Homélie de la messe de l’Épiphanie du Père Jérôme PAYRE

Homélie Épiphanie – 6 janvier 2019

« Nous sommes venus l’adorer » (Mt 2)
L’Épiphanie – « manifestation », nous fait regarder les Mages et les cadeaux qu’ils apportent à l’Enfant Jésus : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Alors qu’en Isaïe, les rois apportent seulement de l’or, de l’encens, les Mages apportent en plus de la myrrhe. Au-delà du peuple élu, la lumière du Christ a brillé et continue de se répandre dans notre vie (Ep). Ce matin, nous sommes venus adorer le Roi des Juifs, notre vrai Roi. Chaque dimanche est un triple pèlerinage.

(suite…)

Continuer la lecture Homélie de la messe de l’Épiphanie du Père Jérôme PAYRE

Homélie de la Solennité de l’Epiphanie du Père Julien PALCOUX

+

Solennité de l’Epiphanie 2018

Frères et Sœurs,

La belle fête de l’Epiphanie que nous vivons aujourd’hui se situe chez nous, dans l’Eglise Romaine, à la frontière entre le temps de Noël qui s’achève et le temps ordinaire qui va reprendre son cours.

Je voudrais vous donner quelques aspects historiques de cette solennité parce qu’ils nous permettront de goûter plus en profondeur tout ce que contient cette belle fête. Le premier élément que je vous souhaite vous donner c’est que l’Epiphanie est certainement la date où l’on fêtait à l’origine Noël. D’ailleurs, l’Eglise Orthodoxe a conservé la date de l’Epiphanie comme fête de la naissance de Jésus. Au IVème siècle, l’Eglise Romaine décale de quelques jours la fête de Noël pour la faire coïncider avec le solstice d’hiver, le 25 décembre, fête païenne appelée en latin la fête du Natalis invicti, la renaissance de Soleil. Par ce transfert, l’Eglise entend montrer que le Vrai Soleil, la Véritable Lumière est le Christ Jésus. (suite…)

Continuer la lecture Homélie de la Solennité de l’Epiphanie du Père Julien PALCOUX

Homélie de la Solennité de l’Épiphanie du Père Julien PALCOUX

+

Solennité de l’Epiphanie

Frères et Sœurs,

Le terme  signifie en grec apparition, manifestation. A la suite des bergers qui ont été les premiers adorateurs du Fils de Dieu, Jésus est manifesté comme le Roi du Monde, comme le Messie, comme Dieu aux yeux du monde païen, c’est-à-dire aux yeux des non-juifs.

La Solennité de l’Epiphanie nous redit que le Messie est venu pour sauver tout le monde et pas seulement un peuple, en l’occurrence, le peuple juif. Ce point concernant la question du salut nous distingue particulièrement du peuple juif. Car qui sont les Mages ? Ce sont des non juifs. On pense qu’ils étaient plutôt des prêtres, des sages, des savants issus du monde Perse. La question du salut offert en Jésus-Christ n’est pas à comprendre de manière restrictive. Rien n’empêche Dieu de préparer en même temps le peuple qu’Il a élu à accueillir son Fils et en même temps les nations païennes à accueillir le Sauveur. Il est d’ailleurs intéressant de garder en mémoire que le monde païen a été aussi préparé à l’accueil du Salut. On n’en parle moins et c’est dommage. Il y a d’une part toute la pensée philosophique grecque qui conduit progressivement les Sages et les peuples à la croyance en un Dieu unique, source de tout bien. Mais il y a aussi des prophéties dans le monde païen. J’en retiens deux parmi les plus connues. Il y a le fameux oracle de Balaam, le prophète païen, que la Bible évoque comme étant au service du Roi de Moab. Ce devin était réputé prononcer des oracles de chance et de malchance. On trouve ainsi dans sa bouche un oracle de bénédiction pour Israël : « Je le vois, mais non pour maintenant- je l’aperçois, mais non de près : un astre issu de Jacob devient chef, un sceptre se lève, issu d’Israël. » Nb 24, 17. (suite…)

Continuer la lecture Homélie de la Solennité de l’Épiphanie du Père Julien PALCOUX