Messes du 11 au 17 mai 2020

Lundi 11 mai – De la Férie

  <

Mardi 12 mai – S. Nérée et S. Achille, martyrs ; S. Pancrace, martyr

  <

Mercredi 13 mai – Notre-Dame de Fatima (1917)

  <

Jeudi 14 mai – S. Matthias, apôtre

  < 

Vendredi 15 mai – De la Férie

  <

Samedi 16 mai – De la Férie

  <

Dimanche 17 mai – 6ème Dimanche de Pâques

  <

Je donne à la quête

Je donne au denier

Confinement : Urgence de la relecture

A la fin de ce temps de confinement, nous nous trouvons dans la situation des disciples d’Emmaüs dans l’Évangile de Luc que nous avons proclamé le 3ème dimanche de Pâques (Luc, chapitre 24, versets 13 à 35).
Le service de la Vie Spirituelle du diocèse nous propose une relecture de ce temps de retraite forcée.

En savoir+

Chrétiens, n’ayons pas peur !

Face à la mort et l’épreuve, il faut plus que jamais annoncer l’Evangile. Des chrétiens engagés dans la mission proposent sept pistes pour déconfiner l’Église catholique.

Le Covid-19 a provoqué une véritable dissolution religieuse. Travailler, se nourrir, faire du sport et prendre soin de ses proches : voilà les besoins essentiels reconnus par notre société et qui justifient des exceptions au confinement. A contrario, il semble évident que, quand il s’agit de prier, toute prise de risque est irresponsable. Alors que les lieux de culte sont parfois fermés et que les aumôniers bataillent pour rester présents dans les établissements de santé, la situation provoque des questionnements spirituels demeurant sans réponse. Cette situation nous invite à relever deux défis….

Lire la suite

En cette nouvelle semaine, le Seigneur est notre berger !

Dimanche des vocations

Chers paroissiens,
Nous entrons dans une nouvelle semaine, illuminée par la personne du Bon Pasteur, Jésus, notre Sauveur. En ce 4ème dimanche de Pâques, nous étions invités à prier pour les vocations, en rendant grâce pour la fidélité des prêtres et religieuses, des consacrés et des diacres et de tant de couples (encore ce samedi, en nettoyant la sacristie de Bourth, un couple est venu recevoir une bénédiction pour célébrer son 22ème anniversaire de mariage : Magnificat !).
Bien sûr, nous demandons aussi au Seigneur de pourvoir son Eglise de prêtres qui annoncent l’Evangile, qui célèbrent les sacrements et qui nous rassemblent au nom du Christ Pasteur, de diacres qui manifestent la joie de servir au nom du Christ, de consacrés qui sont sur le Thabor et qui montrent la grandeur de la vocation baptismale : la sainteté !
…….

Homélie du 4e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 4ème dimanche de Pâques 3 mai 2020 dimanche des vocations

Je suis venu pour que les hommes aient la vie, la vie en abondance (Jn 10, 10)
Regardons le Ressuscité, qui, en ce temps de Pâques, offre sa vie, la vie qu’Il reçoit de son Père, le Pasteur des Brebis, comme Fils bien aimé, et vie qu’Il nous donne comme Sauveur, car celui qui entre par Lui sera sauvé (Jn 10). Oublions les brigands, les étrangers, les voleurs, ceux qui veulent
être chefs pour mettre la main sur les brebis. Jésus est un chef qui commande en donnant sa vie.
Contemplons le bon Pasteur, que les prêtres aiment et servent.

Prier le 4ème dimanche de Pâques chez soi

Bonjour à tous,

Avec la journée de prière pour les Vocations, le 3 mai sera le 4ème dimanche du temps pascal. Je vous fais donc parvenir la proposition du Service diocésain de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle (que le P. Eric Pichard en soit grandement remercié !) pour prier chez vous et célébrer le Seigneur Jésus, Bon Pasteur de son Peuple.

Voici les liens qui vous permettront de suivre cette messe que Mgr NOURRICHARD célèbrera, en direct de la Cathédrale, à 10h30 ce dimanche 3 mai https://youtu.be/DUAEh4vshTs – https://www.facebook.com/EGLISE.CATHOLIQUE.EURE/

Pour ceux qui le souhaitent, l’homélie sera accessible sur le site internet du diocèse  https://evreux.catholique.fr/je-me-documente/le-diocese/le-peuple-des-baptises/leveque/homelies

Comme nous le savons tous à présent, nous ne pourrons pas reprendre un rythme de célébration ordinaire après le 11 mai et en tout état de cause avant le 2 juin. Nous ne manquerons pas de vous informer dès que nous aurons des informations plus précises, notamment concernant la célébration des sacrements de l’initiation chrétienne.

Bon courage, en ce temps difficile pour beaucoup, pour nos communautés, pour notre Eglise, pour notre monde. Je vous redis tout mon soutien et mon union de prière fraternelle.

P. Michel DAUBANES
Vicaire Général

Une Église en manque

Ce dimanche, qui est celui des vocations, sera encore un dimanche sans messe. Après l’annonce du gouvernement que l’on ne rouvrira pas les lieux de culte avant le 2 juin, les réactions ont été vives. Églises, mosquées et synagogues resteront fermées. Nous voici donc tous renvoyés célébrer dans nos foyers… Nombre de chrétiens en ont pris, difficilement certes, leur parti. Facebook et WhatsApp ont pris le relais, les liturgies domestiques sont redécouvertes. Les initiatives foisonnent. On ne peut que s’en réjouir. Pour autant, comment ne pas se poser la question de la fonction sacerdotale quand le peuple, présence physique et régulière, fait défaut ? À quoi sert le prêtre si son église est vide ? Et que devient le fidèle livré à lui-même, seul devant son ordinateur ? Quand le prêtre manque au fidèle, et quand le peuple manque au prêtre, c’est toute l’Église qui est en manque. Pour autant, faut-il s’en désoler ? N’y a-t-il pas dans ce moment si particulier comme un appel à redécouvrir les fonctions des uns et des autres ? Pourquoi l’eucharistie me manque-t-elle ? Pourquoi mes paroissiens me manquent-ils ? Et si nous réalisions enfin que nous formons un corps collectif certes, mais constitué de tous nos corps de chair ? C’est la base de notre vie sacramentelle. Peut-être, alors, des vocations pourront-elles voir le jour. Des vocations autres ? Nouvelles ? Surprenantes ? Comment savoir ? Lisez les réflexions, très pastorales, de Jean-Marc Micas, provincial de France des Sulpiciens, et celles, très théologiques, du jésuite Christoph Theobald. Elles se rejoignent

Sophie de Villeneuve,
rédactrice en chef de Croire

En savoir +

Confinement : Pas de messes avant le 2 juin !

En raison de la poursuite de l’épidémie de Covid-19, les célébrations religieuses ne pourront pas se tenir avant le 2 juin. Une décision que déplorent les évêques de France.

Lors de sa présentation du plan de déconfinement devant les députés, mardi 28 avril, le Premier ministre, Édouard Philippe, a évoqué l’organisation de cérémonies religieuses. Conscient de « l’impatience » des fidèles, il a néanmoins annoncé qu’il n’y aurait pas de célébration avant le 2 juin. En attendant, « les lieux de culte pourront continuer à rester ouverts » a précisé le chef du gouvernement.

Par ailleurs, d’ici cette date, les cérémonies funéraires ne pourront pas rassembler plus de 20 personnes.« J’ai parfaitement conscience de la charge et de la difficulté face à des décès d’appliquer cette règle. Mais elle est formulée, en France comme dans d’autres pays comparables, afin, là encore, de protéger les vivants », a déclaré Édouard Philippe. Le Premier ministre a également indiqué que les cimetières seront ouverts au public dès le 11 mai.

Lire la suite

Suite aux annonces du Premier Ministre concernant le déconfinement

Pas de messe publique en France avant le 2 juin

Suite aux annonces du Premier Ministre Monsieur Edouard Philippe concernant les premières mesures de déconfinement, le Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France, au nom de tous les évêques, prend acte avec regret de cette date qui est imposée aux catholiques et à toutes les religions de notre pays. “Nous partageons le souci du Gouvernement de limiter au maximum la circulation de l’épidémie, mais nous voyons mal que la pratique ordinaire de la messe favorise la propagation du virus et gène le respect des gestes barrières plus que bien des activités qui reprendront bientôt”.
📣►https://bit.ly/déconfinementeglise

Communiqué en PDF

Belle semaine remplie de grands saints (saint Louis-Marie Grignion de Montfort, sainte Catherine de Sienne, saint Pie V, saint Joseph, saint Athanase…) qu’ils intercèdent pour nous

Chers paroissiens,
Il se fait tard, et déjà le jour baisse… reste avec nous ! (Lc 24).
La prière des 2 disciples à ce « divin Voyageur » est la nôtre.
Spécialement en ces jours, où privés de la communion eucharistique,
nous désirons avoir la joie de recevoir le Christ ressuscité.
Mais avant cela, il y a la marche, la route vers ce village…
L’Eucharistie est au terme du chemin, au bout du village, et provoque
une transformation, une conversion, un retournement : les 2 hommes
qui avaient quitté Jérusalem par déception, par tristesse, y
retournent avec joie, le coeur brûlant de la rencontre avec le
Ressuscité. Ainsi se vérifie de nouveau ce que le pape François enseigne dans Evangelii Gaudium : la joie de l’Evangile remplit la vie et le coeur de tous ceux qui rencontrent Jésus…

Homélie du 3e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 3e dimanche de Pâques – 25-26 avril 2020 – A

“Reste avec nous Seigneur !”
Sur le chemin d’Emmaüs, localité non identifiée (des fouilles sont faites à Kyriat Yearim, au-dessus d’Abu Gosh, l’Emmaüs des Croisés), deux disciples, un nommé Cléophas, l’autre sans nom, font route. L’anonymat de l’autre disciple permet de nous identifier à lui. Et la non-localisation indique que tout chemin du disciple de Jésus est un Emmaüs… Le Seigneur nous rejoint, nous explique l’Écriture, nous donne sa vie et nous transforme en Apôtres…

Assemblée plénière du 24 avril 2020 : communiqué final

La Conférence des évêques de France s’est réunie en assemblée plénière exceptionnelle par visio-conférence ce vendredi 24 avril après-midi. Il s’agissait pour les évêques de se retrouver, alors qu’ils n’ont pas pu tenir leur Assemblée de printemps à Lourdes, notamment pour évoquer ensemble les délais et les modes du « déconfinement » non seulement des cérémonies liturgiques mais aussi des activités catéchétiques et caritatives de l’Eglise…

Lire la suite

Communiqué en PDF

Une Église sans messe ?

Nous aurons donc à attendre la mi-juin avant de pouvoir, peut-être, nous retrouver dans nos paroisses. Pour des messes avec, sans doute, masques, gants, et baiser de paix respectant la ” distanciation sociale “. Mi-juin… cela fera donc trois mois que la télévision, YouTube ou Facebook auront pris le relais de nos rassemblements communautaires, et c’est très bien. Comment aurions-nous pu suivre la semaine sainte, et maintenant nos messes dominicales, sans cette effervescence technologique ? Mais trois mois de communautés virtuelles, et peut-être plus encore, ne pose-t-il pas question ? Qu’est-ce que la messe ? Qu’est-ce qu’une communauté ? Pour beaucoup le manque se fait sentir, bien sûr, et c’est normal. Mais n’y a-t-il que la messe qui puisse nous rassembler ? N’y a-t-il que la communion eucharistique qui nous fasse sentir chrétiens ? Beaucoup en sont privés durant de longs mois, comme le synode sur l’Amazonie nous l’a rappelé. Durant ses longues marches dans le désert, Charles de Foucauld méditait sa solitude de prêtre sans communauté : pas de messe possible chaque jour. Il en souffrait, mais trouvait que penser à Jésus le plus qu’il pouvait, à chaque instant, en marche, ” misérablement “, dans une adoration continuelle, eh bien, cela pouvait suffire… Peut-être est-ce à cela aussi que nous sommes appelés durant ces jours sans véritable communauté. Découvrons ce à quoi nous invite de son côté Mgr Benoist de Sinety, vicaire général de Paris.

Sophie de Villeneuve,
rédactrice en chef de Croire

EN SAVOIR PLUS

Homélie mercredi des cendres 26 février 2020

Laissez-vous réconcilier avec Dieu !

Cet appel de saint Paul nous plonge dans la joie. Souvent nous pensons que pour réussir le carême, nous devons faire des choses. Jésus parle de 3 attitudes, qui ne sont pas réservées au Carême, mais sont celles de toute vie de baptisés : prier, jeûner/se maitriser, partager.

Le temps du carême ne doit pas être celui de la mauvaise conscience. Ce que le Seigneur désire, c’est que nous revenions vers Lui… simplement, mais de de tout votre cœur. L’appel de saint Paul – Laissez-vous réconcilier ! – nous invite à accueillir Jésus, le Fils de Dieu, à lui donner de la place.

1) Les appels de Dieu : Revenez à moi !

Revenez à moi ! revenez au Seigneur, car il est tendre et miséricordieux

Pourquoi revenir ? nous nous sommes éloignés. Nous avons fui ou négligé l’amour du Seigneur. Nous menons notre vie sans être amoureux de Dieu… et il arrive que nous nous complaisions dans une vie sans trop de prière, sans partage, sans vraie maitrise de nos passions, de nos pulsions, le jeûne nous entraine. Dieu nous a tout donné, tant donné. Et nous ?

Le Carême est liturgiquement le temps qui nous prépare non à confesser nos péchés, mais notre foi, solennellement, à la vigile pascale. Pour choisir le Christ et sa vie, il nous faut prier, partager ou renoncer par le jeûne à telle ou telle pratique, Le pardon de Dieu nous est alors utile.

Le prophète Joël nous invite à déchirer nos cœurs. Au jour de notre baptême, nous avons revêtu le Christ. L’Esprit saint nous a façonné un cœur nouveau, capable d’aimer de Dieu de tout notre cœur, d’aimer notre prochain comme Jésus aime.

Sonnez du cor : jeunez, rassemblez, jouez… Le carême est un temps de conversion individuelle et communautaire. Retrouvons donc la joie d’avoir rencontré Jésus qui a livré sa vie pour nous. Vivons vraiment de l’Eucharistie, rencontre d’amour.

Enfin, nous entendons un appel spécifique : Que les prêtres prient ! Jésus, le grand prêtre ne cesse de prier pour nous. La mission des prêtres est de prier, de vous présenter au Seigneur qui vient donner sa vie par les sacrements (eucharistie, confession). Laissons-nous attirer par Jésus.

2) Les appels de l’homme : Renouvelle-moi !

Lave-moi tout entier, purifie-moi. Le jeudi saint, Jésus lave les pieds des disciples et Pierre refuse ce geste d’’esclave, jusqu’à ce qu’il comprenne que c’est l’amour de Jésus qui lave, sauve.

Sur la croix, par son cœur transpercé, Jésus lave de tout péché.

Crée en moi un cœur pur, renouvelle mon esprit ! la pureté que le Seigneur attend de nous est le refus du mensonge, d’un cœur partagé, de l’hypocrisie. C’est le refus de Satan, Père du mensonge, redus du diviseur. Notre profession de foi au Christ Ressuscité est un net refus du diable, du mal, du péché. Voilà le cœur pur qui voit Dieu, comme l’enseigne Jésus dans les Béatitudes. Pour vivre ainsi, nous prions : ne me chasse pas loin de ta face

D’où le désir de notre cœur : rends-moi la joie d’être sauvé. Demandons la grâce d’être renouvelé dans la joie de suivre Jésus et de vivre de Lui. Nous allons être couverts de cendres, comme pour protéger notre cœur, notre vie de baptisés, pour qu’elle reparte avec ardeur dans la nuit de Pâques

Alors notre vie est une vie de louange : Seigneur, ouvre mes lèvres… C’est une prière facile, pour jeûner de paroles inutiles, voire blessantes. Les paroles peuvent aussi être des écrits.

3) L’appel de Paul : laissez vous faire !

Paul enseigne que le 1er artisan de notre conversion, c’est le Seigneur. Nous sommes coopérateurs. Par notre prière, notre jeûne et notre partage, nous montrons notre désir de vivre avec Dieu, pour Dieu, de Dieu, sensibles aux besoins de nos frères, en laissant le superflu et le superficiel.

Prions les uns pour les autres, car tous, nous sommes pécheurs, nous sommes des pécheurs que le Seigneur veut faire revenir vers Lui, pour sa joie, par amour !

Contact rapide

PAGES (en construction)