Messes du 30 mars au 5 avril 2020

Lundi 30 mars – De la Férie

  <

Mardi 31 mars –  De la Férie

  <

Mercredi 1 avril –  De la Férie

  <

Jeudi 2 avril –  S. François de Paule, ermite

  < 

Vendredi 3 avril – De la Férie

  <

Samedi 4 avril – S. Isidore, évêque, docteur de l’Église, † 636

  <

Dimanche 5 avril – Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

  <

Je donne à la quête

Je donne au denier

Messes du 23 au 29 mars 2020

Lundi 23 mars – S. Turibio de Mogrovejo, évêque 

  <

Mardi 24 mars –  De la Férie

  <

Mercredi 25 mars –  Annonciation du Seigneur 

  <

Jeudi 26 mars –  De la Férie

  < 

Vendredi 27 mars – De la Férie

  <

Samedi 28 mars – De la Férie

  <

Dimanche 29 mars – 5ème Dimanche de Carême  

  <

Je donne à la quête

Dimanche 5 avril : Fête des Rameaux

Durant cette période de confinement et de pandémie du coronavirus Covid-19 , il n’y aura pas de messe des Rameaux public, ni procession et bénédiction

Messe des Rameaux par Mgr Christian Nourrichard à 10h30
En direct sur la chaîne Youtube du diocèse ►cliquer ici

►Lectures de la célébration

France 2 – Le Jour du Seigneur – Messe à 10:45

Note pastorale au sujet des célébrations de la Semaine Sainte 2020

Le contexte épidémique et les dispositifs de confinement des personnes ont des conséquences importantes sur l’ensemble des célébrations de la Semaine Sainte et particulièrement du Triduum pascal. Autrement dit, en dehors des communautés religieuses ou monastiques, la majorité des prêtres célébreront ces offices en tout petit comité voire seul.

Pour télécharger la note pastorale  ► cliquer ici

Pour lire le note pastorale ► cliquer ici

Coronavirus : Ni baptême, ni mariage, ni messe, le covid-19 bouleverse la religion dans l’Orne et dans l’Eure

Face à la crise sanitaire sans précédent, les paroissiens de l’Église catholique dans l’Eure et Orne, doivent s’adapter aux bouleversements, aux interdictions et aux annulations.

La crise sanitaire du coronavirus paralyse également le monde religieux. « Nous vivons au jour le jour en essayant de nous adapter à la situation grave qui se passe en France, explique Thérèse Corbin, chrétienne, membre de la paroisse Sainte-Marie du Pays de Verneuil dont dépend la communauté Saint-Germain de Rugles (Eure). Pour cela, nous suivons les consignes et directives du diocèse d’Évreux ».

Lire la suite

Le Réveil

Homélie du 5ème dimanche de Carême du Père Jérôme PAYRE

Dimanche 28-29 mars 2020 – 5e Dimanche de Carême A

“Le Maître est là, il t’appelle !” (Jn 11).
C’est le dernier signe de Jésus, avant sa propre résurrection. Elle est le sommet de la
révélation de l’amour et de la fidélité de Dieu à son Alliance : “Je vais ouvrir vos tombeaux, et
j’en ferai sortir…” (Ez 37). En ce temps de confinement, laissons le Seigneur venir à nous et
ouvrons-lui notre coeur, notre vie, nos projets….

Survint une violente tempête (Mc 4), mais Il est ressuscité et Il vit à nos côtés.

Chers paroissiens,

Plusieurs d’entre vous auront pris le temps de prier avec le Saint Père hier en direct ou en différé…Cette prière, simple, sobre et remplie d’émotion nous apporte cette paix que le monde désire.Je vous livre le texte de l’homélie prononcée par le saint Père hier soir; je me suis permis de mettre en relief certains aspects, vous en découvrirez les codes !
Devant un si beau texte, devant une prière si intense pour notre monde, je n’ose pas en faire plus pour ce dimanche, où nous serons au tombeau de Lazare, avec ces 3 paroles : Le Maitre est là, Il t’attend ; Viens dehors !

Je vous laisse avec ces quelques perles de cette homélie : Jésus, plus que personne, tient à nous ! Déclare le saint Père.La prière et le service discret : voilà nos armes Nous avons une ancre, un gouvernail, une espérance : La Croix !
Restons bien unis dans la foi et la prière

Père Jérôme PAYRE

Bénédiction Urbi et Orbi exceptionnelle du 27 mars 2020

Supplication au Seigneur pour la guérison d’un monde blessé et souffrant

Le Pape François a présidé ce vendredi soir, depuis le parvis puis l’atrium de la basilique Saint-Pierre, un temps de prière marqué par l’écoute de la Parole de Dieu, suivi d’une homélie, d’une adoration du Saint-Sacrement et d’une bénédiction Urbi et Orbi à destination des personnes affectées par la pandémie actuelle de coronavirus. ..suite

La communion spirituelle

Voici la prière du pape François pour une communion spirituelle. Soyons encore plus en communion les uns et les autres au Seigneur qui nous rassemble !

Qu’il me soit fait selon ta parole !

Belle fête de l’Annonciation.
> Je célébrerai la messe à 18 h 15 aujourd’hui.
> La méditation du chapelet proposé par nos évêques sera un soutien pour chacun de nous.
> Et à 19 h 30, nous entendrons les cloches sonner, avec les villes et villages qui s’illumineront par les petites bougies.
> Nous serons très unis dans la prière et je vous confierai au Seigneur, venu pour faire la volonté de son Père !

Père Jérôme PAYRE

Devant l’inquiétude et une certaine forme de paralysie… quelques pistes pour lever la tête

Chers paroissiens,
Notre paroisse est désormais enveloppée de votre prière, de notre prière, sachant que de nombreuses personnes prient sans s’être « inscrites ».
Ce témoignage de la prière et dans la prière porte du fruit. « Demandez et vous recevrez » (Mt 7,7).
La prière est cette relation vive et vivante avec le Seigneur qui nous aime.

Suite ci-dessous

Le 25 mars, illuminons l’Annonciation !

L’ensemble des évêques de France invite les Français à un geste commun ce mercredi 25 mars.

Les catholiques lui donneront une signification particulière en raison de la fête de l’Annonciation, mais tout le monde peut s’y joindre :

►Déposer une bougie sur sa fenêtre au moment où les cloches sonneront

Homélie du 4ème dimanche de Carême du Père Jérôme PAYRE

Dimanche 21-22 mars 2020 – 4e Dimanche de Carême

“Crois-tu au Fils de l’homme ?” (Jn 9).
Jésus a enseigné au Temple, il a pardonné à la femme adultère. Alors que les Pharisiens veulent le
lapider (Jn 8, 59). Jésus passe au milieu d’eux. Il voit un aveugle de naissance. Jésus a l’initiative.
Jésus ne vient pas répondre à la question du mal. Il apporte la lumière de sa Passion, de sa mort et
de sa Résurrection. Cet aveugle guéri nous guide dans le parcours de la foi.
1 – Voir et être vu par Jésus
Jésus voit l’aveugle. Il regarde cet homme, en train de mendier. La miséricorde de Jésus est à
l’oeuvre. L’aveugle va être guéri par une action de Jésus (salive, boue) et une parole : “Va te laver”.
Parole et action du Seigneur, c’est la définition du sacrement. Tout sacrement est une rencontre
avec Jésus. La guérison est racontée en quelques lignes seulement. Le signe sera l’occasion d’un
dialogue, d’un chemin de foi. Cet homme, aveugle de naissance, est conduit à la lumière de la foi,
par la rencontre avec Jésus Sauveur. Non seulement il voit, mais il croit. Déjà se réalise la
béatitude : “Bienheureux ceux qui croiront sans avoir vu”. (Jn 20).
2 – Connaître ou savoir ?
Tout l’Evangile de saint Jean est un procès. Qui est Jésus ? Est-il le témoin fidèle, le véritable
envoyé du Père, le Sauveur des hommes ? La Passion arrive. Les Pharisiens s’opposent à cet homme
guéri, et à travers lui à Jésus. Les Pharisiens savent ce que Dieu doit faire : Celui-là ne vient pas
de Dieu, puisqu’il n’observe pas le Sabbat”.
Les Pharisiens ne peuvent découvrir qui est Jésus, conçu de l’Esprit Saint qui fait toute chose
nouvelle, et né de la Vierge Marie, une fille de leur peuple. La découverte de Jésus demande du
temps. Les démons, les esprits savent qui est Jésus : le Fils de Dieu. Dès le début du Carême, Satan
tente Jésus au désert. Si tu es le Fils de Dieu. La vraie tentation porte sur l’identité, la mission
de Jésus. A ses disciples, Jésus demande : Pour vous, qui suis-je ? Et Pierre. dira : Tu es le Messie,
le Fils du Dieu vivant. (Mt 16, 16). En Jn 6, Pierre ajoute : A qui irions-nous Seigneur Jésus, tu as
les Paroles de la vie éternelle. (Jn 6, 70).
C’est en fréquentant Jésus dans la prière, les sacrements (qui nous manquent ces jours-ci) et la
Parole, que l’Esprit Saint nous fait connaître Jésus comme le Seigneur Ressuscité qui illumine nos
vies, en chassant les ténèbres de nos raisonnements et de nos idées sur Dieu.
3 – Croire
Nous montons vers Jérusalem, et nous rencontrons le mal voulu, conscient (i.e le péché, c’est quand
on préfère un bien à Dieu ou à sa volonté) et le mal subi. Jésus reconnaît que le mal existe. Il vient
le combattre, il en sera victime et surtout vainqueur en s’offrant avec tant d’amour. Il est l’Agneau
de Dieu qui enlève le péché du monde. Dans ce monde marqué par l’égoïsme et l’avidité, la lumière
de Dieu est obscurcie par les préoccupations du quotidien. Nous trouvons souvent des excuses pour
ne pas prier, pour ne pas rendre service ou répondre aux besoins des autres. Mais nous ne devons
pas oublier que le baptême et la confirmation que nous avons reçus ont fait de nous des témoins,
non en raison de nos capacités, mais grâce au don de l’Esprit (François 8/3/20)
Dieu qui nous a créés sans notre avis nous recrée avec notre collaboration. “Va te laver à Siloé”.
L’aveugle obéit à Jésus, son chemin de foi commence. Il passe de “l’homme Jésus” au prophète qui
agit au nom de Dieu, du Messie qui pose les signes de Dieu au Seigneur qu’il adore en se prosternant.
Cette semaine, nous entamons notre deuxième partie du Carême (jeudi 19 était la fête de Saint
Joseph, l’anniversaire de l’inauguration du Pontificat de François et la mi-carême).
L’épidémie du Coronavirus oblige à changer notre mode de prière. Mais nous pouvons, devons prier
même en dehors de la messe. Laissons-nous regarder par Jésus et avec l’aveugle, adorons le
Seigneur, confessons notre foi, notre joie, de connaître Jésus Seigneur

Pour rester unis dans la prière (suite)

Chers paroissiens,
Votre réactivité permet de vous donner la grille horaire pour les jours qui viennent ! Quelle joie et quel réconfort de savoir que nous sommes enveloppés de cette prière personnelle, amicale, familiale.
Que ce soit la sainte Ecriture, le chapelet, la prière de l’eglise (laudes, milieu du jour, vêpres, complies), le coeur à coeur avec Jésus dans la louange l’oraison…. Et bien sûr la messe, que vous suivez à la télévision ou que je célèbre chaque jour, souvent à 15 h 30 ou le matin, à 8 h 30… mais je vous présente tous au Seigneur.

Et je sais que certains n’ont pas eu le temps de s’inscrire, ni ne le souhaitent pas pour des raisons que je comprends. Rien ne peut se faire sans la prière, et je pense aux fiancés qui sont inquiets sur le maintien de leur mariage (prier en coupole est difficile, mais si important, juste un Notre Père pour commencer), ainsi que les parents qui désirent faire baptiser leur enfant. Je réfléchis pour ces derniers à une proposition qui leur sera faite d’ici la fin de semaine prochaine.

L’homme est un pauvre qui a besoin de tout demander à Dieu (saint Curé d’Ars).
Vivons dans cette pauvreté, prêt à recevoir ce que le Seigneur veut nous donner, qui sera au delà de notre espérance.

Je vous partage aussi ce texte reçu de l’une de vous ce matin.

Saint dimanche.
Vous trouverez l’homélie sur le site de la paroisse.

Donnons pendant le confinement !

Pour pallier aux conséquences du confinement, la paroisse propose aux paroissiens, afin de ne pas rompre les dons reçus lors des messes, un don par internet.

L’application « La Quête », une application pour smartphone, 100% sécurisée, permet de faire un don directement à votre paroisse (à télécharger gratuitement sur le Play Store ou l’App Store)

Toutes les infos sur : www.appli-laquete.fr

Mais également le site de don à la quête de sa paroisse depuis son ordinateur : Faire un don (Sainte-Marie du Pays de Verneuil)

Pour rester unis dans la prière

Chers paroissiens,

Ce soir, je viens vers vous avec une proposition très simple.
Plusieurs d’entre vous me disent prendre le temps de prier, se contactent pour prier avec d’autres, en famille, entre amis…tout en restant chez soi (nous l’avons bien intégré !).
En vous écoutant, je me suis dis que nous pourrions sans doute arriver à remplir une journée entière et entourer la paroisse et l’Eglise et le monde de notre prière, heure après heure.

Avec des exemples (bien réels, je vous rassure 😉), voici une grille, avec des créneaux de 30 mn, de 6 h à minuit.
Je vous propose de me répondre par mail ou sms en m’indiquant votre créneau horaire et votre mode de prière (chapelet, lecture méditée de la parole, louange, oraison, chemin de croix, laudes, vêpres, complies…)
Je remplirai la grille et vous la renverrai régulièrement. L’enjeu est que d’ici 3 ou 4 jours, nous puissions avoir l’ensemble bien rempli…. Même s’il sera possible de s’inscrire après.
N’ayez pas peur de proposer des créneaux horaires qui vous conviennent… il y aura forcément des heures plus propices à la prière, et je les indiquerai.

Il va de soi que si vous désirez prier la nuit, j’ajouterai votre créneau.
Pour la nuit du jeudi au vendredi saints, je vous ferai une proposition d’inscription pour que nous puissions veiller avec notre Seigneur une heure, pour ne pas entrer en tentation.

Je vous remercie de votre coopération à l’oeuvre de Dieu, car la prière est la force du chrétien qui participe ainsi à l’avènement du Règne de Dieu.
Je confie ce petit projet à Notre Dame de la Confiance !

Père Jérôme PAYRE

Homélie 8 et 9 février 2020

Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde.
Jésus a choisi les Apôtres, il gravit la montagne et enseigne les Béatitudes. C’est son portrait et la boussole de la vie baptismale. Il est bon et beau que Jésus nous dise qui nous sommes, comment Il nous voit. Car Jésus regarde non pas ce que nous avons fait, mais ce que nous sommes capables de faire, de vivre, pour sa gloire, que les hommes rendent gloire à notre Père.
1) Vous êtes le sel de la terre…
Le sel a une double fonction : donner de la saveur et conserver. Donner de la saveur à la vie, c’est ce que le Saint Esprit a réalisé pour nous à notre baptême. Notre vie a été assaisonnée par le Christ. La foi de notre baptême rend joyeuses nos vies, colore nos décisions, oriente nos engagements. J’agis, je vis, désormais au nom de Jésus, pour la gloire de Dieu et le salut du monde.
Comme le sel conserve, ainsi la grâce de notre baptême nous garde fidèle dans un monde insipide, hostile. Chacun de nous prend soin de sa foi, la nourrit par la prière, les sacrements, la lecture méditée de la Parole de Dieu (lectio divina).
Etre le sel de la terre, c’est garder dans son coeur la présence de Jésus, unique sauveur des hommes. Le sel de la foi nous permet de répondre avec audace à l’appel que Jésus nous lance.
2) Vous êtes la lumière du monde
Nous ne pouvons briller, devenir lumières, être lumière, que parce que nous nous approchons de Jésus, lumière née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu.
Dans son prologue, saint Jean contemple le mystère du Christ ressuscité : la lumière est venue dans le monde et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Par sa mort et sa résurrection, Jésus a traversé les ténèbres de la mort. Il a détruit le péché à sa racine.
Au matin de Pâques, tout est lumière. Nous l’avons entendu dimanche : Jésus est la lumière qui éclaire les nations ! Croire, c’est voir avec les yeux de Jésus…se laisser embraser. Je suis la lumière du monde qui me suit ne marche pas dans les ténèbres (Jn 8). Il vient pour nous illuminer. Dans l’Evangile, Jésus guérit des aveugles. Il est le bon pasteur qui nous guide, nous conduit.
La foi regarde vers Jésus, elle regarde du point de vue de Jésus, avec ses yeux : elle est une participation à sa façon de voir (Lumen fidei, 29 juin 2013). Il attire à Lui car Il est Vivant. Il vit le Christ et il te veut vivant ! Oui, Chritus vivit et il nous attire et nous le rencontrons encore dans la sainte Eucharistie, mystère lumineux !
3) Un appel à la sainteté
Depuis notre baptême, Jésus nous offre une nouveauté de vie, alors que le monde propose autre chose, sans doute la facilité, être comme tout le monde, une parodie du bonheur ou de l’amour, voire l’illusion que la vie serait plus belle sans Dieu. Les Béatitudes que Jésus proclame le rappellent.
Jésus est exigeant avec ses disciples. Car il nous aime tellement, chacun. Pour le St Curé d’Ars, le Seigneur nous voit si grands ! C’est pour cela que Jésus dans son amour ose dire : vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde. Quelle identité ! quelle mission !
La foi, c’est décider d’être avec le Seigneur pour vivre avec lui (Porta fidei). Cela conduit à l’incompréhension de sa famille, ses amis. La dernière béatitude parle de persécution. Seul l’amour (Jésus) peut exiger autant, et seul celui qui se sait aimer de manière infinie par le Sauveur peut entendre l’exigence et répondre à cet appel.
Puisons dans l’Eucharistie, sacrement de l’amour, pour vivre cette sainteté que le monde attend et que Jésus désire pour nous. De même que le sel donne de la saveur aux aliments et que la lumière éclaire les ténèbres, de même la sainteté donne le sens plénier à la vie, qui est reflet de la gloire de Dieu. Combien de saints, même parmi les jeunes, compte l’histoire de l’Eglise. Car là où les saints passent, Dieu passe avec eux (saint Curé d’Ars). Désirons être saints en choisissant Jésus !

Contact rapide

PAGES (en construction)