14 juillet, saint Juste, Archevêque de Lyon et moine au désert de Scété (Egypte), 2 sept 390 saint patron de l’église de Bourth.

Messes du 30 novembre au 6 décembre 2020

Semaine 49 (provisoire)

Lundi 30 novembreS. André, Apôtre

  • Messe à l’église Notre-Dame à 18:30

Mardi 1 décembre – Bienheureux Charles de Foucauld

  • Eglise Notre-Dame à 14:00 – Adoration du Saint Sacrement avec confession
  • Messe à l’église Notre-Dame à 18:30

Mercredi 2 décembre – De la Férie

Jeudi 3 décembre – S. François Xavier, prêtre

Vendredi 4 décembre – S. Jean de Damas, prêtre et docteur de l’Eglise

Samedi 5 novembre – De la Férie

Dimanche 6 décembre – 2ème dimanche de l’Avent

  • Messe à l’église de x à 9:15
  • Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

14 juillet, saint Juste, Archevêque de Lyon et moine au désert de Scété (Egypte), 2 sept 390 saint patron de l’église de Bourth.

Saint Juste, Archevêque de Lyon et moine au désert de Scété (Egypte), 2 sept 390

saint patron de l’église de Bourth.

Saint Just (en latin : Iustus) naquit à Tournon, sur les bords du Rhône, dans la première moitié du IVe siècle. Son père était gouverneur de la province environnante, appelée depuis Vivarais. Lorsque le jeune Just eut atteint l’âge d’étudier, ses parents, qui voulaient lui donner une éducation chrétienne, le mirent sous la conduite de saint Paschasius, archevêque de Vienne, qui fut l’un des plus grands évêques de son temps.

Ce dernier eut la satisfaction de voir son jeune disciple croître en sagesse et en vertu. Just fit à son école de si grands progrès dans la prière et dans l’étude des Saintes Ecritures que Claudius, le successeur de saint Paschasius, l’ordonna diacre. Peu de temps après, vers 350, à la suite de la mort de Vérissimus, le siège épiscopal de Lyon étant vacant, saint Juste y fut élu malgré les vains efforts qu’il fournit pour se soustraire à cet honneur. Il gouverna son peuple avec tant de zèle, d’humilité et de douceur que tous le regardaient comme un ange descendu du ciel. Son zèle le rendit la terreur des démons et des païens. Sa miséricorde était si grande qu’on l’appelait le Père des pauvres, le protecteur des veuves et des orphelins, le refuge des malades. Il était attentif à tous et sa charité s’étendait à toutes les créatures.

Il participa à deux conciles, celui de Valence en 374, puis celui d’Aquilée en 381, ce dernier fut réuni pour condamner l’hérésie arienne. Deux évêques de ce parti, Palladius et Secondianus, appuyés par Justine, femme de l’empereur Valentinien l’Ancien, demandaient un concile général pour revoir ce qui avait déjà été arrêté et défini. Saint Ambroise de Milan s’y opposa, et consentit seulement à la tenue d’un concile provincial. Néanmoins, l’empereur Gratien laissa à d’autres évêques la liberté d’y assister. Ceux des Gaules furent convoqués, mais, ne voulant pas quitter leurs diocèses, ils se contentèrent d’y envoyer trois députés. Saint Juste fut l’un d’eux. Il se rendit à Aquilée et fut l’un des trente-deux évêques qui composèrent le concile, que présidait saint Valérien d’Aquilée. Saint Ambroise ouvrit la séance inaugurale et demanda à saint Juste de prendre la parole. Celui-ci déclara, au nom de tous les évêques des Gaules, que celui qui ne confessait pas que le Fils de Dieu était coéternel à son Père devait être anathème. Dès lors, il demanda que l’on destituât Palladius et Secondianus de l’épiscopat et du sacerdoce, comme des blasphémateurs qui suivaient les erreurs impies d’Arius. Cette proposition fut entérinée par l’ensemble du concile. Saint Just sortit de cette assemblée avec la gloire d’avoir soutenu la foi orthodoxe et d’avoir dignement représenté l’épiscopat des Gaules.

Peu après son retour, alors que l’on espérait le voir diriger son Eglise pendant de nombreuses années encore, un incident imprévu le fit renoncer à sa charge et l’amena à se retirer au désert, pour donner libre cours à son zèle pour la prière et la solitude.

Un homme en proie à la folie, dans un accès de violence, massacra plusieurs personnes dans les rues de Lyon. On voulut le saisir, mais, revenant à lui, l’homme s’échappa et alla se réfugier dans l’église où il s’enferma. La sainteté du lieu arrêta quelque temps le peuple et l’empêcha de passer outre ; mais le tumulte reprenant peu à peu, on menaça saint Juste, qui soutenait l’immunité de cet asile, de briser ou de brûler les portes s’il ne le faisait pas sortir. Il leur expliqua, avec sa douceur et son zèle ordinaires, qu’ils commettraient un grand crime en violant la sainteté du temple de Dieu. Sur ces entrefaites, un magistrat arriva. Il espérait par son adresse apaiser le tumulte. II s’adressa à l’évêque et le pria de lui livrer cet homme pour le conduire en prison, en lui donnant sa parole que, dès que le trouble serait apaisé et les gens dispersés, il le lui ramènerait. L’homme de Dieu lui fit confiance et lui livra le malheureux; mais à peine fut-il sorti de l’église que le peuple l’arracha des mains du magistrat, le traîna par les rues et le fit mourir cruellement.

Cet événement affecta profondément saint Just ; sans chercher à se justifier en prétextant sa bonne foi et ses bonnes intentions, il se regarda comme responsable de la mort de cet homme. Il n’accusa ni le peuple ni le magistrat, mais se déclara lui-même indigne de l’épiscopat, et se retira dans sa maison natale de Tournon. Tous ses amis, venus l’y visiter, ne parvinrent pas à le faire revenir sur sa décision.

Une nuit, il partit secrètement de sa demeure accompagné d’un jeune lecteur de son église, nommé Viator. Il prit le chemin d’Arles, puis de Marseille, où il s’embarqua pour l’Egypte.

A peine arrivé, il se retira au désert de Scété en compagnie des saints moines qui peuplaient alors ces solitudes. Il ne révéla ni son nom ni sa dignité, mais, en compagnie de saint Viator son compagnon, il vécut au désert comme un simple moine ignoré de tous. Il demeura ainsi pendant plusieurs années dans une profonde humilité et une parfaite obéissance. Dieu, cependant, qui ne voulait pas laisser méconnaître une telle sainteté, lui qui élève ceux qui s’humilient, permit qu’un pèlerin lyonnais se fit moine dans le monastère où vivait notre saint. L’ayant reconnu, il fit une métanie devant lui et lui demanda sa bénédiction. Les moines, étonnés, lui demandèrent la raison d’un tel geste. Il leur répondit que cet humble moine qui vivait au milieu d’eux depuis plusieurs années n’était autre que le grand évêque Juste, métropolite de Lyon. Pendant que celui-ci se désolait d’avoir été reconnu, l’ensemble de la communauté, confuse de ne pas l’avoir traité selon sa dignité, lui demanda pardon du peu de respect qu’elle lui avait témoigné jusqu’à ce jour, dans l’ignorance qu’elle était de sa dignité. Mais lui les pria de le garder en leur compagnie comme auparavant, sans égard à son rang, ce qu’ils acceptèrent. Il continua donc à vivre comme un simple moine avec la même perfection et la même humilité, se contentant de prier sans cesse pour son troupeau qui était toujours présent à son esprit.

Quelques années passèrent jusqu’à ce qu’Antiochus, qui devait être le troisième successeur de Juste sur le siège épiscopal de Lyon, poussé par l’Esprit, eut le désir de revoir le saint prélat. Il s’embarqua donc à Marseille pour l’Egypte. Saint Juste, qui en avait eu la révélation, annonça cette nouvelle à saint Viator, et lui indiquait étape par étape les lieux par où Antiochus passait. Après que ce dernier eut rejoint leur monastère, une fois les salutations achevées, saint Just prit la parole et dit : ” Sois le bienvenu, la fin de ma vie approche et Dieu t’a envoyé pour me rendre les devoirs de la sépulture”. Antiochus et Viator furent attristés de ces paroles. Le compagnon de Just le lui déclara, mais celui-ci le consola par une autre prédication : ” Ne t’attriste pas, mon enfant, de me voir partir de ce monde; tu me suivras bientôt dans la vie éternelle. ” En effet, saint Juste expira le 2 septembre 390, et son disciple le suivit un mois après.

Les Lyonnais allèrent chercher leurs corps en Egypte et les ensevelirent dans un mausolée de la grande nécropole de Saint-Irénée – Saint-Just, qui était à cette époque la cathédrale de la ville, à l’emplacement de l’actuel jardin archéologique, rue des Macchabées. La basilique, aujourd’hui détruite, est remplacée par une autre église. Autour de la basilique s’est développé un bourg du même nom qui est devenu au XIXe siècle un quartier de Lyon.

Le tombeau de ce grand évêque de Lyon devint l’objet de la vénération de tout le peuple. Chaque année, pour sa fête, des foules nombreuses s’y rassemblaient. Saint Sidoine Apollinaire qui y avait assisté, raconte que l’on marchait en procession avant le jour, et qu’il y avait une si grande affluence de peuple que l’église ne pouvait le contenir en entier. Un nombre infini de cierges étaient allumés. Pendant l’agrypnie, les psaumes étaient chantés alternativement à deux chœurs par les moines, le clergé et les fidèles. A l’issue de cet office, on se retirait jusqu’à l’heure de Tierce à laquelle on se rassemblait pour la Divine liturgie.

L’Église de Lyon célébrait autrefois saint Just à quatre reprises dans l’année :

– son ordination le 14 juillet,

– la translation de ses reliques à Lyon le 4 août (encore fêté dans le diocèse de Lyon)

– sa mort le 2 septembre

– et son passage en Égypte le 14 octobre.

Aujourd’hui, le quartier de Saint-Just est un quartier résidentiel. On peut notamment y voir les restes de l’église Saint-Just, détruite, et l’église des Macchabées.

Pourquoi saint Just est honoré à Bourth ! M. le curé et M. le maire nous promettent la réponse pour sa fête en 2016.

Actualités de la Paroisse - articles récents

Homélie de la messe du 1er dimanche de l’Avent du Père Jérôme PAYRE

Homélie 1er Dimanche de l’Avent – 29 Novembre 2020 B

Il a donné tout pouvoir à ses serviteurs … (Mc 13).
Le temps de l’Avent débute ce dimanche. L’Avent fait grandir notre désir de la venue de Dieu, de son emprise sur le monde (Cf. Christ Roi). Il rappelle que Dieu est le maître du monde. Nous sommes invités à orienter/réorienter notre vie, nos pensées, paroles, actions, vers le vrai visage de Dieu, un père, un ami. Le temps de l’Avent célébre la venue du Rédempteur, dans la mémoire joyeuse que Dieu s’est fait homme, que le Verbe s’est fait chair (Jn 1, 14) en Jésus, à Bethléem.

(suite…)

Décision du Conseil d’État du 29 novembre 2020 : le droit a été rétabli et la raison reconnue

Par sa décision du 29 novembre 2020, le juge des référés du Conseil d’État a retenu le caractère disproportionné de la mesure gouvernementale qui limitait à 30 le nombre de personnes autorisées à assister aux cérémonies religieuses dans les lieux de culte, en relevant qu’il n’y avait pas de justification à cette interdiction absolue et générale « alors qu’aucune autre activité autorisée n’est soumise à une telle limitation fixée indépendamment de la superficie des locaux en cause ».

(suite…)

Message pastoral pour l’Avent de Monseigneur Christian Nourrichard

Chers amis,

Aujourd’hui, nous entrons dans l’Avent, temps d’attente et d’espérance.

Pendant cette année si particulière marquée par la crise sanitaire de la Covid-19, nous avons souvent eu l’impression d’attendre : attendre de pouvoir sortir de nos maisons, de retrouver nos proches, de retourner à l’école ou au travail, de reprendre nos activités… Nous avons aussi dû patienter, et patientons encore, pour célébrer les mariages, les baptêmes et pour retourner à la messe sans contraintes. Ainsi, nos vies ont été bouleversées et un sentiment légitime d’inquiétude a pu apparaître.

L’Avent est un temps d’attente profondément différent parce qu’il se vit dans l’espérance. Nous cheminons avec une certitude : la venue de notre Sauveur. Dans la joie, nous attendons la naissance de Jésus-Christ qui s’est fait homme en naissant dans une mangeoire, avec humilité et simplicité.

Aujourd’hui, revivons ce Mystère vécu à Bethléem il y a 2 000 ans !

Vous allez probablement préparer votre crèche, peut-être aurez-vous la chance de le faire avec vos enfants ou petits-enfants. La crèche a ceci de merveilleux qu’elle nous fait toucher du doigt cet événement unique et extraordinaire qui a changé le cours de l’Histoire. Je voudrais donc vous inviter à contempler avec attention chaque élément et chaque personnage. Chacun porte un sens bien particulier ; mais tous se sont mis en chemin avec la même foi car ils savaient que dans la crèche, se trouvait le Messie, l’Essentiel.

Chers amis, je vous souhaite de vivre ce temps de l’Avent à l’image de ceux qui, lors de cette Nuit Sainte, se sont hâtés vers l’Enfant-Jésus, dans la joie, la confiance et l’espérance !

Bel Avent à tous !

+ Christian Nourrichard,
évêque d’Évreux

Message

La Conférence des évêques de France dépose un référé liberté

Dans sa déclaration du jeudi 26 novembre, le Premier ministre a annoncé une jauge de 30 personnes pour les célébrations religieuses dès ce dimanche. Cette jauge n’est ni compréhensible ni acceptable en l’état. En conséquence, le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France (CEF), réuni hier soir, a décidé de déposer un référé liberté au Conseil d’État dès ce matin, les évêques estimant qu’ils ont le devoir de veiller à la liberté de culte dans notre pays.

(suite…)

Messes Avent 2020

Chers paroissiens,
Comme annoncé dans le mail précédent, voici la programmation des messes… pour les semaines à venir, dans la limite de 30 au moins pour ce premier dimanche….

Comme nous l’avions programmé et je m’en réjouis, nous pourrons célébrer dimanche à 11 heures la confirmation de 5 paroissiens, qui désirent vivre plus pleinement de l’Esprit saint et donc être disponibles pour étendre le règne du Christ.

Je compte sur votre prière, pour Laura, Anastasia, Hélène, Paul-Alexandre et Merwann.
Ils sont, ainsi que leur famille, parrain ou marraine et les servants d’autel, prioritaires pour participer à la messe, ainsi que les personnes en charge de la préparation de l’église et de l’animation.

C’est pourquoi, en concertation avec le Père Floribert, que je remercie, j’ai décidé de célébrer une messe samedi soir à 18 h 30 et dimanche à 9 h 30 à la Madeleine, pour permettre aux quelques uns d’entre vous qui le désirent vivre de l’Eucharistie. 

(suite…)

Prier chez soi le 1er Dimanche de l’Avent

Chers paroissiens, 

Voici un premier message ce soir. C’est celui de notre vicaire général, transmettant les documents pour prier. Je me permets de pointer le montage sur la crèche, que certains vont peut être reconnaitre 🙂 !
Dans un autre message je vous communiquerai les heures des messes pour samedi et dimanche, sur la paroisse. Et je vous inviterai aussi à noter les heures des messes de semaine….où jamais nous ne sommes 30 personnes…. Donc, on a de la place !!!
Demain, nous fêtons La Vierge Marie, dans son sanctuaire de la Rue du Bac, à la médaille miraculeuse.O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recourt à vous !

Père Jérôme PAYRE

(suite…)