parce qu’elle est habitée et voulue par Dieu !

Aujourd’hui, frères et sœurs, en ce jour où nous adorons Dieu dans le mystère de sa Sainte Trinité, rendons grâce au Seigneur pour la croissance qu’Il nous donne grâce aux personnes qui nous font devenir nous-mêmes et demandons lui la grâce d’une plus grande communion les uns avec les autres pour rendre toujours plus vraie et visible notre unité qui est et doit être à l’image de la sienne. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r
H o r a i r e s   d e s   m e s s e s
I N F O