Messes du 1 au 7 juin 2020

Lundi 1 juin – Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église

  <

Mardi 2 juin – S. Marcellin et S. Pierre, martyrs

  <

Mercredi 3 juin – S. Charles Lwanga et ses compagnons, martyrs

  <

Jeudi 4 juin– De la Férie

  < 

Vendredi 5 juin – S. Boniface, évêque et martyr

  <

Samedi 6 juin – S. Norbert, évêque

  Messe à Notre Dame de Verneuil à 18:30

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 7 juin – Sainte Trinité

  Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

Messes du 25 au 31 mai 2020

Lundi 25 mai – S. Bède le Vénérable, prêtre et docteur de l’Eglise ; S. Grégoire VII, pape ; Ste Marie-Madeleine de Pazzi, vierge

  <

Mardi 26 mai – S. Philippe Néri, prêtre

  <

Mercredi 27 mai – S. Augustin de Cantorbéry, prêtre

  <

Jeudi 28 mai – De la Férie

  < 

Vendredi 29 mai – De la Férie

  <

Samedi 23 mai – De la Férie

  Messe à Notre Dame de Verneuil à 18:30

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 24 mai – Pentecôte

  Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

Homélie de la Solennité de la Pentecôte du Père Jérôme PAYRE

Homélie Solennité de la Pentecôte – 30-31 mai 2020

“Viens Esprit Saint ! Emplis le coeur de tes fidèles ! Allume en eux le feu de ton Amour”.
Nous appelons l’Esprit Saint. Par son Esprit saint, Jésus renouvelle la vie des disciples de tous les temps à la Pentecôte, anniversaire liturgique de notre confirmation. “L’Église naît du feu de l’Amour et d’un incendie qui éclate à la Pentecôte (François, AG 19/06/2019). Ce Feu de Dieu brûle nos coeurs (prière), l’Eglise (sacrements), ce feu d’amour brûle ste Jeanne d’Arc (Jésus)…

Paroisse : Feuille de messe de la Pentecôte et consignes

Chers paroissiens,
dans l’attente de vous retrouver pour la plupart ce dimanche, je vous invite à trouver la feuille de chants de la messe et à bien relire les consignes.merci de votre aide, pour que le mystère de la Pentecôte que nous célébrerons samedi et dimanche soit source d’une vraie joie missionnaire.Viens Esprit saint, nous t’attendons !

Père Jérôme PAYRE

Paroisse de Verneuil. Le retour à l’église doit se faire masqué !

Avec la reprise des cérémonies religieuses, la paroisse de Verneuil s’est organisée pour recevoir ses fidèles dans le respect des règles sanitaires, comme de venir masqués.

La bonne nouvelle va réjouir les chrétiens privés de célébrations depuis le début de l’épidémie de Covid-19 : à partir de ce week-end des 30 et 31 mai 2020, ils vont pouvoir retourner à la messe. « Nous nous réjouissons de pouvoir célébrer la Pentecôte, de pouvoir adorer l’Esprit saint, architecte de l’Église. Fête qui, pour nous, sera comme un nouveau commencement », se félicite le père Jérôme Payre, curé de la paroisse Sainte-Marie du Pays de Verneuil (Eure).

Lire l’article

Le Réveil

Messe de la Pentecôte célébrée à 10h30 en direct par Mgr Nourrichard

Messe de la Pentecôte célébrée à 10h30 en direct par Mgr Nourrichard à la cathédrale et reprise officielle des messes en présence de fidèles selon les règles sanitaires dues à l’épidémie du coronavirus Covid-19.
Pour toutes les personnes, fragiles, malades ou qui ne peuvent se déplacer c’est à suivre sur :

Cliquez-ici

Solennité de la Pentecôte – Samedi 30 mai et dimanche 31 mai 2020

Nous nous réjouissons de pouvoir célébrer la Pentecôte, de pouvoir adorer l’Esprit saint, architecte de l’Eglise… Fête qui, pour nous sera comme un nouveau commencement.
Faisons une grande confiance à l’Esprit saint qui nous guidera dans cette période.
Les messes de cette si grande fête sont indiquées ci-dessous.
Pour toute la durée de la pandémie, au moins jusqu’en septembre, nous avons décidé, avec les membres de l’Equipe d’animation pastorale et les coordinateurs, avec le Père Floribert et notre diacre Pascal Richer, de n’utiliser pour les messes que les églises suivantes, à la fois pour des raisons pratiques de mise en place, de signalisation, de mobilisation possible des paroissiens pour servir aux entrées et dans les sacristies.
Les autres églises sont ouvertes pour la prière commune, l’adoration silencieuse, le chapelet…

Samedi 30 mai
18 h 30 Messe à Notre Dame de Verneuil
18 h 30 Messe à saint Germain de Rugles
Dimanche 31 mai
9 h 15 messe à Bourth
11 h Messe à la Madeleine

Quelques conditions indispensables
pour que l’on puisse célébrer dignement la sainte Eucharistie et respecter les conditions sanitaires.
L’entrée se fera par une seule porte 30 mn avant le début de la messe.
A ce jour, nous ne connaissons pas le nombre total de personnes pouvant entrer dans l’église, ni l’âge non plus des personnes. Je vous le communiquerai dans la semaine.
Pour entrer, il faudra que chacun arrive avec
son masque qu’il apportera
sa propre solution hydro-alcoolique, à utiliser dès l’entrée dans l’église
la feuille de chants commune qui sera envoyée dans la semaine par mail et disponible sur le site de la paroisse (et donc aussi sur le téléphone ou votre tablette).
o Vous comprendrez que nous ne pouvons pas acheter les quantités de gel nécessaire pour chacun. Il en faut déjà pour la sacristie, pour le déroulement de la messe, la désinfection.
o Nous ne contrôlerons pas la température, mais toute personne ayant de la fièvre (plus de 37, 5°) est invitée à ne pas venir.
Les groupes de chants ne sont pas autorisés à reprendre pour l’instant.
La distanciation physique sera respectée entre les chaises ou sur les bancs. Merci de ne pas déplacer les chaises… nous ne pourrons pas systématiquement les remettre.
Des consignes seront données lors des messes pour les lectures, pour la procession de communion (qui ne sera donnée que dans la main).
Tout à la joie de pouvoir nous retrouver et prier ensemble notre Dieu pour Le servir et annoncer avec force l’Evangile de Jésus, ces consignes restent complexes mais nécessaires pour que nous puissions célébrer dignement le Seigneur. Il nous faudra de la patience… qui est un des fruits de l’Esprit saint (Ga 5, 22).
Je tiens à remercier ceux qui ont proposé leur aide pour réaménager les églises pour samedi et dimanche, ceux qui se sont rendus disponibles pour l’accueil et le rangement…
Père Jérôme PAYRE

Solennite-de-la-Penteco-te

D’un seul coeur !

Chers paroissiens,
D’un seul coeur !
C’est le titre de la lettre que je vous ai adressée ces dernières semaines. Ce titre s’est imposé à moi devant la rapidité avec laquelle vous avez formé une chaine de prière, au cours du carême, puis dans la nuit du jeudi au vendredi saint. J’avais dans le coeur ce passage des Actes des Apôtres que nous avons entendu dans la 1ère lecture de ce dimanche. C’est l’attitude des Apôtres après l’Ascension de Jésus.
‘ Tous, d’un même coeur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères (Ac 1, 14)
Nous voyons dans ce passage 3 caractéristiques de la prière chrétienne…

Homélie du 7e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 7ème dimanche de Pâques – 23-24 mai 2020 – A

“Tous d’un seul coeur étaient assidus à la prière ” (Ac 1)
Prier… à la suite de Jésus qui prie son Père. Jésus prie à Gethsémani “Père que ta volonté soit faite”, sur la croix “En tes mains je remets mon esprit”, “Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font”. Cet Evangile après l’Ascension montre ce que Jésus fait à la droite du Père.

7ème dimanche de Pâques

Nous continuons à vivre notre prière du dimanche sans eucharistie.
Messe anticipée en direct de la cathédrale et célébrée par le Père Éric Ladon

En savoir +

Reprise du culte dans le diocèse d’Évreux suite au décret du 23 mai 2020

Chers confrères,

Comme vous le savez certainement, le Ministère de l’Intérieur a diffusé dans la nuit des recommandations générales en matière de lutte contre la pandémie de Covid-19 lors des cérémonies cultuelles.

Il en ressort qu’une reprise de ces cérémonies est possible, dans des conditions de sécurité sanitaires strictes. Nous nous réjouissons de cette ouverture, après la longue période que nous venons de traverser sans eucharistie !

Vous avez reçu ce mercredi 20 mai de notre évêque les recommandations du Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle, elles sont évidemment applicables. Elles impliquent manifestement un travail de discernement avec nos équipes, EAP en tout premier !

Lire la suite

Décret du 23 mai : reprise des messes et lignes directrices

La Conférence des évêques de France (CEF) se réjouit que le décret publié ce matin, samedi 23 mai 2020, par le Gouvernement, conformément à la sentence rendue par le Conseil d’État lundi dernier, 18 mai, redonne sa juste place à la liberté d’exercice des cultes ; les restrictions qui y sont apportées, comme à toute liberté fondamentale, devant être justifiées et proportionnées.

Ce décret est accompagné de lignes directrices (jointes au présent communiqué) qui confirment les dispositions qui avaient été proposées par la CEF dans le plan de déconfinement soumis aux pouvoirs publics.

Lire la suite

Décret du 23 mai concernant le culte.
Il est à noter que chaque évêque a la latitude de décider de la reprise du culte dans son diocèse soit dès ce soir, soit pour la Pentecôte comme le recommande le gouvernement.
Vous serez informé dès que possible de cette décision.

Dispositions pratiques pour les célébrations sous Covid-19

Lutter contre l‘épidémie de Coronavirus – dernières infos
Quelques nouveaux repères pour la vie liturgique des jours qui suivront et la reprise des cultes qui ne devrait plus tarder. Il faudra respecter certaines préconisations pour le bien de tous.
Patience : votre paroisse vous communiquera ses propres modalités et son organisation.
Pour en savoir plus cliquez ci-dessous

” Tout est lié”, le nouveau webzine de l’écologie intégrale.

En novembre 2019, l’Assemblée plénière des évêques de France revêtait un caractère inédit en plongeant dans une réflexion large sur l’écologie intégrale.
Le magazine en ligne se veut être un outil d’accompagnement de cet élan en participant à la réflexion, en dialoguant avec le monde, en mettant en lumière des actions.
Nous vous laissons découvrir
« toutestlie.catholique.fr » ⤵️⤵️
https://toutestlie.catholique.fr/

Réaction à l’ordonnance du Conseil d’Etat concernant l’interdiction du culte

La Conférence des évêques de France prend acte de l’ordonnance rendue par le juge des référés du Conseil d’État qui ordonne au Gouvernement de lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte et d’édicter à sa place des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires et appropriées en ce début de « déconfinement ».
Cette ordonnance va dans le sens de la lettre écrite par le Président de la Conférence des évêques de France, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, au Premier Ministre vendredi 15 mai. La Conférence des évêques de France attend donc maintenant la révision du décret du 11 mai que le Premier Ministre a huit jours pour opérer.
A partir de la révision de ce décret des célébrations seront possibles, respectant les règles sanitaires communiquées en réponse aux propositions faites par la Conférence des évêques de France.

Belle fête de l’Ascension…

Chers paroissiens,
Je prierai le Père, Il vous donnera un autre Défenseur (Jn 14).
En écoutant ce verset de l’Evangile, nous pouvons nous demander : de quoi ai-je besoin d’être défendu ?
De ce virus ? de la peur de me retrouver avec d’autres personnes ? de mon péché ? de Satan ?
La liste pourrait être très longue… et si nous lisons l’Evangile, nous voyons que l’Esprit saint est donné par Jésus pour nous rappeler ses Paroles, pour nous redire son Amour… nous avons besoin d’un Défenseur, pour ne pas oublier Dieu, ce Père plein de tendresse qui a envoyé son Fils unique. Et la prière régulière nous y aide…..

Chrétiens d’Orient

“Le christianisme vient du sud de la Méditerranée, les chrétiens d’Orient ne sont pas le produit de missionnaires ou des croisés, mais de la Pentecôte que nous allons bientôt célébrer. Les premiers chrétiens sont les chrétiens d’Orient. Il faut donc faire mémoire de ce lien, le rendre vivant, actif, car ce sont eux qui nous ont apporté la foi.”
Extrait du mot de Mgr Gollnisch, directeur de l’Oeuvre d’Orient, à propos de la Journée de prière pour les Chrétiens d’Orient

Homélie

+

23ème Dimanche du Temps Ordinaire

Frères et Sœurs,

Nous entendons une parole de Jésus bien dure, mais aussi bien édulcorée : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. » Je dis édulcorée car le texte latin comme le texte grec disent littéralement : « Si quelqu’un vient à moi sans haïr son père, sa mère etc… » Il est clair que Jésus cherche à marquer les esprits en employant ce terme. Et il est évident que Jésus ne nous demande pas d’haïr ou de ne pas aimer son père, sa mère, son frère, sa sœur. Ce serait contraire à l’Evangile, rassurez-vous ! Mais, que veut nous dire Jésus en disant les choses de cette façon ? La traduction française entre déjà dans l’interprétation en nous disant « préférer ».

Je crois que Jésus nous redit deux choses importantes. La première : Il nous demande de l’aimer en premier, avant les autres. Pourquoi ? Parce qu’Il est la source de tout amour et que c’est Lui qui nous apprend à aimer. Il nous invite à aimer comme Dieu. Regardons un peu dans nos vies : les personnes que nous aimons bien ; celles que nous avons plus de mal à aimer. Même par rapport aux personnes que nous aimons bien, nous ne les aimons pas forcément comme Dieu. Il arrive bien souvent que l’être humain aime à sa manière, mais pas toujours selon Dieu. Dieu, Lui, fait toujours progresser dans l’Amour ; à la condition de le suivre évidemment.

La deuxième chose : Il nous demande de ne pas le mettre de côté ; bien plus, Il nous demande de le choisir en premier et de le placer en premier. Très concrètement, Jésus nous invite à faire des choix dans lesquels Dieu passe en premier. On peut être chrétien, disciple de Jésus sans Le faire passer en premier, sans Le choisir. Or, Jésus s’adresse à ceux qui le suivent, donc à ceux qui sont ses disciples. Et c’est à eux qu’Il demande de le faire passer en premier. Frères et sœurs, à l’occasion de la rentrée scolaire, de la reprise des rythmes de vie, de la rentrée paroissiale, regardons quel temps, quelle place nous offrons à Dieu. N’attendons pas l’Avent ou le Carême pour nous pencher sur cette question. Profitons de la recomposition de nos rythmes de vie pour placer Dieu en premier. A ce sujet, je rappelle aux personnes habitant Verneuil qu’il y a tous les matins à l’église Notre-Dame du mardi au samedi une demi-heure d’oraison suivie de l’office des Laudes. De manière plus générale, regardons aussi lorsque nous avons des choix à faire, quelle disponibilité nous offrons à Dieu pour l’écouter.

« Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. » Cette parole de Jésus se trouve éclairée par une autre qui suit : « Celui d’entre vous qui ne renonce pas à tous ses biens, ne peut pas être mon disciple. » Détachement des personnes ; détachement des biens : Jésus nous invite à des renoncements. C’est le sens des petites paraboles que nous avons entendues : celle de la construction de la tour et celle de l’homme qui part en guerre. Par ces deux exemples, Jésus nous fait remarquer que nous avons du bon sens dans notre vie. Nous faisons preuve de réalisme, nous ordonnons nos moyens à la fin que nous recherchons. Nous calculons pour savoir si nous avons les moyens de mener un projet à son terme, et, si ce n’est pas le cas, nous sommes capables de changer notre fusil d’épaule et de nous raviser. Il y a un appel à utiliser notre intelligence, notre lucidité, notre bon sens pour les choses de la foi ; mais, je crois que la pointe est surtout qu’il faut être lucide sur les renoncements à faire pour être disciple de Jésus. Cela peut paraître exigent, surtout dans un contexte de concessions et de compromis tel que nous le connaissons dans la société actuelle, parce que nous ne reconnaissons pas notre fondement commun. Mais, c’est surtout du bon sens ! Quand un homme se marie et dit « oui » à une femme, cela implique qu’il dit « non » aux autres. Enfin, c’est comme ça dans le mariage chrétien, dans le mariage français. Nos « oui » sont à la mesure de nos « non ». Et lorsque l’on est chrétien, il y a des choses que l’on ne peut pas accepter ; ce n’est pas de l’intransigeance, c’est de la cohérence. Mais nous sommes dans un monde qui détruit sa cohérence.

Pour autant, frères et sœurs, il faut se réjouir de la jeunesse chrétienne qui arrive. Elle est vraiment signe d’espérance. Les enfants qui sont catéchisés, les jeunes étudiants, qui sont réellement chrétiens, personnellement, sont par nature obligés de s’affirmer dans une société où les identités sont diluées. Un jeune chrétien aujourd’hui qui ne s’affirme pas ne tiendra pas. Et cette génération, ceux qui tiennent, qui sont fidèles, prennent davantage la mesure des renoncements à intégrer dans leur vie en cohérence avec leur foi. Alors, ils ne sont pas toujours bien compris par les générations qui les précèdent. Ils sont rétros. En fait, pas du tout ; ils sont des jeunes de leur temps, qui grandissent dans une société difficile, mais ils seront les chrétiens solides de demain. Quel décalage entre cette génération et par exemple les parents venant demander un baptême à l’Eglise. Alors là, on est très loin d’une vision claire sur les renoncements à assumer en cohérence avec sa foi.

En ce dimanche, demandons-nous quels renoncements nous sommes appelés à vivre, dans nos relations, nos biens, nos occupations, pour que notre « oui » soit toujours plus un « oui » à Dieu.

Pour compléter cette réflexion sur les renoncements, il me semble important de préciser ceci. Les renoncements que nous sommes appelés à vivre ne sont pas des renoncements d’auto-mutilation, d’auto-flagellation ou de type masochiste. Ils sont en fait porteurs d’une fécondité divine. Là se situe la différence entre des renoncements portés dans et par la foi, qui sont porteurs de vie, et des renoncements égocentrés qui renferment sur soi. Ces renoncements sont féconds parce qu’habités par la puissance de la croix. Il en est ainsi du célibat consacré par exemple. Lorsqu’on parle de la fécondité de nos renoncements, on pense souvent à la croix ; au sens qu’on peut donner ou découvrir dans la souffrance. St Paul évoque dans la deuxième lecture un autre type de fécondité, en lien direct avec les renoncements auxquels Jésus invite : « son père, sa mère, son frère, ses sœurs. » St Paul fait l’expérience d’un autre type de relation humaine et spirituelle entre ceux qui partagent la même foi, au point qu’il écrira au sujet d’Onésime qu’il envoie à Philémon : « Je t’envoie Onésime, mon enfant à qui, en prison, j’ai donné la vie (…) ; c’est vraiment un frère bien-aimé pour moi ; il le sera encore plus pour toi aussi bien humainement que spirituellement. » St Paul fait l’expérience de la fécondité chrétienne des renoncements qu’il vit. Ce type de relation est ce qui constitue, devrait constituer, les relations internes au sein même de l’Eglise.

Frères et sœurs, dépoussiérons les images toutes faites, les caricatures liées aux renoncements chrétiens. Ils sont le gage et la force des « oui » que nous offrons à Dieu. Prions pour ceux qui peinent à dire « oui » à Dieu, pour ceux qui s’enlisent dans des compromissions de toute sorte et qui perdent leur liberté. Amen !

+

Contact rapide

PAGES (en construction)