Menu Fermer

22 et 24 février, bienheureuse Isabelle de France, religieuse clarisse, sœur de Saint Louis (23 février 1270). Fêtée au propre de France le 22 février et que Paris fête le 24 février…

Bienheureuse Isabelle de France, religieuse clarisse, sœur de Saint Louis (23 février 1270). Fêtée au propre de France le 22 février et que Paris fête le 24 février…

Ce n’est pas une princesse de légende. Nous avons d’elle le portrait vivant qu’a écrit l’une de ses dames d’honneur, Agnès d’Harcourt, qui deviendra par la suite abbesse de Longchamp. Dès son plus jeune âge, cette sœur du roi saint Louis fut attirée par les choses célestes. Elle était gracieuse et belle en sa jeunesse, mais de santé chétive. Près de sa mère, elle tint son rang au palais royal, mais passait beaucoup de temps avec les pauvres. Elle réussit à ne point se laisser marier à Conrad, le fils de l’empereur Frédéric II, malgré les instances du Pape. Après la mort de Blanche de Castille elle résolut de vivre à l’écart du monde et passa le reste de sa vie dans une petite maisonnette, près du couvent de Longchamp qu’elle avait bâti à Paris pour les clarisses et qu’elle consacra à “l’Humilité de Notre-Dame.”

Selon le martyrologe de l’abbaye de Longchamp, Isabelle de France est morte le 23 février 1270, mais sa fête s’est longtemps célébrée le 31 août, dans l’octave de la fête de saint Louis, selon ce qu’avait fixé le pape Léon X dans le bref de béatification (3 janvier 1521). Les diocèses de la région parisienne, après l’avoir fêtée le 25 février, l’on rapportée au 24, tandis que les anciens calendriers franciscains la célébraient le 26 février. Isabelle de France qui était la fille de Louis VIII 1 le Lion et de Blanche de Castille2, naquit en mars 1225,

Isabelle n’avait que vingt mois lorsque mourut son père ? et que son frère devint roi sous le nom de Louis IX4. Sa mère veilla à son éducation, secondée par madame de Buisemont et de maîtres habiles qui lui apprirent les arts et les sciences. Très jeune, Isabelle voulut se consacrer à Dieu et afficha un franc mépris pour tout ce qui pouvait la détourner de ce dessein. Belle et gra­cieuse, sa nature la portait plutôt à l’orgueil et à la violence mais, à force d’exercer la vertu elle devint humble et silencieuse.

Pour la faire parler et manger, sa mère lui promettait que qua­rante sous seraient distribués aux pauvres chaque fois qu’elle mangerait un morceau de viande ou chaque fois qu’elle adresserait la parole au Roi.

Blanche de Castille et saint Louis, pour le bien de l’Etat, voulurent lui faire épouser Conrad, fils et successeur de l’empereur Frédéric II ; le pape Innocent IV qui voyait dans ce mariage un gage de paix pour l’Europe lui écrivit pour l’encourager à ce mariage, mais Isabelle répondit qu’elle désirait la vie religieuse ce dont, dans un deuxième lettre, le Pape la félicita. Dès lors, dans le palais, elle vécut selon les règles du cloître et s’imposa de grandes pénitences. Souvent atteinte de maladies longues et violentes, elle offrait ses souffrances.

Le chancelier de Notre-Dame de Paris, qu’elle avait consulté pour savoir œ qui serait plus agréable à Dieu et plus utile au salut de son âme, ou de construire un hôpital ou de fonder pour des vierges chrétiennes un couvent dans lequel elle se retirerait, lui conseilla de bâtir cette maison de Longchamp et d’y passer ses jours dans ln prière et dans la pratique des bonnes œuvres.

Après la mort de sa mère (27 novembre 1252) et le retour de saint Louis, avec l’approbation de son frère, elle quitta le palais pour fonder, à Longchamp dans la forêt de Rouvray (le bois de Boulogne), le monastère de « l’Humilité de Notre-­Dame » qui fut mis sous la règle franciscaine. Saint Louis, entouré de toute sa cour, posa la première pierre de l’abbaye, après que l’évêque de Paris eut planté la Croix. Lorsque commencèrent les travaux, on vit apparaître dans le ciel trois colombes immaculées ; la Reine prit la main de sa belle sœur et lui dit : « Courage, ma sœur, toute l’auguste Trinité se mêle de nos affaires ! » Saint Louis installa lui-même les premières religieuses le 24 juin 1260.

La règle, dite des Urbanistes, fut rédigée par saint Bonaven­ture, le frère Eudes Rigault qui devint plus tard archevêque de Rouen, le frère Guillaume Millençonne, le frère Geoffroy Mar­sais et le frère Guillaume Archambault ; le pape Alexandre IV l’approuva, mais le saint roi Louis IX la trouva si rude qu’il obtint que le pape Urbain IV en adoucit les observances (1263).

Curieusement, Isabelle, retirée dans l’enclos du couvent, ne prit pas l’habit et ne fit pas profession religieuse de peur que ses fréquentes infirmités l’obligeassent à déroger à la règle. Agnès d’Harcourt fut la première abbesse de Longchamp.

Les six dernières années d’Isabelle furent atroces de souffrances mais elle eut la consolation de plusieurs extases et, peu de temps avant de mourir, elle eut la claire révélation de la date de sa mort. Elle écrivit au pape Clément IV pour lui demander sa bénédiction et, pour sa famille, la permission d’assister à ses funérailles et de visiter son tombeau. Au moment de son agonie, elle demanda, comme l’avait fait sa mère, qu’on l’étendît sur de la paille, elle fit ses adieux à ses religieuses : « Adieu, mes chères sœurs .. souvenez-vous, dans vos prières, de votre pauvre Isabelle qui vous a toujours tendrement aimées et qui ne vous oubliera jamais devant Dieu. » Elle reçut les derniers sacrements avant d’expirer doucement. Les religieuses affirment qu’au moment de sa mort, elles entendirent la voix douce et mélodieuse d’un ange qui la conduisait au ciel en disant : « In pace factus est locus ejus. »

Epilogue

Isabelle mourut le 23 février 1270, a []près la mort de saint Louis à Tunis la même année, Charles 1er d’Anjou, roi de Sicile, frère de Louis IX et d’Isabelle, demanda à une dame de compagnie d’Isabelle d’écrire sa vie, en vue de sa canonisation. Agnès d’Harcourt publia ce récit hagiographie, vers 1280, mais Isabelle ne fut béatifiée qu’en 1521, par le pape Léon X (bulle Piis omnium).

Le corps d’Isabelle, revêtu de l’habit des clarisses, fut inhumé, selon son désir, dans le monastère qu’elle avait fondé. On vint en pèlerinage à son tombeau où l’on enregistra soixante-trois miracles vérifiés dans les formes ordinaires. En 1637, à l’instance de la Mère Marie-Elisabeth Mortier, abbesse de Longchamp, le pape Urbain VIII permit qu’on levât le corps de la bienheureuse Isabelle de France pour le mettre en châsse (4 juin 1637).

Une demoiselle paralytique s’était fait porter par dévotion à l’église ; dès l’ouverture du tombeau, elle fut guérie et se mit à marcher, au grand étonnement de la compagnie et à la joie des religieuses qui firent sonner les cloches et entonnèrent le Te Deum. Une châsse en vermeil où étaient figurées des scènes de la vie de la Vierge Marie, de saint Louis et de la bienheureuse Isabelle de France fut donnée à l’abbaye en 1639 et détruite par la municipalité de Franciade (Saint-Denis) en 1792. L’abbaye de Longchamp fut rasée.

L’église de Saint Louis-en-l’Ile à Paris possède des reliques de la bienheureuse.

1- Louis VIIl le Lion, fils de Philippe II Auguste (1165-1223) et d’Isabelle de Hainaut (1170-1190), devint roi de France le 14 juillet 1223 et fut sacré à Reims le 6 août 1223 ..

2- Blanche de Castille (1188-1252), deuxième fille d’Alphonse VIII, roi de Castille, et d’Eléonore d’Angleterre, fille d’Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d’Aquitaine, naquit à Palencia le 3 mars 1888 ; elle fut mariée à Louis, depuis roi de France sous le nom de Louis Vlll, le 23 mai 1200. De cette union naquirent onze enfants dont saint Louis, le comte Robert d’Artois, le comte Alphonse de Poitiers, la bienheureuse Isabelle de France et le roi de Naples, Charles d’Anjou.

3- Louis VIII le lion, avait fait une expédition dans le Midi. Au retour dl! sa chevauchée, le 29 octobre 1226, il tomba malade de dysenterie à Montpensier en Auvergne. Le 3 novembre, il fit appeler les prélats et barons qui l’avaient accompagné et il leur enjoignit de se rendre rapidement vers son fils Louis, de lui jurer la fidélité qui lui serait due et de le faire sacrer. Simultanément il expédiait des lettres à ses sujets pour qu’ils reconnussent le jeune Louis et il demandait à ses fidèles que Blanche de Castille, sa femme, devînt régente. Le roi « mourut, semble-t-il. Dans la nuit du 7 au 8 novembre. L’évêque de Senlis, l’hospitalier frère Guérin, chancelier du royaume, prit les devants, tandis que s’organisait le cortège funèbre qui rapportait le corps du Roi à Paris. Cependant la Reine et ses enfants qui avaient été informés du retour de Louis Vlll s’étaient mis en route pour aller à sa rencontre. Le chancelier rencontra Louis, qui chevauchait en avant de la litière maternelle, et lui apprit la mort du Roi. Les obsèques de Louis VIII furent célébrées à Saint-Denis: il fut enseveli près de son père.

4- Louis IX, fils de Louis VIII et de Blanche de Castille, né le 25 avril 1214, succède à son père le 8 novembre 1226 (sacré à Reims le 29 novembre 1226) sous la tutelle de sa mère. Déclaré majeur le 25 avril 1236. Marié à Sens, le 27 mai 1234, avec Marguerite de Provence, fille de Raymond-Bérenger IV, comte de Provence, dont naissent onze enfants (trois morts en bas âge).

Actualités de la Paroisse - articles récents

Messes du 15 au 21 juillet 2024

Semaine 28

Lundi 15 juillet – S. Bonaventure, évêque et docteur de l’Eglise

  • Messe à l’église de La Madeleine à 18:30

Mardi 16 juillet – Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel

  • Messe à l’église de La Madeleine à 18:30

Jeudi 18 juillet – de la férie

  • Eglise de la Madeleine à 15:00 – Chapelet de Montligeon
  • Messe à l’église de Courteilles à 18:00

Vendredi 19 juillet – de la férie

  • Messe à l’église de La Madeleine à 9:00

Samedi 20 juillet – S. Apollinaire, évêque et martyr

  • Eglise de la Madeleine à 14:00 – Mariage Vincent Lartigue & Caroline Laverdet
  • Messe à l’église de St Victor sur Avre à 18:00

Dimanche 21 juillet – 16ème dimanche du Temps Ordinaire

  • Messe à l’église de La Madeleine à 11:00

Messes du 8 au 14 juillet 2024

Semaine 27

Lundi 8 juillet – de la férie

  • Messe à l’église de La Madeleine à 18:30

Mardi 9 juillet – S. Augustin Zhao Rong, prêtre, et ses compagnons, martyrs

  • Messe à l’église de La Madeleine à 18:30
  • Messe à l’église des Barils à 18:00

Jeudi 11 juillet – S. Benoît, abbé (Fête en Europe)

Vendredi 12 juillet – de la férie

  • Messe à l’Ehpad La Vannerie à 15:00
  • Eglise de la Madeleine à 17:30 – Adoration
  • Messe à l’église de La Madeleine à 18:30

Samedi 13 juillet – S. Henri

  • Eglise de La Madeleine à 9:15 – Laudes
  • Messe à l’église de La Madeleine à 9:30
  • Eglise de la Madeleine à 14:00 – Mariage de Nicolas Mauduit & Morgane Voglevey
  • Eglise de Ambenay à 16:00 – Mariage de Frédéric Pontré & Myriam Goffroy
  • Eglise de la Madeleine à 16:00 – Mariage de Victor Lamm & Antoinette Chadenet
  • Messe à l’église de Francheville à 18:00

Dimanche 14 juillet – 15ème dimanche du Temps Ordinaire

  • Messe à l’église St Germain de Rugles à 9:15
  • Messe à l’église de La Madeleine à 11:00
  • Eglise de la Madeleine à 12:30 – Baptême
  • Randonnée pastorale à 14:00 – Courteilles, Balines, Verneuil