Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe du 24ème dimanche du TO du Père Jérôme PAYRE

Homélie 24ème dimanche TO – 15 septembre 2019- C

« Pourquoi Seigneur ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple ? ». (Ex 24)
Quelle audace ! Moïse parle avec force au Seigneur, le Tout Puissant qui a fait sortir d’Égypte son peuple et qui tente de le conduire à travers le désert.
Qui est ce Dieu qui se laisser toucher par la prière de Moïse ?
Qui est ce Dieu qui accueille à sa table publicains et pécheurs ?
Qui est ce Dieu qui désire la conversion du persécuteur Paul et nous donne son propre fils ?

1 – Dieu nous cherche
Car il veut notre bonheur. La brebis est égarée, la pièce est perdue, le fils cadet est détruit et le fils aîné est ruiné par la jalousie.
Dieu ne peut nous laisser dans cette misère. Le péché nous égare, nous détruit, notre orgueil nous éloigne du Père et notre difficulté à rendre grâce nous rend jaloux !
Dieu nous cherche avec ardeur. Être chrétien, c’est découvrir que Dieu est le Père plein de tendresse qui a livré son Fils Unique sur la Croix. Jésus est venu dans le monde et les siens ne l’ont pas reçu. « Tous récriminaient contre lui ». Et les rumeurs continuent encore contre les prêtres, nos évêques, le Pape. Cela n’empêche pas d’agir et nous pousse à la conversion car Jésus n’est pas arrêté par ces rumeurs. Il annonce le Royaume aux petits, aux pécheurs ! Il est venu sauver et chercher ce qui était perdu (Lc 19, 10).
2 – Dieu invite à la joie
Le bon Pasteur est tout joyeux, malgré l’angoisse d’avoir perdu une brebis et l’angoisse tout aussi grande d’avoir laissé le troupeau seul ? Il est joyeux malgré le poids de la brebis sur ses épaules et la fatigue de la recherche ! Dieu s’épuise pour nous et c’est sa joie ! Joie qu’il désire partager.
La femme qui a retrouvé sa pièce d’argent partage sa joie avec son entourage. Elle a besoin de sa pièce pour vivre. Imaginez que vous perdiez 10% de votre bien…
Cette femme a cherché avec soin, et sa recherche est récompensée. La joie de cette femme, comme du berger, est bien humaine, naturelle. Et Jésus nous dit que Dieu, les Anges, le Ciel, se réjouissent pour un pécheur qui se convertit. Pensons que nous sommes ce pécheur, qui va donner au Père de la Joie en revenant vraiment vers Lui… et ce malgré nos chutes et nos échecs. Il nous portera, il prendra soin de nous, il nous guérit.
Cette joie jaillit de l’Amour du Père pour le retour du cadet. Il fallait festoyer et se réjouir, car ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé. (Lc 15)
Approchons-nous de Dieu, laissons-le nous porter, et nous trouverons la joie car « la joie de l’Évangile remplit le coeur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement (François Evangelii Gaudium 1)
3 – Dieu est à notre table
Jésus mange avec les publicains et les pécheurs. Et les savants se moquent. Combien se moquent aujourd’hui encore de ces jeunes, familles, parents, qui vont à la messe, même en semaine ? Combien de chrétiens sont pris pour cible alors qu’ils viennent à Jésus pour l’écouter, se laisser séduire par son amour, se laisser guérir par son pardon et se laisser nourrir par le Pain de Vie ?
Ces trois paraboles nous invitent, non pas à faire plus de choses pour le Seigneur, mais à choisir d’aimer le Père qui, en son Fils bien-aimé, fait de nous des disciples, des intercesseurs pour le monde, comme Moïse. Soyons ceux qui demandent au Seigneur de déverser non sa colère mais sa miséricorde sur le monde qui souffre de tristesse, d’isolement, d’égarement. Que Jésus Eucharistie nous soutienne encore et toujours

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r
H o r a i r e s   d e s   m e s s e s
I N F O