Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la messe du troisième dimanche de Pâques du Père Julien PALCOUX

+

3ème Dimanche de Pâques

Frères et sœurs,

Chers enfants,

Chère Peggy,

Nous entendons de beaux textes qui nous parlent de la foi en ce jour où vous allez faire votre profession, de foi, c’est-à-dire, en ce jour où vous allez dire « oui » à votre baptême. J’en retiens trois éléments pour vous.

Tout d’abord, la foi reçue à notre baptême nous permet de reconnaître Jésus Ressuscité dans nos vies. C’est très important dans un monde où l’on conteste l’existence de Dieu ou encore dans un monde compliqué qui ne nous permet pas facilement de trouver Dieu. L’Evangile des pèlerins d’Emmaüs nous redit que Jésus Ressuscité est présent :

  • Dans les évènements de notre vie.

  • Dans l’Ecriture.

  • Dans l’Eucharistie.

Jésus fait parler ses disciples de ce qu’ils ont vécu. Et à travers cette expression, cette libération, Jésus ouvre leur cœur à sa présence. Il les conduit à relire leur vie différemment. Chers enfants, c’est ce que Dieu fait aussi avec nous. Vous verrez en grandissant que vous relirez des moments de votre vie, des évènements, des rencontres d’une manière différente et autre. Avec la foi, vous pourrez y découvrir la présence de Dieu qui était infiniment plus présent dans votre vie que vous ne le pensiez à l’époque.

Jésus invite aussi ses disciples à comprendre les Ecritures, c’est-à-dire à découvrir que les Ecritures parlent de Jésus et de notre vie. On peut lire les Ecritures comme un roman, comme un récit historique ; on peut les lire comme le lieu où Dieu me parle et me nourrit. Quand un homme au cœur ouvert lit l’Ecriture, Dieu lui parle. Mais, sommes-nous attentifs ? Il faut lire l’Ecriture avec le cœur, pas qu’avec sa tête ou de manière intellectuelle.

Quant à l’Eucharistie, c’est le mode de présence le plus complet de Jésus. Il est présent corporellement, réellement, complètement. Et nous ne pouvons le croire que par la foi. Certains disent : « Je suis chrétien, je prie chez moi. » Certes…c’est bien de prier. Mais, c’est encore mieux de venir à la messe où Jésus est réellement présent.

Voilà ce que permet la foi : découvrir Jésus, Le reconnaître sous ses différents modes de présence. La foi permet un dévoilement : « Comme votre cœur est lent à croire ! » dira Jésus.

Le deuxième élément que je souhaiterais reprendre est qu’il est nécessaire de nourrir sa foi. Les disciples qui commencent à reconnaître Jésus lui disent : « Reste avec nous car déjà le jour baisse. » Ils ont besoin de la présence de Jésus pour qu’Il fortifie leur foi.

Chers enfants, la foi que vous avez reçue au jour de votre baptême suit les mêmes règles que notre vie physique ou morale. Elle grandit, elle a des crises, ses hauts, ses bas. Une foi vivante est une foi qui bouge. Et, comme notre corps, comme notre esprit, elle a besoin d’être nourrie. Si vous arrêtez de manger, votre corps va être en perdition, et vous allez marcher vers la mort. Il en va de même pour la foi. Une foi qui n’est pas nourrie par la prière, par les sacrements, et en particulier par le Communion, est une foi qui dépérit et qui s’éteint.

Chers parents, vous avez le souci de la vie humaine de vos enfants. Ayez aussi le souci de leur vie divine ! Aidez-les à être fidèles à la messe ; soutenez-les ! ne leur mettez pas de bâtons dans les roues, surtout quand leur cœur est ouvert à Dieu ! Il est dommage que des enfants aient le désir de pratiquer plus régulièrement, mais soient freinés par leurs parents.

Les enfants, je reviens à vous. Il est important de nourrir la foi que vous allez proclamer ; pas seulement parce que sinon elle meurt, mais aussi parce que vous entrez dans votre première crise de foi. En effet, vous êtes en train de passer d’une foi d’enfant à une foi adulte, avec une appropriation personnelle de la foi. Ce passage est difficile. Beaucoup s’égarent à ce moment-là et abandonnent la foi. Ce dont vous avez besoin à votre âge, c’est en fait du sacrement de la confirmation qui va venir confirmer, affermir votre foi, et vous donner toutes les forces et les moyens nécessaires pour vivre votre foi. Marchez avec détermination vers le sacrement de la confirmation qui viendra accomplir votre baptême. Votre profession de foi n’est pas la fin du cursus catéchétique ; c’est seulement votre « oui » à Dieu ! Mais soyez cohérents ! Dire « oui » à Dieu, ce n’est pas abandonner la pratique. Ou alors, mieux vaut ne pas faire sa profession de foi…

Dernier élément que je reprends : votre foi vous invite à la transmettre. Si vous dîtes « oui » à votre baptême par votre profession de foi, alors vous dîtes « oui » à votre mission de baptisés. Et la mission des baptisés, c’est d’annoncer la foi. Alors, soyez missionnaires ! Tout d’abord dans vos familles, auprès de vos parents, de vos frères et sœurs. Vous évangélisez déjà plus que vous ne le pensez ! Combien de parents reviennent à la foi, à la pratique grâce à leurs enfants ! Continuez ! Ce n’est pas pour rien que Jésus a dit à ses disciples de laisser venir à Lui les enfants. Les enfants ont un cœur ouvert naturellement à Dieu.

Et puis, annoncez aussi la foi à vos amis, à vos copains, vos copines. Vous le faites déjà, et d’ailleurs Dieu passe par vous. Vous savez qu’à peu près la moitié des jeunes que nous avons au catéchisme pour la préparation à la confirmation sont arrivés à la paroisse grâce à des amis inscrits au catéchisme ! Vous êtes les évangélisateurs de demain.

Aujourd’hui, nous confions votre foi et votre profession de foi à la Vierge Marie, votre Mère. Qu’elle veille sur vous, qu’elle vous aide à rester fidèle à la foi catholique et à la pratique, qu’elle vous aide à avoir le désir de continuer à nourrir votre foi et qu’elle aide vos parents à vous soutenir. Amen !

⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r
H o r a i r e s   d e s   m e s s e s
I N F O