Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

Homélie de la Messe du Jour de Noël du Père Julien PALCOUX

+

Messe du Jour de Noël

Mais tous ceux qui l’ont reçu, ceux qui croient en son Nom

Il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.

Chers frères et Sœurs,

La fête de Noël ne fait pas renaître en ce jour le Fils de Dieu. Il est né une fois pour toute dans l’histoire, et il ne reviendra pas renaître. La liturgie nous permet de faire mémoire de cet Evènement inouï de la naissance du Fils de Dieu dans notre monde, dans notre temporalité, et elle permet d’en actualiser les effets pour nous. Mais, justement, quels sont les effets pour nous de la Nativité du Fils de Dieu ? Que nous apporte la fête de Noël ?

Avec la fête de Noël, on pourrait dire que le Salut devient possible, non plus en espérance, mais en acte. Avant la naissance du Fils de Dieu, le salut était possible en espérance parce que Dieu est bon et qu’Il a fait connaître son intention de sauver tout homme. Avec Noël, le salut devient accessible et possible en acte. St Jean nous dit dans l’Evangile : « Mais tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. » Avec Noël, les natures humaines et divines, séparées par le péché, se retrouvent en communion ; elles se réconcilient. Le Fils de Dieu, en devenant Fils de l’homme, permet à l’homme de devenir fils de Dieu. En parlant de ceux qui accueillent le Fils de Dieu, St Jean continue : « Ils ne sont pas nés de la chair et du sang (…) ; ils sont nés de Dieu. »

La Bonne Nouvelle de Noël est que, par l’union des natures humaines et divines en Jésus, le salut devient possible. Notre humanité reçoit la possibilité d’être divinisée, de se transformer. Cette capacité de transformation, conséquente de Noël, se donne à travers le sacrement du baptême. Le terme de « Bonne Nouvelle », Evangile en grec, n’est pas à comprendre de manière figée. La « Bonne Nouvelle » se déploie dans le temps et son contenu se renforce et se précise au fur et à mesure de son déploiement dans le temps. Ainsi, dans l’Ancient Testament, La Bonne Nouvelle est l’Amour que Dieu porte à l’homme. A Noël, la Bonne Nouvelle devient la réconciliation, l’union des natures divines et humaines permettant le Salut. Durant le ministère de Jésus, la Bonne Nouvelle devient la manifestation du Bien sur les forces du mal, de la libération sur le péché. A Pâques, la Bonne Nouvelle atteint sa manifestation la plus complète et la plus accomplie dans la Résurrection de Jésus qui est l’accomplissement de la victoire de l’Amour sur le mal, la mort et notre humanité. Avec Noël, nous sommes au début de la manifestation de la Bonne Nouvelle. Tout comme à Noël, nous sommes avec un bébé qui va grandir et progressivement devenir un homme.

En nous aussi, la Bonne Nouvelle est dynamique. Elle progresse en nous et se déploie dans le temps et court vers son achèvement. Noël est le début de notre salut.

Alors, frères et sœurs, il y a une réalité qui actualise en nous l’Evènement de Noël, qui actualise la Bonne Nouvelle de notre Salut : il s’agit de l’Eucharistie. L’Evangile que nous venons d’entendre, appelé aussi le « Dernier Evangile » est lu à la fin de la messe dite « Messe de St Pie V » ou « Messe dans la forme extraordinaire ».  C’est un moyen d’approfondir les effets de l’Eucharistie en nous. Le mouvement de la Communion Eucharistique reprend le même mouvement que le mouvement de l’Incarnation. Nous recevons en nous Celui qui se donne. Et, de la même manière qu’à Noël, la Communion Eucharistique permet une réconciliation de la nature humaine avec la nature divine ainsi qu’une transformation de la nature humaine en nature divine. L’Eucharistie prolonge et développe le mystère de Noël, nous apportant le salut, la communion et la transformation de notre être.

Mais, de même que la Bonne Nouvelle a un déploiement dynamique, la messe reprend la dynamique de la Bonne Nouvelle : car si l’on retrouve Noël à la messe, on y retrouve aussi le Jeudi Saint, la Passion et la Résurrection de Jésus, ainsi que la Pentecôte. C’est dans la Sainte Messe que s’actualisent tous les effets, tous les dons de Noël. Fêter Noël est important pour un chrétien ; mais la fidélité à la messe est ce qui permet d’entrer dans et de vivre du mystère de Noël. Amen !

(lire plus)
⇪ en haut ⇪ contact envoyer à un ami

Votre mail n'est jamais publié ou partagé ! Les champs marqués * sont requis *

*

*

*

T e x t e s   d u   j o u r