Messes du 25 au 31 mai 2020

Lundi 25 mai – S. Bède le Vénérable, prêtre et docteur de l’Eglise ; S. Grégoire VII, pape ; Ste Marie-Madeleine de Pazzi, vierge

  <

Mardi 26 mai – S. Philippe Néri, prêtre

  <

Mercredi 27 mai – S. Augustin de Cantorbéry, prêtre

  <

Jeudi 28 mai – De la Férie

  < 

Vendredi 29 mai – De la Férie

  <

Samedi 23 mai – De la Férie

  Messe à Notre Dame de Verneuil à 18:30

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 24 mai – Pentecôte

  Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

Messes du 18 au 24 mai 2020

Lundi 18 mai – S. Jean Ier, pape et martyr

  <

Mardi 19 mai – De la Férie

  <

Mercredi 20 mai – S. Bernardin de Sienne, prêtre

  <

Jeudi 21 mai – Ascension

  < 

Vendredi 22 mai – Ste Rita de Cascia, religieuse

  <

Samedi 23 mai – De la Férie

  <

Dimanche 24 mai – 7ème Dimanche de Pâques

  <

Je donne à la quête

Je donne au denier

Solennité de la Pentecôte – Samedi 30 mai et dimanche 31 mai 2020

Nous nous réjouissons de pouvoir célébrer la Pentecôte, de pouvoir adorer l’Esprit saint, architecte de l’Eglise… Fête qui, pour nous sera comme un nouveau commencement.
Faisons une grande confiance à l’Esprit saint qui nous guidera dans cette période.
Les messes de cette si grande fête sont indiquées ci-dessous.
Pour toute la durée de la pandémie, au moins jusqu’en septembre, nous avons décidé, avec les membres de l’Equipe d’animation pastorale et les coordinateurs, avec le Père Floribert et notre diacre Pascal Richer, de n’utiliser pour les messes que les églises suivantes, à la fois pour des raisons pratiques de mise en place, de signalisation, de mobilisation possible des paroissiens pour servir aux entrées et dans les sacristies.
Les autres églises sont ouvertes pour la prière commune, l’adoration silencieuse, le chapelet…

Samedi 30 mai
18 h 30 Messe à Notre Dame de Verneuil
18 h 30 Messe à saint Germain de Rugles
Dimanche 31 mai
9 h 15 messe à Bourth
11 h Messe à la Madeleine

Quelques conditions indispensables
pour que l’on puisse célébrer dignement la sainte Eucharistie et respecter les conditions sanitaires.
L’entrée se fera par une seule porte 30 mn avant le début de la messe.
A ce jour, nous ne connaissons pas le nombre total de personnes pouvant entrer dans l’église, ni l’âge non plus des personnes. Je vous le communiquerai dans la semaine.
Pour entrer, il faudra que chacun arrive avec
son masque qu’il apportera
sa propre solution hydro-alcoolique, à utiliser dès l’entrée dans l’église
la feuille de chants commune qui sera envoyée dans la semaine par mail et disponible sur le site de la paroisse (et donc aussi sur le téléphone ou votre tablette).
o Vous comprendrez que nous ne pouvons pas acheter les quantités de gel nécessaire pour chacun. Il en faut déjà pour la sacristie, pour le déroulement de la messe, la désinfection.
o Nous ne contrôlerons pas la température, mais toute personne ayant de la fièvre (plus de 37, 5°) est invitée à ne pas venir.
Les groupes de chants ne sont pas autorisés à reprendre pour l’instant.
La distanciation physique sera respectée entre les chaises ou sur les bancs. Merci de ne pas déplacer les chaises… nous ne pourrons pas systématiquement les remettre.
Des consignes seront données lors des messes pour les lectures, pour la procession de communion (qui ne sera donnée que dans la main).
Tout à la joie de pouvoir nous retrouver et prier ensemble notre Dieu pour Le servir et annoncer avec force l’Evangile de Jésus, ces consignes restent complexes mais nécessaires pour que nous puissions célébrer dignement le Seigneur. Il nous faudra de la patience… qui est un des fruits de l’Esprit saint (Ga 5, 22).
Je tiens à remercier ceux qui ont proposé leur aide pour réaménager les églises pour samedi et dimanche, ceux qui se sont rendus disponibles pour l’accueil et le rangement…
Père Jérôme PAYRE

D’un seul coeur !

Chers paroissiens,
D’un seul coeur !
C’est le titre de la lettre que je vous ai adressée ces dernières semaines. Ce titre s’est imposé à moi devant la rapidité avec laquelle vous avez formé une chaine de prière, au cours du carême, puis dans la nuit du jeudi au vendredi saint. J’avais dans le coeur ce passage des Actes des Apôtres que nous avons entendu dans la 1ère lecture de ce dimanche. C’est l’attitude des Apôtres après l’Ascension de Jésus.
‘ Tous, d’un même coeur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères (Ac 1, 14)
Nous voyons dans ce passage 3 caractéristiques de la prière chrétienne…

Homélie du 7e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 7ème dimanche de Pâques – 23-24 mai 2020 – A

“Tous d’un seul coeur étaient assidus à la prière ” (Ac 1)
Prier… à la suite de Jésus qui prie son Père. Jésus prie à Gethsémani “Père que ta volonté soit faite”, sur la croix “En tes mains je remets mon esprit”, “Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font”. Cet Evangile après l’Ascension montre ce que Jésus fait à la droite du Père.

7ème dimanche de Pâques

Nous continuons à vivre notre prière du dimanche sans eucharistie.
Messe anticipée en direct de la cathédrale et célébrée par le Père Éric Ladon

En savoir +

Reprise du culte dans le diocèse d’Évreux suite au décret du 23 mai 2020

Chers confrères,

Comme vous le savez certainement, le Ministère de l’Intérieur a diffusé dans la nuit des recommandations générales en matière de lutte contre la pandémie de Covid-19 lors des cérémonies cultuelles.

Il en ressort qu’une reprise de ces cérémonies est possible, dans des conditions de sécurité sanitaires strictes. Nous nous réjouissons de cette ouverture, après la longue période que nous venons de traverser sans eucharistie !

Vous avez reçu ce mercredi 20 mai de notre évêque les recommandations du Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle, elles sont évidemment applicables. Elles impliquent manifestement un travail de discernement avec nos équipes, EAP en tout premier !

Lire la suite

Décret du 23 mai : reprise des messes et lignes directrices

La Conférence des évêques de France (CEF) se réjouit que le décret publié ce matin, samedi 23 mai 2020, par le Gouvernement, conformément à la sentence rendue par le Conseil d’État lundi dernier, 18 mai, redonne sa juste place à la liberté d’exercice des cultes ; les restrictions qui y sont apportées, comme à toute liberté fondamentale, devant être justifiées et proportionnées.

Ce décret est accompagné de lignes directrices (jointes au présent communiqué) qui confirment les dispositions qui avaient été proposées par la CEF dans le plan de déconfinement soumis aux pouvoirs publics.

Lire la suite

Décret du 23 mai concernant le culte.
Il est à noter que chaque évêque a la latitude de décider de la reprise du culte dans son diocèse soit dès ce soir, soit pour la Pentecôte comme le recommande le gouvernement.
Vous serez informé dès que possible de cette décision.

Dispositions pratiques pour les célébrations sous Covid-19

Lutter contre l‘épidémie de Coronavirus – dernières infos
Quelques nouveaux repères pour la vie liturgique des jours qui suivront et la reprise des cultes qui ne devrait plus tarder. Il faudra respecter certaines préconisations pour le bien de tous.
Patience : votre paroisse vous communiquera ses propres modalités et son organisation.
Pour en savoir plus cliquez ci-dessous

” Tout est lié”, le nouveau webzine de l’écologie intégrale.

En novembre 2019, l’Assemblée plénière des évêques de France revêtait un caractère inédit en plongeant dans une réflexion large sur l’écologie intégrale.
Le magazine en ligne se veut être un outil d’accompagnement de cet élan en participant à la réflexion, en dialoguant avec le monde, en mettant en lumière des actions.
Nous vous laissons découvrir
« toutestlie.catholique.fr » ⤵️⤵️
https://toutestlie.catholique.fr/

Réaction à l’ordonnance du Conseil d’Etat concernant l’interdiction du culte

La Conférence des évêques de France prend acte de l’ordonnance rendue par le juge des référés du Conseil d’État qui ordonne au Gouvernement de lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte et d’édicter à sa place des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires et appropriées en ce début de « déconfinement ».
Cette ordonnance va dans le sens de la lettre écrite par le Président de la Conférence des évêques de France, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, au Premier Ministre vendredi 15 mai. La Conférence des évêques de France attend donc maintenant la révision du décret du 11 mai que le Premier Ministre a huit jours pour opérer.
A partir de la révision de ce décret des célébrations seront possibles, respectant les règles sanitaires communiquées en réponse aux propositions faites par la Conférence des évêques de France.

Belle fête de l’Ascension…

Chers paroissiens,
Je prierai le Père, Il vous donnera un autre Défenseur (Jn 14).
En écoutant ce verset de l’Evangile, nous pouvons nous demander : de quoi ai-je besoin d’être défendu ?
De ce virus ? de la peur de me retrouver avec d’autres personnes ? de mon péché ? de Satan ?
La liste pourrait être très longue… et si nous lisons l’Evangile, nous voyons que l’Esprit saint est donné par Jésus pour nous rappeler ses Paroles, pour nous redire son Amour… nous avons besoin d’un Défenseur, pour ne pas oublier Dieu, ce Père plein de tendresse qui a envoyé son Fils unique. Et la prière régulière nous y aide…..

Chrétiens d’Orient

“Le christianisme vient du sud de la Méditerranée, les chrétiens d’Orient ne sont pas le produit de missionnaires ou des croisés, mais de la Pentecôte que nous allons bientôt célébrer. Les premiers chrétiens sont les chrétiens d’Orient. Il faut donc faire mémoire de ce lien, le rendre vivant, actif, car ce sont eux qui nous ont apporté la foi.”
Extrait du mot de Mgr Gollnisch, directeur de l’Oeuvre d’Orient, à propos de la Journée de prière pour les Chrétiens d’Orient

Homélie

Homélie du 6e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 6ème dimanche de Pâques – 16-17 mai 2020 – A

Je prierai le Père, je vous donnerai un autre défenseur qui sera toujours avec vous, l’Esprit de Vérité (Jn 14, 16)
Jésus est le premier défenseur, Il a livré sa vie sur la croix pour nous libérer de l’emprise du péché, de Satan. Le Père envoie à la prière du Fils, l’Esprit Saint, l’autre défenseur. Le Christ est le médiateur indispensable entre son Père et nous. A l’approche de la Pentecôte grandit notre désir de vivre de l’Esprit Saint, 3ème personne de la Trinité, “grand inconnu” de la vie de l’Église.

Semaine Laudato Si 2020

Le Pape invite l’Église à célébrer la Semaine Laudato Si’ à l’occasion des 5 ans de l’encyclique. En ces temps difficiles, ils prient pour la paix et la santé de tous, et pour pouvoir continuer à compter sur l’amour qui nous unit.

En savoir+

Dimanche 24 mai 2020 à 20h00
Faisons sonner les cloches pour le climat dans nos églises,
mais aussi les cloches, clochettes et smartphones des membres de notre communauté.

Acclamez le Seigneur – HNDE orchestre virtuel

Cette vidéo a été enregistrée par chacun des chanteurs et instrumentistes depuis son lieu de confinement ! Chacune des vidéos a été ensuite montée pour aboutir au résultat que voici !
Chacun avec son niveau et ses connaissances mais aussi et surtout son coeur et ses talents a contribué à ce bel ouvrage.
Cette vidéo permet de retrouver un peu de la joie que cet orchestre (bien réel cette fois ci) donne chaque année lors des messe célébrées au cours du pèlerinage diocésain à Lourdes.

Hospitalité Notre Dame d’Évreux

Saint Raymond de Peñafort (en catalan : Penyafort), vint au monde en 1175, au château de Pennafort, à Vilafranca del Peredès, près de Barcelone, d’une famille de haute noblesse, qui prit grand soin de son éducation. Dès sa jeunesse, il donna des preuves de sa haute intelligence par les progrès qu’il fit dans l’étude des lettres et de la philosophie. Il passa en Italie pour y étudier le droit, y fut reçu docteur et nommé professeur à l’Université de Bologne. D’étudiant il devint bientôt un maître et enseigna le droit avec éclat. La ville de Bologne, pour le retenir, lui donna ses émoluments, dont les pau­vres profitèrent ; car sa charité et sa sainteté étaient aussi gran­des que sa science.

      L’évêque de Barcelone, revenant de Rome, passa par Bologne et fit tant d’instances qu’il le décida à rentrer en Es­pagne : il le nomma successivement chanoine, archidiacre et grand-vi­caire. Ce fut dans ce temps en 1258 qu’il collabora avec saint Pierre Nolasque, [prêtre originaire du diocèse de Carcassonne fêté le 25 décembre] et le roi Dom Jayme d’Aragon, à l’établissement de l’Ordre de la Merci pour la rédemption des captifs chrétiens. Ils occupaient avec énergie leur activité et leur zèle, au temps du pouvoir des musulmans, pour soulager les chrétiens du joug de l’esclavage. Ses religieux se constituant eux-mêmes prisonniers à la place de leurs frères, quand ils n’avaient pas l’argent nécessaire pour les racheter. 

 

Un de ses neveux lui ayant communiqué son projet d’entrer dans l’ordre de saint Dominique, il en fut détourné par Raymond. Mais dans la suite, l’oncle conçut un tel regret d’avoir donné ce conseil, que pour réparer le préjudice qu’il croyait avoir causé à l’Ordre dominicain, il se condamna lui-même à entrer dans cet Ordre ; ce fut ce qu’il fit le Ven­dredi Saint de l’an 1222, étant alors âgé de quarante-sept ans.

 

Le pape Grégoire IX ayant envoyé en Espagne un légat, Jean d’Abbeville, pour prêcher la croisade contre les Maures, Raymond coopéra efficacement au succès de cette mission. A la suite de cela, Grégoire IX voulant s’attacher un reli­gieux si renommé, le fit venir à Rome, et en fit son chapelain et son con­fesseur.

Il est surtout connu pour avoir à la demande du pape, rassemblé les multiples lois et décrets de l’Église en les systématisant. Cette codification canonique, la première officiellement promulguée par un pape, est connue sous le nom de Décrétales de Grégoire IX (1234). En récompense de cet important travail, le pape le nomma à l’archevêché de Tarragone, alors métropole du royaume d’Aragon. Mais le saint religieux avait l’esprit trop éloigné de toute ambition ; il supplia le pape de l’en dispenser. A chaque tentative qui lui fut faite pour accepter l’une ou l’autre dignité, il répondit ‘que c’était une assez grande dignité d’être bon religieux.

 

L’état de sa santé l’ayant obligé de quitter Rome, il retourna à Barcelone plus pauvre encore qu’il ne l’avait quittée. Il recommença à y mener une vie pénitente, ne mangeant qu’une fois par jour, excepté le dimanche ; chaque nuit il se donnait la discipline. Son oraison était pres­que continuelle ; chaque jour il se préparait à célébrer par une exacte confession.

 

L’an 1238 eut lieu à Bologne, le chapitre général de l’Ordre domi­nicain pour l’élection du Maître général ; tous les suffrages à l’unanimité se portèrent sur le Père Raymond, bien qu’il fût absent et à Barcelone il ploya sous le faix ; mais, deux ans après, il convoqua un chapitre gé­néral, où il fit accepter sa démission sous prétexte de ses infirmités et de son grand âge.

 

Lorsqu’il se croyait déchargé de toute responsabilité, Dieu lui sus­cita des emplois plus lourds encore : les papes le chargèrent de nom­breuses et délicates missions en Espagne, comme de choisir des évêques, d’examiner les uns, d’en déposer d’autres, de porter des excommunica­tions, de nommer aux plus hauts offices ecclésiastiques, dans tout le royaume d’Aragon. Le roi, qui était un prince très religieux, faisait un grand cas de Raymond : il en fit son confesseur et le prenait avec lui dans ses voyages.

Dans une excursion à l’Île de Majorque le saint s’aperçut que le roi menait à sa suite une jeune personne pour laquelle il semblait avoir un grand attachement. Il le supplia de rompre ce com­merce criminel, sous peine d’abandonner sa personne et son service. Le roi promit tout et ne tint pas sa parole. Raymond résolut alors de se re­tirer. N’ayant trouvé aucun bateau qui consentît à le prendre, à cause de la défense portée par le roi, il dit : « Si un roi mortel a fait cette défense, on va voir que le Roi éternel en a disposé autrement. » Ce di­sant, il prit son bâton, y attacha un bout de son manteau en formé de voile, et monta avec assurance sur ce nouvel esquif. Poussé par un vent favorable, il fit en cet équipage, le trajet de Majorque à Barcelone, qui est de cinquante-trois lieues, en six heures. Le bruit de cette merveille occasionna la conversion de beaucoup de pécheurs, et en particulier celle du roi Dom Jayme.

 

Le Père Raymond était animé d’un grand zèle apostolique. Pour aider à la conversion des Maures et des Juifs, il enseignait l’hébreu et l’arabe aux religieux qui se destinaient à cet apostolat. Ce fut sur sa de­mande, et pour aider les missionnaires à réfuter les erreurs des païens instruits, qu’il pria son confrère : Thomas d’Aquin, d’écrire un livre exprès pour eux. Le docteur angélique s’exécuta et composa la « Somme contre les Gentils ».

 

Saint Raymond mourut le jour de l’Epiphanie de l’année 1275, étant âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans.

Canonisé en 1601 par Clément VIII, il est liturgiquement commémoré le 7 janvier.

 

* * *

Dans le choix d’un Confesseur, cherchez un ami non un flatteur, un juge non un complice, un médecin non un empoisonneur. Bossuet.

 

 

 

Contact rapide

PAGES (en construction)