Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe des Rogations du Père Julien PALCOUX

+

Messe des Rogations

Frères et Sœurs,

A travers cette messe des Rogations, l’Eglise implore la protection et la bénédiction de Dieu sur les cultures de l’année qui vient. La célébration des Rogations a vu le jour au Vème siècle, suite aux calamités publiques qui s’abattirent sur le diocèse de Vienne dans le Dauphiné. Saint Mamert établit alors une procession solennelle de pénitence les trois jours précédant l’Ascension. En 511, une prescription du concile d’Orléans répand cet usage dans toute la France. En 816, le Pape Léon III l’adopte pour Rome et pour toute l’Eglise. Traditionnellement, l’Eglise prie le lundi des Rogations pour les foins, le mardi pour les moissons et le mercredi pour les vendanges.

A travers cette messe, nous rendons tout d’abord grâce à Dieu pour la nourriture que son bonté nous procure. Les prières récentes de la liturgie de la messe, au moment de la présentation des dons, nous rappellent cette vérité : tout don vient de Dieu, même si ces dons passent à un moment donné par les mains de l’homme. Le prêtre en présentant le pain et vin dit : « Tu es béni Dieu de l’univers, toi qui nous donnes ce pain, fruit de la terre et du travail des hommes, il deviendra pour nous pain de la vie. »

Puis il dit pour le vin : « Tu es béni Dieu de l’univers, toi qui nous donnes ce vin, fruit de la vigne et du travail des hommes, il deviendra pour nous le vin de Royaume éternel. » Sachons aussi, lorsque nous passons à table rendre grâce au Seigneur pour la nourriture qu’Il nous donne.

Mais il y a, dans la célébration des Rogations, un deuxième aspect, figuré par la couleur violette utilisée pour la messe : l’Eglise implore le pardon de Dieu pour le péché de l’homme qui défigure et déstructure la création. L’Eglise enseigne en effet que le péché que commet l’homme a des conséquences sur la création. Aujourd’hui, nous sommes assez sensibles à cette réalité ; mais nous n’y sommes que partiellement.

Tout le monde s’accordera à dire qu’il faut sauver notre planète ; qu’il faut la préserver. Eh bien, commençons par respecter l’homme, par respecter et défendre la vie, par respecter la nature ! Mais toute la nature ! On voit par exemple se développer des mouvements qui défendent de plus en plus une agriculture biologique, qui dénoncent l’utilisation excessive d’engrais, de produits chimiques, quand dans le même temps, on favorise le développement de la contraception chimique, qui elle aussi, bouleverse l’ordre naturel. On se met en 4 pour défendre les droits de ceux qui sont différents, et dès qu’une pauvre petite vie donne quelques éléments d’inquiétude par rapport à un risque, même minime, d’handicap, on fait des pressions énormes pour mettre un terme à cette vie, interdisant du même coup la venue au jour d’un être différent.

Frères et sœurs, il ne faut pas être schizophrènes, ni avoir deux discours. Il faut être cohérent et droit dans ses convictions, même si notre monde ne l’est pas, ou si nos hommes politiques nous montrent le contraire.

Aujourd’hui, en célébrant les Rogations, nous implorons la bénédiction de Dieu sur tous ceux qui travaillent la terre pour nous en donner les fruits. Nous portons dans notre prière tous ceux qui souffrent de la famine, qui ne mangent pas à leur faim. Tous ceux qui vivent difficilement de leur profession, aujourd’hui bien souvent profondément transformée par les forces économiques et politiques.

Célébrer les Rogations c’est aussi nous remettre sous le regard de Dieu, sous sa Seigneurie, c’est reconnaître que tout est de Lui et que tout Lui appartient. Il y a une attitude profonde d’humilité qui consiste à nous remettre à notre juste place et à laisser à Dieu la sienne. Il y a aussi une attitude juste qui consiste à être fidèle envers Dieu tout au long de sa vie et non pas à se tourner vers Lui que lorsque nous sommes en situation de difficultés. Au cours du XIX ème siècle, la Vierge Marie apparaissait à deux petits cousins, bergers, à La Salette, leur demandant de transmettre ce message à une société alors à l’époque très agricole : « Ne travaillez pas le jour du Seigneur ; reposez-vous ; laissez reposer la terre et sanctifiez le jour de Dieu. » Puisse cet avertissement de Notre-Dame être entendu. Dieu bénira notre travail, nos récoltes, si nous sommes droits et intègres avec Lui. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r
H o r a i r e s   d e s   m e s s e s
I N F O