Site en reconstruction

Site en maintenance et réconstruction

Messes du 6 au 12 juillet 2020

Lundi 6 juillet – Ste Marie Goretti, vierge et martyre

Messe à l’église de la Madeleine à 18:30

Mardi 7 juillet – De la Férie

Messe à l’église de Rugles à 18:30

Mercredi 8 juillet – De la Férie

Pastorale de proximité – Visite dans l’une des familles à 18:00

Jeudi 9 juillet – S. Augustin Zhao Rong, prêtre, et ses comagnons, martyrs

Messe à l’église de la Madeleine à 9:00

Vendredi 10 juillet – De la Férie

Messe à l’église de la Madeleine à 9:00

Messe à l’EPHAD de Rugles à 15:00

Samedi 11 juillet – S. Benoît, abbé (Fête en Europe)

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 12 juillet – 15ème dimanche du Temps Ordinaire

Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

Messes du 13 au 19 juillet 2020

Lundi 13 juillet – S. Henri

Messe à l’église Notre-Dame à 19:00

Mardi 14 juillet – S. Camille de Lellis, prêtre

Messe à l’église Notre-Dame à 9:00

Mercredi 15 juillet – S. Bonaventure, évêque et docteur de l’Eglise

<

Jeudi 16 juillet – Notre-Dame du Mont Carmel

<

Vendredi 17 juillet – De la Férie

<

Samedi 18 juillet – De la Férie

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 19 juillet – 16ème dimanche du Temps Ordinaire

Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

“La force dans l’épreuve”, les mots du Pape dans la pandémie

Un livre rassemblant huit interventions du Pape François au cours de ces derniers mois est publié en langue française par la Librairie Éditrice Vaticane et les éditions Bayard ce mercredi 8 juillet. En une centaine de pages, “La force dans l’épreuve” permet de trouver de l’espérance et du soutien en cette période de pandémie…suite

Nos familles – La Vidéo du Pape 7 – Juillet 2020

La famille a besoin d’être protégée.
Les dangers auxquels elle est confrontée sont nombreux : rythme de vie actuel, stress…

Les parents oublient parfois de jouer avec leurs enfants.
L’Eglise doit encourager les familles et être à leur côté afin qu’elles découvrent des chemins leur permettant de surmonter toutes ces difficultés.
Prions pour que les familles d’aujourd’hui soient accompagnées avec amour, respect et conseil. Et, de manière particulière, pour qu’elles soient protégées par les États.

Édito Vacances 2020

L’été : une occasion de partages variés…

Nous sommes encore marqués par l’épidémie de la COVID 19. Nous savons que nous devons demeurer vigilants. Le virus existe toujours. Cette période dramatique a toutefois permis de révéler des aspects porteurs d’espérance pour notre avenir commun. Cet été est l’occasion d’inscrire dans nos pratiques ces nouveaux modes de vie que nous appelons de nos vœux…Lire la suite

Bel été à vous !

+ Christian NOURRICHARD – Évêque d’Évreux

Homélie de la messe de Saint Pierre et Saint Paul du Père Jérôme PAYRE

Homélie 28 juin 2020 – Saints Pierre et saint Paul

Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ?
Aujourd’hui, avec Timothée qui fait sa première communion, nous nous approchons de Jésus pour affermir notre foi. La fête des Apôtres Pierre et Paul, nourrit notre foi en l’Eucharistie, les saints nous conduisent à Jésus. Avec toute l’Eglise, nous professons : Avec Toi, Jésus, notre vie n’est pas la même. A qui irions-nous Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle (Jn 6, 70) affirme Pierre après le discours de Jésus sur le Pain de vie, la sainte Eucharistie.

Homélie de la messe de Saint Pierre et Saint Paul du Père Jérôme PAYRE

Homélie 27 juin 2020 animation KATORIN – Notre DAME

De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche.
Notre richesse, c’est Jésus ! Notre foi repose sur la foi et l’amour de Pierre et de Paul, dont nous célébrons le martyre. Comme Pierre et Jean, nous n’avons pas d’autres moyens pour annoncer Jésus et servir l’Eglise que de reconnaitre que Dieu est le Maitre, Jésus le Seigneur et l’Esprit saint notre vie. Notre richesse, c’est l’amour que Jésus a pour nous, un amour qui bouleverse, qui fait confiance, qui guérit, qui fortifie : m’aimes-tu ?

Feuille de messe du 12ème dimanche du T.O.

Chers paroissiens,
en cette fête du sacré Coeur de Jésus, voici la feuille de messe pour ce samedi et dimanche. A télécharger ou à imprimer, je vous rappelle le port du masque et le gel qui sera disponible à l’entrée de l’église.

Regardons Celui que nous avons transpercé et adorons Celui qui nous a tant aimés !

Père Jérôme PAYRE

L’autre appel du 18 juin

En ce jour du 5e anniversaire de la publication de l’encyclique Laudato si’, il peut être bon de rendre grâce pour le chemin parcouru par ce texte mais aussi par chacun de nous. Malgré les inerties, les pandémies, les conflits, etc.

« Dieu qui nous appelle à un engagement généreux et à tout donner, nous offre les forces ainsi que la lumière dont nous avons besoin pour aller de l’avant. Au coeur de ce monde, le Seigneur de la vie qui nous aime tant, continue d’être présent. Il ne nous abandonne pas, il ne nous laisse pas seuls, parce qu’il s’est définitivement uni à notre terre, et son amour nous porte toujours à trouver de nouveaux chemins. Loué soit-Il !

(Enc. LS par. 245)

source

Laudato Si’

Jeudi 16 juillet : Journée pour les jeunes

Journée pour les jeunes de 11 à 18 ans du diocèse à la Basilique Notre Dame de la Couture à Bernay le jeudi 16 juillet 2020 de 9h30 à 17h !! Inscris toi auprès de ton responsable d’aumônerie, de ton animatrice en pastorale ou des responsables de ton mouvement !!

Programme

Homélie de la fête du Corps et du Sang du Christ du Père Jérôme PAYRE

Homélie fête du corps et du sang du Christ – 14 juin 2020 – Jubilé d’Argent

Celui qui me mange, vivra par moi.
Vivre de Jésus, vivre pour Jésus, c’est la sainteté (Vatican II et Gaudete et exusltate).
L’Eucharistie est donnée, célébrée pour devenir des saints. Nous sommes à Capharnaüm, au bord du lac de Galilée, là où Jésus a appelé ses disciples.
La fête du Saint Sacrement fait revivre le mystère du jeudi saint à la lumière de la résurrection.
La fête Dieu ravive notre foi en la présence vivante, lumineuse de Jésus dans l’Eucharistie, adorée, célébrée, reçue et vécue. Au Cénacle, le jeudi saint, Jésus se donne par amour dans l’Eucharistie et le sacerdoce. Célébrer un jubilé sacerdotal en cette solennité est une vraie grâce, un précieux soutien du Seigneur, une exigence, car l’Eucharistie contient tout le trésor de l’Eglise, le Christ Sauveur (Presb.ordinis 5).

Paroisse : Feuille de messe du dimanche de la fête du Corps et du Sang du Seigneur

Chers paroissiens,

Voici la feuille de messe pour ce dimanche les conditions sanitaires ne changent pas encore, nous n’imprimons pas les feuilles que tous peuvent toucher. Merci donc de venir avec votre feuille imprimée ou sur les téléphones, tablettes et ordinateurs ! pensez aussi à votre masque et au gel.
Belle fête du saint Sacrement 

Père Jérôme PAYRE

Vendredi 19, à 18 h 30, en la fête du Sacré Coeur, notre évêque célébrera à la cathédrale une messe pour les personnes décédés pendant le confinement.

Compassion pour le monde – La Vidéo du Pape 6 – Juin 2020

Là où il y a de la douleur, là où il y a de la souffrance, là où il y a des épreuves, le Cœur de Jésus est là. Personne n’est seul. Le message du pape François nous rappelle qu’il existe un chemin pour aider quiconque en a besoin. Un chemin pour se connecter avec le Cœur de Jésus, avec son style et ses gestes, et qui conduit à incarner dans la vie une mission de compassion pour le monde. Il nous exhorte à nous approcher de ce chemin du cœur car il est capable d’accueillir « tout le monde dans la révolution de la tendresse  

Vous pouvez découvrir son appel vidéo de ce mois et prier pour cette intention: pour que tous ceux qui souffrent trouvent des chemins de vie, en se laissant toucher par le Cœur de Jésus…Suite

+

4ème Dimanche de Pâques

Il les fait sortir

Frères et sœurs,

Je voudrais méditer avec vous en ce dimanche sur une des actions principales du Bon Pasteur : Il fait sortir ses brebis pour qu’elles aillent et qu’elles viennent et qu’elles trouvent un pâturage. Il les fait sortir. Mais pour bien comprendre cette action caractéristique du Bon Pasteur, il faut s’arrêter au préalable sur ces deux paroles de Jésus : « Celui qui entre par la porte, c’est lui le pasteur, le berger des brebis. » et « Amen, Amen, je vous le dis : je suis la porte des brebis. » Jésus se révèle donc comme étant Le Pasteur, le Vrai Pasteur.

C’est ici, Frères et Sœurs qu’il faut bien articuler les choses : Jésus est l’Unique Pasteur qui conduit son troupeau, qui guide son Eglise. Et Il le fait à travers de multiples pasteurs, les Papes, les Evêques, les prêtres, qui sont en quelque sorte des pasteurs secondaires, qui sont pasteurs en dépendance de l’Unique Pasteur qu’est Jésus. Cela a plusieurs conséquences : la première, c’est qu’il ne faut absolutiser aucun pasteur qu’il soit Pape, Evêque, ou prêtre. Car aussi saints qu’ils puissent être, aucun pasteur ne peut prétendre être à lui seul un pasteur complet. Seul Jésus l’est.

Autre conséquence, c’est qu’il est légitime et normal que les pasteurs soient différents. Car c’est à travers cette légitime diversité que l’Unique Pasteur conduit son Eglise. Ne pas accueillir les différences des pasteurs, ou dit autrement, vouloir que les pasteurs apportent les mêmes choses, est contraire à la manière dont le Christ conduit son Eglise. C’est non seulement une attitude stupide qui révèle une méconnaissance de l’Eglise et de sa nature profonde, mais c’est aussi commettre un péché grave par rapport à ce que Dieu veut donner à son peuple à travers ces différents pasteurs. Cette attitude immature et bête conduit à se fermer à ce que Dieu veut donner à travers ses différents pasteurs. Il est légitime que telle ou telle brebis ait plus d’affinité avec tel ou tel pasteur : c’est normal, c’est humain. Tel paroissien appréciera davantage tel Pape ou tel prêtre. Mais en venir à absolutiser son propre point de vue et à le prendre comme une règle normative pour l’Eglise ou pour les autres, c’est autre chose. C’est une attitude de péché qui révèle un orgueil profond et qui est préjudiciable à la vitalité et à l’unité de l’Eglise. Quitter une paroisse à cause d’un prêtre ou dire en se cramponnant à son petit pouvoir ou à son petit point de vue : «  De toute manière, les prêtres passent et moi je reste ! » est tristement révélateur de ces attitudes fausses et immatures.

Je retiens une dernière conséquence : c’est qu’il faut accepter que dans le troupeau toutes les brebis ne soient pas nourries de la même manière selon ce qu’apportent les pasteurs. Cela dépend de ce que l’Esprit-Saint donne à chacun à travers la diversité des pasteurs et la diversité des brebis.

Ceci étant posé, arrêtons-nous sur une des actions caractéristiques du Bon Pasteur : il fait sortir ses brebis. S’il les fait sortir, ce n’est pas d’abord pour les promener, mais c’est pour les nourrir, pour leur « donner la vie, la vie en abondance. »

Faire sortir les brebis implique une action dynamique ; cela implique de quitter l’endroit où je suis pour aller ailleurs. Et dans un troupeau, il y a toujours des gens qui ne veulent pas bouger, qui sont bien là où ils sont. Eh bien, je suis désolé, mais des pasteurs qui ne vous font pas bouger de là où vous êtes ou qui vos confortent dans votre immobilisme, ne sont pas des bons pasteurs. Il faut en rester aux images que Jésus choisit. Une fois que le troupeau a brouté l’herbe à un endroit, il part ailleurs…parce qu’il n’y a plus rien à manger ! Et cette obéissance, cette confiance du troupeau est en fait une attitude de docilité au Christ, l’Unique Pasteur. C’est là que ce que je disais sur la légitime diversité des pasteurs est important : le troupeau de Dieu grandira à travers un Pape charismatique qui visite de nombreux pays, image de Jésus qui parcourait les villes et les villages, St Jean-Paul II, à travers un Pape qui enseigne, image de Jésus qui enseignait les foules, Benoît XVI, à travers un Pape qui va vers les plus démunis, à l’image de Jésus qui va vers les Lépreux, les pauvres, François. De la même manière, le troupeau grandira à travers un prêtre qui mettra l’accent dans son ministère sur l’enseignement, puis à travers un autre qui accentuera l’étude de la Bible, puis à travers un autre qui mettra l’accent sur la théologie ou encore sur la liturgie, ou sur l’enseignement de la prière. Comprendre cela, c’est avoir l’intelligence de l’Eglise. Mais, pour se nourrir de tout cela, il faut accepter de sortir et de faire confiance d’abord à Dieu, puis après aux pasteurs qu’Il envoie. Il y a là une différence importante entre la vision catholique et la vision protestante de la pastorale. Chez les catholiques, en acceptant et en accueillant les pasteurs que Dieu envoie, le peuple de Dieu se laisse guider par Jésus lui-même. Chez les Protestants, en se choisissant les pasteurs selon leurs besoins, les communautés se gouvernent comme une entreprise qui recrute selon des besoins ou des « compétences »…mais la place laissée à Dieu n’est pas la même.

Alors, parler des pasteurs, méditer sur le Bon Pasteur, est, vous vous en doutez, vous me connaissez, bien incomplet sans toucher un mot de la prière pour les vocations sacerdotales. J’attire votre attention sur quelques points qui me semblent importants.

Tout d’abord, il faut parler de manière juste. Il ne s’agit pas de prier pour que Dieu appelle des hommes à sa suite. Il le fait. Il ne nous a pas attendus. Il faut prier pour que l’appel de Dieu soit entendu, accueilli dans un coeur généreux, la bonne terre, et pour que les appels soient soutenus. Ce sont les réponses qui ne sont pas soutenues.

Après, il faut faire attention à la manière dont on parle des prêtres, en famille par exemple. La manière dont des parents parlent des prêtres, dont des adultes parlent des prêtres devant des enfants ou des jeunes, ou encore la manière dont des catéchistes parlent de leur prêtre, ont une incidence.

Attention aussi à la manière dont on parle du célibat. Il est curieux, et parfois dommage, que le célibat consacré ne soit envisagé que sous l’angle des contraintes, mais presque jamais sous l’angle de la fécondité et de l’épanouissement. La société se charge largement de pourrir le célibat consacré ; on attend des chrétiens qu’ils soient en mesure de le défendre et de l’estimer.

Et puis, je terminerai là-dessus, plus les paroisses auront une véritable vie de famille qui fait que des personnes de toutes générations, de tous états de vie se retrouvent dans la joie, plus les vocations sacerdotales pourront s’épanouir et se multiplier. Le célibat consacré prend son sens dans le don à un peuple qui devient une famille et non dans un ministère de type fonctionnaire du culte. C’est là que chacun d’entre vous a un rôle à jouer. Des jeunes s’engageront s’ils se sentent attendus, aimés et soutenus. Alors prions pour tous ceux que le Seigneur appelle à sa suite. Si les pasteurs sont différents, et il y a quand même des convergences : je m’inscris à 300 pr cent dans les pas de mes prédécesseurs les Pères Lelièvre, Bénard et Desprez. Du reste, ce n’est pas pour rien si la paroisse de Verneuil est celle qui fournit le plus de vocations au diocèse d’Evreux. Prions pour les séminaristes du diocèse et pour tous les garçons et jeunes hommes que le Seigneur appelle à sa suite. Et rendons grâce pour la réponse à Dieu de Patrick Synaeve qui sera ordonné diacre le dimanche 17 Septembre à la cathédrale d’Evreux. Amen !

Contact rapide

Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil

Communauté de Saint-Germain de Rugles 

Communauté de Verneuil sur Avre 

Communauté des Six Clochers – Bienheureuse Euphrasie Brard 

Centre paroissial BETHLEEM