Messes du 25 au 31 mai 2020

Lundi 25 mai – S. Bède le Vénérable, prêtre et docteur de l’Eglise ; S. Grégoire VII, pape ; Ste Marie-Madeleine de Pazzi, vierge

  <

Mardi 26 mai – S. Philippe Néri, prêtre

  <

Mercredi 27 mai – S. Augustin de Cantorbéry, prêtre

  <

Jeudi 28 mai – De la Férie

  < 

Vendredi 29 mai – De la Férie

  <

Samedi 23 mai – De la Férie

  Messe à Notre Dame de Verneuil à 18:30

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 24 mai – Pentecôte

  Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

Messes du 18 au 24 mai 2020

Lundi 18 mai – S. Jean Ier, pape et martyr

  <

Mardi 19 mai – De la Férie

  <

Mercredi 20 mai – S. Bernardin de Sienne, prêtre

  <

Jeudi 21 mai – Ascension

  < 

Vendredi 22 mai – Ste Rita de Cascia, religieuse

  <

Samedi 23 mai – De la Férie

  <

Dimanche 24 mai – 7ème Dimanche de Pâques

  <

Je donne à la quête

Je donne au denier

Paroisse : Feuille de messe de la Pentecôte et consignes

Chers paroissiens,
dans l’attente de vous retrouver pour la plupart ce dimanche, je vous invite à trouver la feuille de chants de la messe et à bien relire les consignes.merci de votre aide, pour que le mystère de la Pentecôte que nous célébrerons samedi et dimanche soit source d’une vraie joie missionnaire.Viens Esprit saint, nous t’attendons !

Père Jérôme PAYRE

Paroisse de Verneuil. Le retour à l’église doit se faire masqué !

Avec la reprise des cérémonies religieuses, la paroisse de Verneuil s’est organisée pour recevoir ses fidèles dans le respect des règles sanitaires, comme de venir masqués.

La bonne nouvelle va réjouir les chrétiens privés de célébrations depuis le début de l’épidémie de Covid-19 : à partir de ce week-end des 30 et 31 mai 2020, ils vont pouvoir retourner à la messe. « Nous nous réjouissons de pouvoir célébrer la Pentecôte, de pouvoir adorer l’Esprit saint, architecte de l’Église. Fête qui, pour nous, sera comme un nouveau commencement », se félicite le père Jérôme Payre, curé de la paroisse Sainte-Marie du Pays de Verneuil (Eure).

Lire l’article

Le Réveil

Messe de la Pentecôte célébrée à 10h30 en direct par Mgr Nourrichard

Messe de la Pentecôte célébrée à 10h30 en direct par Mgr Nourrichard à la cathédrale et reprise officielle des messes en présence de fidèles selon les règles sanitaires dues à l’épidémie du coronavirus Covid-19.
Pour toutes les personnes, fragiles, malades ou qui ne peuvent se déplacer c’est à suivre sur :

Cliquez-ici

Solennité de la Pentecôte – Samedi 30 mai et dimanche 31 mai 2020

Nous nous réjouissons de pouvoir célébrer la Pentecôte, de pouvoir adorer l’Esprit saint, architecte de l’Eglise… Fête qui, pour nous sera comme un nouveau commencement.
Faisons une grande confiance à l’Esprit saint qui nous guidera dans cette période.
Les messes de cette si grande fête sont indiquées ci-dessous.
Pour toute la durée de la pandémie, au moins jusqu’en septembre, nous avons décidé, avec les membres de l’Equipe d’animation pastorale et les coordinateurs, avec le Père Floribert et notre diacre Pascal Richer, de n’utiliser pour les messes que les églises suivantes, à la fois pour des raisons pratiques de mise en place, de signalisation, de mobilisation possible des paroissiens pour servir aux entrées et dans les sacristies.
Les autres églises sont ouvertes pour la prière commune, l’adoration silencieuse, le chapelet…

Samedi 30 mai
18 h 30 Messe à Notre Dame de Verneuil
18 h 30 Messe à saint Germain de Rugles
Dimanche 31 mai
9 h 15 messe à Bourth
11 h Messe à la Madeleine

Quelques conditions indispensables
pour que l’on puisse célébrer dignement la sainte Eucharistie et respecter les conditions sanitaires.
L’entrée se fera par une seule porte 30 mn avant le début de la messe.
A ce jour, nous ne connaissons pas le nombre total de personnes pouvant entrer dans l’église, ni l’âge non plus des personnes. Je vous le communiquerai dans la semaine.
Pour entrer, il faudra que chacun arrive avec
son masque qu’il apportera
sa propre solution hydro-alcoolique, à utiliser dès l’entrée dans l’église
la feuille de chants commune qui sera envoyée dans la semaine par mail et disponible sur le site de la paroisse (et donc aussi sur le téléphone ou votre tablette).
o Vous comprendrez que nous ne pouvons pas acheter les quantités de gel nécessaire pour chacun. Il en faut déjà pour la sacristie, pour le déroulement de la messe, la désinfection.
o Nous ne contrôlerons pas la température, mais toute personne ayant de la fièvre (plus de 37, 5°) est invitée à ne pas venir.
Les groupes de chants ne sont pas autorisés à reprendre pour l’instant.
La distanciation physique sera respectée entre les chaises ou sur les bancs. Merci de ne pas déplacer les chaises… nous ne pourrons pas systématiquement les remettre.
Des consignes seront données lors des messes pour les lectures, pour la procession de communion (qui ne sera donnée que dans la main).
Tout à la joie de pouvoir nous retrouver et prier ensemble notre Dieu pour Le servir et annoncer avec force l’Evangile de Jésus, ces consignes restent complexes mais nécessaires pour que nous puissions célébrer dignement le Seigneur. Il nous faudra de la patience… qui est un des fruits de l’Esprit saint (Ga 5, 22).
Je tiens à remercier ceux qui ont proposé leur aide pour réaménager les églises pour samedi et dimanche, ceux qui se sont rendus disponibles pour l’accueil et le rangement…
Père Jérôme PAYRE

Solennite-de-la-Penteco-te

D’un seul coeur !

Chers paroissiens,
D’un seul coeur !
C’est le titre de la lettre que je vous ai adressée ces dernières semaines. Ce titre s’est imposé à moi devant la rapidité avec laquelle vous avez formé une chaine de prière, au cours du carême, puis dans la nuit du jeudi au vendredi saint. J’avais dans le coeur ce passage des Actes des Apôtres que nous avons entendu dans la 1ère lecture de ce dimanche. C’est l’attitude des Apôtres après l’Ascension de Jésus.
‘ Tous, d’un même coeur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères (Ac 1, 14)
Nous voyons dans ce passage 3 caractéristiques de la prière chrétienne…

Homélie du 7e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 7ème dimanche de Pâques – 23-24 mai 2020 – A

“Tous d’un seul coeur étaient assidus à la prière ” (Ac 1)
Prier… à la suite de Jésus qui prie son Père. Jésus prie à Gethsémani “Père que ta volonté soit faite”, sur la croix “En tes mains je remets mon esprit”, “Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font”. Cet Evangile après l’Ascension montre ce que Jésus fait à la droite du Père.

7ème dimanche de Pâques

Nous continuons à vivre notre prière du dimanche sans eucharistie.
Messe anticipée en direct de la cathédrale et célébrée par le Père Éric Ladon

En savoir +

Reprise du culte dans le diocèse d’Évreux suite au décret du 23 mai 2020

Chers confrères,

Comme vous le savez certainement, le Ministère de l’Intérieur a diffusé dans la nuit des recommandations générales en matière de lutte contre la pandémie de Covid-19 lors des cérémonies cultuelles.

Il en ressort qu’une reprise de ces cérémonies est possible, dans des conditions de sécurité sanitaires strictes. Nous nous réjouissons de cette ouverture, après la longue période que nous venons de traverser sans eucharistie !

Vous avez reçu ce mercredi 20 mai de notre évêque les recommandations du Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle, elles sont évidemment applicables. Elles impliquent manifestement un travail de discernement avec nos équipes, EAP en tout premier !

Lire la suite

Décret du 23 mai : reprise des messes et lignes directrices

La Conférence des évêques de France (CEF) se réjouit que le décret publié ce matin, samedi 23 mai 2020, par le Gouvernement, conformément à la sentence rendue par le Conseil d’État lundi dernier, 18 mai, redonne sa juste place à la liberté d’exercice des cultes ; les restrictions qui y sont apportées, comme à toute liberté fondamentale, devant être justifiées et proportionnées.

Ce décret est accompagné de lignes directrices (jointes au présent communiqué) qui confirment les dispositions qui avaient été proposées par la CEF dans le plan de déconfinement soumis aux pouvoirs publics.

Lire la suite

Décret du 23 mai concernant le culte.
Il est à noter que chaque évêque a la latitude de décider de la reprise du culte dans son diocèse soit dès ce soir, soit pour la Pentecôte comme le recommande le gouvernement.
Vous serez informé dès que possible de cette décision.

Dispositions pratiques pour les célébrations sous Covid-19

Lutter contre l‘épidémie de Coronavirus – dernières infos
Quelques nouveaux repères pour la vie liturgique des jours qui suivront et la reprise des cultes qui ne devrait plus tarder. Il faudra respecter certaines préconisations pour le bien de tous.
Patience : votre paroisse vous communiquera ses propres modalités et son organisation.
Pour en savoir plus cliquez ci-dessous

” Tout est lié”, le nouveau webzine de l’écologie intégrale.

En novembre 2019, l’Assemblée plénière des évêques de France revêtait un caractère inédit en plongeant dans une réflexion large sur l’écologie intégrale.
Le magazine en ligne se veut être un outil d’accompagnement de cet élan en participant à la réflexion, en dialoguant avec le monde, en mettant en lumière des actions.
Nous vous laissons découvrir
« toutestlie.catholique.fr » ⤵️⤵️
https://toutestlie.catholique.fr/

Réaction à l’ordonnance du Conseil d’Etat concernant l’interdiction du culte

La Conférence des évêques de France prend acte de l’ordonnance rendue par le juge des référés du Conseil d’État qui ordonne au Gouvernement de lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte et d’édicter à sa place des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires et appropriées en ce début de « déconfinement ».
Cette ordonnance va dans le sens de la lettre écrite par le Président de la Conférence des évêques de France, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, au Premier Ministre vendredi 15 mai. La Conférence des évêques de France attend donc maintenant la révision du décret du 11 mai que le Premier Ministre a huit jours pour opérer.
A partir de la révision de ce décret des célébrations seront possibles, respectant les règles sanitaires communiquées en réponse aux propositions faites par la Conférence des évêques de France.

Belle fête de l’Ascension…

Chers paroissiens,
Je prierai le Père, Il vous donnera un autre Défenseur (Jn 14).
En écoutant ce verset de l’Evangile, nous pouvons nous demander : de quoi ai-je besoin d’être défendu ?
De ce virus ? de la peur de me retrouver avec d’autres personnes ? de mon péché ? de Satan ?
La liste pourrait être très longue… et si nous lisons l’Evangile, nous voyons que l’Esprit saint est donné par Jésus pour nous rappeler ses Paroles, pour nous redire son Amour… nous avons besoin d’un Défenseur, pour ne pas oublier Dieu, ce Père plein de tendresse qui a envoyé son Fils unique. Et la prière régulière nous y aide…..

Chrétiens d’Orient

“Le christianisme vient du sud de la Méditerranée, les chrétiens d’Orient ne sont pas le produit de missionnaires ou des croisés, mais de la Pentecôte que nous allons bientôt célébrer. Les premiers chrétiens sont les chrétiens d’Orient. Il faut donc faire mémoire de ce lien, le rendre vivant, actif, car ce sont eux qui nous ont apporté la foi.”
Extrait du mot de Mgr Gollnisch, directeur de l’Oeuvre d’Orient, à propos de la Journée de prière pour les Chrétiens d’Orient

Homélie

Homélie du 6e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 6ème dimanche de Pâques – 16-17 mai 2020 – A

Je prierai le Père, je vous donnerai un autre défenseur qui sera toujours avec vous, l’Esprit de Vérité (Jn 14, 16)
Jésus est le premier défenseur, Il a livré sa vie sur la croix pour nous libérer de l’emprise du péché, de Satan. Le Père envoie à la prière du Fils, l’Esprit Saint, l’autre défenseur. Le Christ est le médiateur indispensable entre son Père et nous. A l’approche de la Pentecôte grandit notre désir de vivre de l’Esprit Saint, 3ème personne de la Trinité, “grand inconnu” de la vie de l’Église.

Saints Cyrille, moine et Méthode archevêque [né il y a 1200 ans en 815], co-patron de l’Europe, IXe s.

Puisqu’ils étaient frères et que les circonstances les avaient amenés à entreprendre la même tâche – l’évangélisation des pays slaves – les biographies de saint Cyrille et de saint Méthode ne peuvent être dissociés.

Un peu d’histoire

Les Francs, s’étant rendus maîtres des territoires Croates et Slavons, après que Charlemagne eut soumis les Avars (vers 790), atteignirent ceux des Bulgares. C’est à l’évêque de Salzbourg que Charlemagne confia la juridiction sur les pays slaves auxquels il imposa le latin.

Le prince Rastislav qui régnait sur la Moravie, accrut sa puissance de telle façon que ses voisins Francs et Bulgares, Louis le Germanique et le prince Boris, s’allièrent contre lui et les Bulgares reçurent des missionnaires francs.

[Le premier pays slave gagné au Christ fut la Moravie qui, au début du IXè siècle était en plein épanouissement. En 846, Louis le Germanique plaça Ratislas sur le trône en pensant contrôler par ce moyen le nouvel état, mais, le jeune prince entendait se libérer de la tutelle allemande. Après avoir demandé des missionnaires italiens à Rome, il se tourna vers Byzance qui saisit l’occasion de faire entrer la Moravie dans la mouvance de l’Empire.]

Menacé par l’empire d’Occident, Rastislav s’allia avec l’empereur byzantin, Michel III, et lui demanda des missionnaires sachant la langue slave de leur pays (le peuple de Moravie ne connaissait pas le grec) où le christianisme faisait de très lents progrès : Notre pays est baptisé et nous n’avons pas de maître pour nous prêcher, nous instruire et nous expliquer les livres saints. Nous ne comprenons ni la langue grecque, ni la langue latine : les uns nous instruisent d’une façon et les autres d’une autre ; aussi ne comprenons-nous pas le sens des livres sacrés et leur énergie. Envoyez-nous dons des maîtres qui soient capables de nous expliquer la lettre des livres sacrés et leur esprit. Nous autres Slaves, nous sommes un peuple simple et nous n’avons personne pour nous enseigner la vérité. Désigne-nous donc, généreux monarque, un homme capable de nous parler selon la raison : car c’est de chez vous que part la foi saine, pour se répandre dans l’univers entier.

Sur la recommandation du saint patriarche Ignace, l’empereur Michel III choisit Constantin (Cyrille) pour son éloquence et sa facilité à apprendre les langues et son frère Méthode, qui avaient fait leurs études à Constantinople, et les envoya en Moravie.

D’une famille distinguée de Thessalonique, Constantin né à Salonique en 827, qui prit avant sa mort le nom de Cyrille, se signala surtout par sa connaissance des langues : outre le slavon avec lequel on était familiarisé à Thessalonique, il connaissait parfaitement le grec, l’arménien et d’autres langues encore ; on lui donna le surnom de philosophe, c’est à dire de savant, tant il enseignait avec talent. Il fut ordonné prêtre à Constantinople où il s’opposa avec force aux doctrines pernicieuses et à l’ambition de Photius, qui commençait à se dévoiler.

[Photius, patriarche de Constantinople de 810 à 895, en rupture avec les papes Nicolas 1e, Adrien II et Jean VIII qui le réconcilia définitivement en 879. Photius est traditionnellement considéré comme le porte-parole des griefs byzantins contre Rome. Peu après, les Slaves de Moravie, alliés aux Byzantins, entrent en guerre contre les Bulgares, alliés aux Francs. Les Bulgares sont vite battus par les Byzantins et doivent renoncer à l’alliance franque, mais Louis le Germanique impose sa suzeraineté à la Moravie.]

Méthode, l’aîné, né en 815, semble avoir d’abord embrassé la carrière militaire puis adminis­trative ; fut administrateur d’une province slave de l’Empire, peut­ être la Thessalie. Toutefois, au bout de plusieurs années, il réalisa qu’il ne convient pas de perdre son temps en se souciant de choses “qui n’ont pas de valeur éternelle”, et démissionna. entra un peu plus tard dans la vie monastique au Mont Olympe en Bithynie.

Début de la mission

C’est en 862 que Cyrille partit chez les Moraves, accompagné de son frère Méthode. Ils firent d’abord un séjour chez les Chazares (les Khasars de la Mer d’Azov) de Khorsoum, peuplade barbare qui habitait au-delà de la Chersonèse, où il découvrirent le corps de saint Clément 1e de Rome. De passage chez les Bulgares, Cyrille accommoda l’alphabet grec en l’augmentant de signes nouveaux pour écrire la langue slavone et inventa l’écriture cyrillique (alphabet de 38 lettres), depuis lors adoptée par les Slaves, qu’il utilisa pour traduire l’Ecriture et les textes liturgiques.

Cyrille et Méthode, en territoire slave, à la demande d’un prince slave, prêchant, officiant et écrivant en slavon, sont cependant isolés au milieu de l’Empire franc qui n’admettait que la liturgie latine. Leur présence eut pour effet de remplir leurs églises et de vider celles de leurs confrères allemands. Ceux-ci les traitèrent alors d’hérétiques.

La Moravie et la Pannonie où le christianisme tentait de s’implanter depuis plus d’un siècle, dépendaient du siège métropolitain de Salzbourg, mais les Allemands n’y étaient guère vus d’un bon oeil, aussi, les nouveaux missionnaires, venus d’ailleurs et soucieux de respecter l’identité slave furent bien accueillis et purent, en quelques années, organiser une église florissante ; le succès fut tel que le pape Nicolas le invita les deux missionnaires à venir à Rome (867), pour justifier leur méthode d’évangélisation et en rapportant les reliques du saint pape et martyr Clément qu’ils avaient découvertes en Crimée. A leur arrivée à Rome, Nicolas le étant mort, ce fut son successeur, Adrien II, qui les reçut avec distinction émerveillés des succès de leur apostolat, les approuva et confirma leur usage.

Le pape ordonna Méthode prêtre et allait consacrer Constantin évêque, lorsque ce dernier épuisé par les travaux et la maladie, mourut dans un monastère de Rome. Constantin, sentant venir la mort, il revêtit le costume monacal et se donna le nom de Cyrille ; il resta cinquante jours ainsi vêtu, il s’endormit dans le Seigneur, âgé de quarante-deux ans le 14 février 869 sans avoir pu rejoindre sa mission, non sans avoir demandé que son frère continuât leur apostolat. Il fut enterré solennellement dans l’église Saint Clément où l’on montre encore son tombeau. [Cyrille est un prénom d’origine grecque ; il provient de Kyrillos, qui signifie « seigneur».]

Le pape consacra alors Méthode évêque de Moravie.

[On rapporte que, passant à Venise, Cyrille est pris à partie par des gens qui prétendent que Dieu ne peut être loué qu’en hébreu, en grec ou en latin ; il leur rétorque que depuis longtemps les Arméniens, les Éthiopiens, les Égyptiens, les Persans, les Syriens et bien d’autres encore emploient leur langue nationale tant pour la liturgie que pour la traduction des livres saints.]

Méthode repart pour la Moravie puis en Pannonie, sur les confins de la Bavière et sera nommé archevêque de Sirmium, où les rivalités entre les Slaves et les Allemands sont très fortes, puis légat pontifical. A peine est-il arrivé dans son diocèse qu’il est arrêté par des troupes bavaroises ; à cause de quelques usages alors inconnus dans la liturgie il est accusé d’hérésie et d’imposture il comparaît devant un tribunal présidé par l’archevêque de Salzbourg où il est condamné à la captivité dans un monastère bavarois. Lorsque, deux ans et demi plus tard, le nouveau pape, Jean VlII, apprend l’incarcération de Méthode, il envoie un évêque et exige en termes violents que Méthode soit libéré (873). Provisoirement, jusqu’à être plus amplement informé, suspend l’emploi du slavon dans la liturgie, mais, deux ans plus tard, il écrit (880) : Ce n’est pas contraire à la foi, ni à la doctrine, de chanter la messe en langue slavonne ou de lire le saint Évangile, les leçons divines du Nouveau et de l’Ancien Testament ou encore de chanter les diverses parties de la liturgie en langue slavonne. Jean VIII lui rendit justice, le confirma dans sa dignité archiépiscopale et écrivit une lettre aux Moraves pour les inviter à respecter leur digne pasteur : Que les paroles de l’Ecriture sainte s’accomplissent ; que toutes les langues louent Dieu. (873).

Sans cesse opposé au clergé germano-latin, Méthode dut de nouveau plaider sa cause devant Jean VIII (880). Il fit un voyage à Constantinople, où l’Empereur Basile 1e et le Patriarche lui firent un accueil triomphal, pour rendre compte de sa juridiction spirituelle sur la Bulgarie et la Serbie qui dépendent alors de Byzance.

Après avoir prêché l’Évangile en Pannonie, en Bulgarie, en Dalmatie, en Carinthie en Bohême, il porta la lumière de l’Evangile en Pologne, [ayant établi à Léopol un siège épiscopal, il pénétra dans la Moscovie proprement dite où il fonda le trône pontifical de Kiew], il revint en Moravie, désigne son successeur Gorazd, puis, le 6 avril 885, meurt, probablement à Velehrad, (Tchécoslovaquie).

Epilogue

De nos jours, l’alphabet dit cyrillique, en hommage au génie des deux frères, est utilisé par plus de 250 millions de personnes réparties entre le groupe oriental (russe et ukrainien) et le groupe méridional (bulgare et serbe) ; le groupe occidental (tchèque et polonais) emploie les caractères latins avec cependant quelques lettres modifiées par des signes destinés à préciser la prononciation.

La vie de ces deux apôtres des Slaves, dont les entreprises furent tant de fois contrariées, nous offre un modèle de persévérance dans l’œuvre de Dieu.

le Souverain Pontife Léon XIII, en 1880, ordonna qu’une fête soit célébrée tous les ans dans l’Eglise universelle, avec un Office et une Messe propres.


Géographie des langues Slaves.

HYMNES

En inscrivant la solennité des saints Cyrille et Méthodius au calendrier universel, le Souverain Pontife Léon XIII a voulu donner lui-même leur expression aux hommages et prières de l’Eglise, dans l’Hymne de la fête :

” Chantez, fidèles, les deux athlètes reçus dans les brillantes demeures des cieux ; chantez du peuple Slave la double force et la gloire.

Un même amour a réuni ces frères, une même piété les arrache au désert : ils brûlent de porter à plusieurs les gages de la vie bienheureuse.

Par eux la lumière qui brille dans les temples d’en haut, remplit Bulgares, Moraves et Bohémiens, farouches multitudes, que bientôt ils amènent à Pierre en bataillons pressés.

Ceignant la couronne méritée, oh ! continuez pourtant d’être propices aux prières et aux larmes : il est besoin que vous gardiez aux Slaves vos présents d’autrefois.

Que la généreuse terre qui crie vers vous, conserve la pureté de la foi éternelle ; comme elle fit au commencement, Rome elle-même toujours lui donnera le salut.

Auteur de la race humaine et son Rédempteur, dont la bonté nous vaut tous les biens, à vous action de grâces, à vous soit gloire dans tous les siècles. Amen.”

Le corps de saint Cyrille fut rapatrié à Salonique en 1976, en signe de la volonté de communion entre l’Église latine et les Églises orientales.

En 1981, le Pape Jean-Paul II a déclaré Cyrille et Méthode co-patrons de l’Europe. Avec saint Benoît (par Paul VI en 1964), sainte Catherine de Sienne, sainte Brigitte de Suède et sœur Thérèse Bénédicte de la Croix : sainte Edith Stein.

Contact rapide

PAGES (en construction)