Site en reconstruction

Site en maintenance et réconstruction

Messes du 6 au 12 juillet 2020

Lundi 6 juillet – Ste Marie Goretti, vierge et martyre

Messe à l’église de la Madeleine à 18:30

Mardi 7 juillet – De la Férie

Messe à l’église de Rugles à 18:30

Mercredi 8 juillet – De la Férie

Pastorale de proximité – Visite dans l’une des familles à 18:00

Jeudi 9 juillet – S. Augustin Zhao Rong, prêtre, et ses comagnons, martyrs

Messe à l’église de la Madeleine à 18:30

Vendredi 10 juillet – De la Férie

Messe à l’église de la Madeleine à 9:00

Messe à l’EPHAD de Rugles à 15:00

Samedi 11 juillet – S. Benoît, abbé (Fête en Europe)

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 12 juillet – 15ème dimanche du Temps Ordinaire

Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

Messes du 29 juin au 5 juillet 2020

Lundi 29 juin – Saint Pierre et Saint Paul

Messe à l’église de la Madeleine à 18:30

Mardi 30 juin – Ss. Premiers martyrs de l’Eglise de Rome

Messe à l’église de Rugles à 18:30

Mercredi 1 juillet – De la Férie

<

Jeudi 2 juillet – De la Férie

Messe à l’église de la Madeleine à 18:30

Vendredi 3 juillet – Saint Thomas, apôtre

Messe à l’église de la Madeleine à 9:00

Samedi 4 juillet – Ste Élisabeth du Portugal

Messe à l’église de la Madeleine à 9:00

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 5 juillet – 14ème dimanche du Temps Ordinaire

Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

Nos familles – La Vidéo du Pape 7 – Juillet 2020

La famille a besoin d’être protégée.
Les dangers auxquels elle est confrontée sont nombreux : rythme de vie actuel, stress…

Les parents oublient parfois de jouer avec leurs enfants.
L’Eglise doit encourager les familles et être à leur côté afin qu’elles découvrent des chemins leur permettant de surmonter toutes ces difficultés.
Prions pour que les familles d’aujourd’hui soient accompagnées avec amour, respect et conseil. Et, de manière particulière, pour qu’elles soient protégées par les États.

Édito Vacances 2020

L’été : une occasion de partages variés…

Nous sommes encore marqués par l’épidémie de la COVID 19. Nous savons que nous devons demeurer vigilants. Le virus existe toujours. Cette période dramatique a toutefois permis de révéler des aspects porteurs d’espérance pour notre avenir commun. Cet été est l’occasion d’inscrire dans nos pratiques ces nouveaux modes de vie que nous appelons de nos vœux…Lire la suite

Bel été à vous !

+ Christian NOURRICHARD – Évêque d’Évreux

Homélie de la messe de Saint Pierre et Saint Paul du Père Jérôme PAYRE

Homélie 28 juin 2020 – Saints Pierre et saint Paul

Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ?
Aujourd’hui, avec Timothée qui fait sa première communion, nous nous approchons de Jésus pour affermir notre foi. La fête des Apôtres Pierre et Paul, nourrit notre foi en l’Eucharistie, les saints nous conduisent à Jésus. Avec toute l’Eglise, nous professons : Avec Toi, Jésus, notre vie n’est pas la même. A qui irions-nous Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle (Jn 6, 70) affirme Pierre après le discours de Jésus sur le Pain de vie, la sainte Eucharistie.

Homélie de la messe de Saint Pierre et Saint Paul du Père Jérôme PAYRE

Homélie 27 juin 2020 animation KATORIN – Notre DAME

De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche.
Notre richesse, c’est Jésus ! Notre foi repose sur la foi et l’amour de Pierre et de Paul, dont nous célébrons le martyre. Comme Pierre et Jean, nous n’avons pas d’autres moyens pour annoncer Jésus et servir l’Eglise que de reconnaitre que Dieu est le Maitre, Jésus le Seigneur et l’Esprit saint notre vie. Notre richesse, c’est l’amour que Jésus a pour nous, un amour qui bouleverse, qui fait confiance, qui guérit, qui fortifie : m’aimes-tu ?

Feuille de messe du 12ème dimanche du T.O.

Chers paroissiens,
en cette fête du sacré Coeur de Jésus, voici la feuille de messe pour ce samedi et dimanche. A télécharger ou à imprimer, je vous rappelle le port du masque et le gel qui sera disponible à l’entrée de l’église.

Regardons Celui que nous avons transpercé et adorons Celui qui nous a tant aimés !

Père Jérôme PAYRE

L’autre appel du 18 juin

En ce jour du 5e anniversaire de la publication de l’encyclique Laudato si’, il peut être bon de rendre grâce pour le chemin parcouru par ce texte mais aussi par chacun de nous. Malgré les inerties, les pandémies, les conflits, etc.

« Dieu qui nous appelle à un engagement généreux et à tout donner, nous offre les forces ainsi que la lumière dont nous avons besoin pour aller de l’avant. Au coeur de ce monde, le Seigneur de la vie qui nous aime tant, continue d’être présent. Il ne nous abandonne pas, il ne nous laisse pas seuls, parce qu’il s’est définitivement uni à notre terre, et son amour nous porte toujours à trouver de nouveaux chemins. Loué soit-Il !

(Enc. LS par. 245)

source

Laudato Si’

Jeudi 16 juillet : Journée pour les jeunes

Journée pour les jeunes de 11 à 18 ans du diocèse à la Basilique Notre Dame de la Couture à Bernay le jeudi 16 juillet 2020 de 9h30 à 17h !! Inscris toi auprès de ton responsable d’aumônerie, de ton animatrice en pastorale ou des responsables de ton mouvement !!

Programme

Homélie de la fête du Corps et du Sang du Christ du Père Jérôme PAYRE

Homélie fête du corps et du sang du Christ – 14 juin 2020 – Jubilé d’Argent

Celui qui me mange, vivra par moi.
Vivre de Jésus, vivre pour Jésus, c’est la sainteté (Vatican II et Gaudete et exusltate).
L’Eucharistie est donnée, célébrée pour devenir des saints. Nous sommes à Capharnaüm, au bord du lac de Galilée, là où Jésus a appelé ses disciples.
La fête du Saint Sacrement fait revivre le mystère du jeudi saint à la lumière de la résurrection.
La fête Dieu ravive notre foi en la présence vivante, lumineuse de Jésus dans l’Eucharistie, adorée, célébrée, reçue et vécue. Au Cénacle, le jeudi saint, Jésus se donne par amour dans l’Eucharistie et le sacerdoce. Célébrer un jubilé sacerdotal en cette solennité est une vraie grâce, un précieux soutien du Seigneur, une exigence, car l’Eucharistie contient tout le trésor de l’Eglise, le Christ Sauveur (Presb.ordinis 5).

Paroisse : Feuille de messe du dimanche de la fête du Corps et du Sang du Seigneur

Chers paroissiens,

Voici la feuille de messe pour ce dimanche les conditions sanitaires ne changent pas encore, nous n’imprimons pas les feuilles que tous peuvent toucher. Merci donc de venir avec votre feuille imprimée ou sur les téléphones, tablettes et ordinateurs ! pensez aussi à votre masque et au gel.
Belle fête du saint Sacrement 

Père Jérôme PAYRE

Vendredi 19, à 18 h 30, en la fête du Sacré Coeur, notre évêque célébrera à la cathédrale une messe pour les personnes décédés pendant le confinement.

Compassion pour le monde – La Vidéo du Pape 6 – Juin 2020

Là où il y a de la douleur, là où il y a de la souffrance, là où il y a des épreuves, le Cœur de Jésus est là. Personne n’est seul. Le message du pape François nous rappelle qu’il existe un chemin pour aider quiconque en a besoin. Un chemin pour se connecter avec le Cœur de Jésus, avec son style et ses gestes, et qui conduit à incarner dans la vie une mission de compassion pour le monde. Il nous exhorte à nous approcher de ce chemin du cœur car il est capable d’accueillir « tout le monde dans la révolution de la tendresse  

Vous pouvez découvrir son appel vidéo de ce mois et prier pour cette intention: pour que tous ceux qui souffrent trouvent des chemins de vie, en se laissant toucher par le Cœur de Jésus…Suite

Homélie de la Solennité de la Sainte Trinité du Père Jérôme PAYRE

Homélie Sainte Trinité 6 – 7 juin 2020

“Dieu a tellement aimé le monde”
Cette parole nous tourne vers Dieu, Père de toute miséricorde, source de toute sainteté. Dieu a tellement aimé le monde… spécialement l’homme établi au sommet de sa création. Dieu a tellement aimé le monde qu’il a envoyé son Fils, devant l’égarement de l’homme, sa résistance à recevoir Sa parole, Sa vie : ” C’est un peuple à la nuque raide” dit Moïse tout en intercédant pour Israël. Celui qui assouplit ce qui est raide (séquence Pentecôte), c’est l’Esprit Saint, Amour du Père et du Fils.
Père, Fils et Saint-Esprit, 3 personnes qui s’aiment et se donnent, qui s’aiment en se donnant et qui nous attirent dans leur communion d’amour et de joie.

+

25ème Dimanche du Temps Ordinaire

Frères et sœurs,

Voici une parabole qui reste hermétique si nous ne la comprenons pas bien. On peut en trouver la clé de lecture dans la première lecture que nous avons entendue : « Mes pensées ne sont pas vos pensées et mes chemins ne sont pas vos chemins » dit le Seigneur.

Le premier élément que je souhaiterais relever, c’est l’appel incessant du maître de la vigne. Le maître ne cesse d’appeler et d’embaucher. Au petit matin, à 9 heures, à midi, à 3 heures puis à 5 heures. Je reviendrai plus loin sur la nature du travail à la vigne et sur l’embauche. A travers ses sorties répétées et ses appels répétés, on voit que Dieu ne se satisfait pas que certains restent dehors, sans rien faire, que Dieu ne se satisfait pas que certains restent en dehors de la vigne. C’est un petit peu comme le maître de maison qui organise un repas et force presque tous les gens qu’il croise à entrer.

Alors, il y a plusieurs manières d’interpréter ces différentes sorties et surtout les heures de ces sorties. Tout d’abord, on peut y voir la patience de Dieu, sa charité parfaite, qui le pousse à appeler jusqu’au bout à la conversion. Il n’est jamais trop tard pour Dieu, souvenons-nous de cela. Il est, comme le dit une préface de la messe, « Maître des temps et de l’histoire. » Dieu patiente ; en fait, c’est nous qui le faisons attendre ; parce qu’on n’entend pas ses appels ou parce qu’on refuse ses appels ou encore parce que l’on fait passer autre chose avant.

On peut encore envisager des différentes heures comme les différents âges de la vie où nous rencontrons Dieu et où nous entrons dans le travail à la vigne. Ceux qui travaillent depuis le matin sont ceux qui ont été plongés dans la foi dès le plus jeune âge ; à 9 heures, cela peut être pendant l’adolescence, à midi, vers le milieu de sa vie ; à 3 heures, on peut dire à l’âge de la retraite et puis à 5 heures à la fin de sa vie. Cette parabole nous dit que sans cesse Dieu appelle et, si nous prenions conscience d’avoir manqué un de ses appels, alors Il repassera.

Maintenant, entrons dans le point chaud de cette parabole : la question du juste salaire. Vous remarquerez qu’au début le maître de la vigne se met d’accord sur le salaire d’une pièce d’argent et qu’après, il n’est plus question d’une pièce d’argent, mais de ce « qui est juste ». Alors si nous lisons cette parabole avec un regard exclusivement humain, nous trouvons en effet que le maître est injuste. Il ne tient pas compte de la pénibilité pour reprendre un terme à la mode chez nos hommes politiques. Mais ce n’est pas le sens de la parabole. Pour comprendre ce que Jésus veut dire, il faut éclaircir la question du travail à la vigne. Travailler à la vigne, ce n’est pas seulement travailler pour l’Eglise, ou pour la paroisse ou pour une institution religieuse, c’est aussi travailler à son Salut, au salut de nos frères et sœurs. C’est faire connaître la Bonne Nouvelle du Salut qui nous est offert. Dès lors, on comprend la parabole : heureux ceux qui travaillent à la vigne depuis le matin. Ils ont connaissance de cette grâce du salut auquel ils travaillent pour eux-mêmes, pour les autres. Cette connaissance illumine et transforme leur vie. Ils devraient en conséquence se réjouir que d’autres arrivent et prennent place. Et on comprend la promesse du maître de la vigne pour les embauchés qui viennent après : « ce qui est juste » c’est le don du salut.

Le ciel, c’est la récompense de tous ceux qui se donnent et qui travaillent à la vigne du Seigneur.

Malheureusement, l’Eglise n’est pas épargnée par l’intrusion de l’argent dans l’exercice de sa mission. Pour une part, elle en a besoin pour tous ceux qui ont donné leur vie les prêtres, les sœurs, pour la mission, pour ceux qui sont en difficulté, enfin tout cela vous le savez. Mais parfois, une mentalité de gestion d’entreprise est entrée dans l’Eglise, pervertissant le dynamisme missionnaire et la gratuité de cœur des ouvriers de la vigne. Un grand nombre de diocèses aujourd’hui déficitaires sont ceux qui ont embauché et employé des laïcs à tour de bras. La mission dans ces diocèses s’en est-elle trouvée mieux ? pas du tout ! Au contraire. Parce que ce que l’on a oublié, c’est que la fécondité de la mission est un don de Dieu qui agit à travers nos dispositions. Bien sûr, il peut y avoir et heureusement qu’il y a des gens rémunérés qui agissent avec cœur, mais l’ expérience montre que l’intrusion généralisée de l’argent en pastorale pervertit et dénature la gratuité. Ce qui fait la valeur et la beauté d’un engagement c’est la gratuité et l’amour qu’on y met, avec comme récompense, celle de travailler à son salut et à celui de nos frères et sœurs.

Pour tous ceux qui ont la chance de travailler à la vigne du Seigneur, même si parfois nous sommes fatigués, nous en avons marre, même si parfois il y a des tensions, des petites histoires, des conflits de personne, nous devrions d’abord nous réjouir d’avoir la chance de travailler à la vigne du Seigneur. Après, plus nous sommes, plus le travail peut être réparti, et donc plus léger. Il faut réellement se réjouir de l’arrivée de nouveaux ouvriers. Un des défis majeurs aujourd’hui pour l’Eglise dans des paroisses comme la nôtre est le renouvellement et le rajeunissement des équipes : non pas que l’on mette dehors les gens, pas du tout, tout le monde a sa place, mais il faut penser à préparer l’avenir. Ce que la parabole nous dit aussi, c’est que le maître de la vigne insiste pour que d’autres ouvriers s’engagent. Il sort, il appelle et il embauche. Il ne demande pas à ceux qui sont déjà là de tout faire. Il sort. Pour grandir, pour continuer à se développer, notre paroisse doit aussi sortir ; cela veut dire concrètement appeler des personnes nouvelles qui ne sont pas déjà au travail de la vigne. Sinon, nous allons nous épuiser et épuiser tout le monde. Vous savez : Jésus pour choisir ses apôtres a choisi des hommes qui ne faisaient pas forcément partie des foules qui le suivaient. Il a appelé des pécheurs qui travaillaient à côté. Je crois qu’il y a une véritable conversion du cœur et du regard à vivre ici au risque sinon de nous scléroser. Par ailleurs, la gratuité de nos engagements les uns les autres, rendra plus généreux et féconds nos liens entre nous.

Demandons la grâce au Seigneur de pouvoir être appelants, invitants, en reprenant conscience qu’il ne s’agit pas seulement de nous alléger du travail (même si c’est important), mais qu’il s’agit aussi et avant tout de travailler au Salut que l’Eglise nous offre. Amen.

Contact rapide

Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil

Communauté de Saint-Germain de Rugles 

Communauté de Verneuil sur Avre 

Communauté des Six Clochers – Bienheureuse Euphrasie Brard 

Centre paroissial BETHLEEM