Homélie de la messe du Saint Jour de Pâques du Père Julien PALCOUX – 2013

+

Saint Jour de Pâques 2013

Eglise de Rugles

Frères et sœurs,

Au matin de ce nouveau jour, c’est une clarté complètement nouvelle qui commence par se lever sur les disciples et les apôtres, sur l’Eglise naissante. L’Evangile du Jour de la Résurrection nous présente plusieurs parcours d’accès à la Résurrection de Jésus. Nous avons d’un côté Marie-Madeleine et Pierre qui constatent que le tombeau est ouvert ainsi que la disparition du corps de Jésus ; et nous avons d’un autre côté St Jean, enfin « l’autre disciple », qui, lui, arrive en premier au tombeau et dont on nous dira : « Il vit et il crut ». Autrement dit, dans ces 3 parcours, seul un accède immédiatement à la Résurrection de Jésus : « Il vit et il crut ». Les autres n’y sont pas encore parvenus.

Ces différents itinéraires nous révèlent, frères et sœurs, qu’on ne peut accéder à la Résurrection de Jésus que par la Foi. La Résurrection n’est pas une vérité démontrable ; elle n’est pas une vérité d’ordre naturel, d’ordre mathématique ou encore physique. Seule la Foi permet de croire que Jésus est ressuscité. Il y a ici un pas à franchir qu’au matin de Pâques, seul St Jean accomplit. « Il vit et il crut ». On peut s’étonner sur le caractère immédiat de cet acte de Foi chez St Jean. Pourquoi ?

Certainement pour deux raisons. La première est que St Jean est souvent appelé « le disciple que Jésus aimait. » C’est donc le disciple de l’Amour. L’Amour permet d’ouvrir au maximum nos puissances humaines aux réalités divines. Par conséquent, l’Amour est la meilleure préparation à la Résurrection. Nous pouvons d’ailleurs expérimenter cette vérité à l’occasion d’un deuil. Et puis, St Jean est le seul disciple à être resté au moment de la Passion. Il ne s’est pas dérobé. La participation à la Passion de Jésus ouvre naturellement à la foi en la Résurrection, comme St Thomas nous le redira à sa manière dimanche prochain. (suite…)

Continuer la lecture Homélie de la messe du Saint Jour de Pâques du Père Julien PALCOUX – 2013

Homélie de la Vigile Pascale du Père Julien PALCOUX – 2013

+

Vigile Pascale 2013

La Madeleine

Frères et sœurs,

Ce soir, dans cette nuit très sainte, nous fêtons le plus grand Evènement de notre histoire : nous fêtons la Résurrection du Seigneur Jésus. Tout à l’heure, quand vous vous coucherez, demandez-vous donc ce que cela changerait dans votre vie, dans votre foi, si Jésus n’était pas ressuscité…S’il n’avait été qu’un homme disant du Bien, faisant du Bien, qui offre sa vie pour notre monde et pour nous…mais voilà pour qui tout s’arrête au Vendredi Saint. Qu’est-ce que cela changerait ?

Eh bien, heureusement ce soir, c’est autre chose qui se passe. Dans cette nuit très sainte, nous fêtons la victoire définitive de Dieu sur les forces du mal et sur les forces de mort. La Résurrection de Jésus anéantit toutes les forces obscures, toutes les forces du démon, toutes les forces qui abîment et déstructurent l’homme et la nature. Non pas en faisant que les forces du mal n’aient pas lieu, qu’elles n’existent pas, car malheureusement, elles existent et nous abîment…mais en les transformant de l’intérieur. Or, ici, nous ne pouvons qu’admirer l’œuvre de Dieu, qui, n’altère en rien la liberté de l’être humain, mais qui a la puissance de transformer le mal en un Bien. L’homme n’a pas cette puissance. Il peut essayer de réparer, de refaire, mais il ne peut pas fondamentalement transformer un mal en un Bien. Seul Dieu peut le faire. La croix, signe de mort et qui plus est, de mort injuste, devient signe de Vie. (suite…)

Continuer la lecture Homélie de la Vigile Pascale du Père Julien PALCOUX – 2013

Joyeuses Pâques aux artisans de paix et aux “gardiens responsables de la création”

Message et bénédiction de Pâques “Urbi et Orbi”

Chers frères et soeurs de Rome et du monde entier, bonne fête de Pâques !

C’est une grande joie pour moi de pouvoir vous faire cette annonce : le Christ est ressuscité !

Je voudrais qu’elle arrive dans chaque maison, dans chaque famille, spécialement là où il y a plus de souffrance, dans les hôpitaux, dans les prisons…

Surtout je voudrais qu’elle atteigne tous les coeurs, parce que c’est là que Dieu veut semer cette Bonne Nouvelle : Jésus est ressuscité, c‘est une espérance pour toi, tu n’es plus sous la domination du péché, du mal ! L’amour a vaincu, la miséricorde a vaincu ! La miséricorde de Dieu l’emporte toujours!

Nous aussi, comme les femmes disciples de Jésus, qui allèrent au tombeau et le trouvèrent vide, nous pouvons nous demander quel sens a cet événement (cf. Lc 24, 4). Que signifie que Jésus est ressuscité ? Cela signifie que l’amour de Dieu est plus fort que le mal et que la mort elle-même ; cela signifie que l’amour de Dieu peut transformer notre vie, faire fleurir ces zones de désert qui sont dans notre coeur. L’amour de Dieu peut faire cela ! (suite…)

Continuer la lecture Joyeuses Pâques aux artisans de paix et aux “gardiens responsables de la création”

Homélie de l’Office de la Passion du Père Julien PALCOUX – 2013

+

Office de la Passion 2013

Eglise de Bourth

Aujourd’hui l’Eglise commémore la mort de notre Sauveur Jésus-Christ. Les cloches se sont tues ; les autels sont dénudés ; les tabernacles sont ouverts et ils sont vides ; l’Eglise ne célèbre plus aucun sacrement : Jésus est mort. Le Fils de Dieu est mort ; non pas pour lui ; mais pour nous. Il a donné sa vie jusqu’au bout, acceptant les apparences de l’échec aux yeux de tous. Mais sa Passion que nous venons de ré-entendre est aussi le lieu du Salut.

Regardons Pilate. Au cœur même du drame injuste qui se déroule et qui va obtenir la condamnation à mort de Jésus, Jésus, dans les quelques paroles échangées avec Pilate, ouvre ce dernier au Salut. « Es-tu le Roi des Juifs ? » commence Pilate. Et Jésus va lui répondre que sa royauté ne vient pas de ce monde. « Je suis venu pour ceci : rendre témoignage à la Vérité » continue Jésus. Il entraîne Pilate à approfondir son lien à la Vérité : « Qu’est-ce que la Vérité ? » lui répond Pilate. « D’où es-tu ? » continue-t-il. Et Jésus achève son échange avec Pilate : « Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi si tu ne l’avais reçu d’en haut ; ainsi celui qui m’a livré à toi est chargé d’un péché plus grave. »Et St Jean de continuer : « Dès lors, Pilate cherchait à le relâcher. » Ces quelques échanges nous révèlent la puissance de la Passion de Jésus : alors même qu’on le condamne à mort, Jésus ouvre à la vie et au Salut ceux qui sont les artisans de sa mort. Il y a Pilate, mais aussi le bon larron, ou encore le centurion qui verra comment Jésus meurt et qui confessera : « Vraiment, cet homme était le Fils de Dieu. »…Déjà, pour ceux qui sont les contemporains de Jésus, la Passion est source de Salut. (suite…)

Continuer la lecture Homélie de l’Office de la Passion du Père Julien PALCOUX – 2013

Le cardinal Vingt-Trois met en garde contre le pharisaïsme

Dans son homélie lors de la messe chrismale, mercredi 27 mars 2013 à Notre-Dame de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, est revenu sur la renonciation de Benoît XVI, le conclave et l’élection du pape François, donnant « un contexte assez exceptionnel » à la célébration de Pâques cette année.

« Pendant quelques jours, notre Église a fait la “une” des médias, a déclaré l’archevêque de Paris. Ils ont montré que nous existons et que notre existence les intéresse un peu. Voilà qui devrait apaiser les inquiétudes du député qui me demandait s’il se trouverait encore quelques chrétiens pour me suivre. Qu’il soit tranquille, il en reste une poignée. L’accueil très favorable réservé à l’élection du pape François témoigne d’une attente réelle de nos contemporains. »

Poursuivant sur un ton plus spirituel, le cardinal Vingt-Trois a « rendu grâce à Dieu en voyant comment nos communautés ont réagi avec foi et sang-froid à l’événement imprévu. Beaucoup de paroisses ont organisé des temps de prière pour rendre grâce du pontificat de Benoît XVI et prier pour l’élection de son successeur. »

« Sans faillir à mon serment de ne rien révéler du conclave, je puis vous dire que les dix jours pendant lesquels les cardinaux ont procédé à l’élection du nouveau pape ont été des journées d’une exceptionnelle intensité spirituelle, a encore raconté le cardinal Vingt-Trois. La prière que nous vivions ensemble, les échanges quotidiens pendant les congrégations générales furent des moments d’une belle gravité et d’une grande fraternité. Le vote lui-même, avec sa ritualisation et sa solennité, était une paraliturgie dans laquelle chacun cherchait comment accomplir au mieux la volonté de Dieu. » (suite…)

Continuer la lecture Le cardinal Vingt-Trois met en garde contre le pharisaïsme

Homélie de la messe du Jeudi Saint du Père Julien PALCOUX – 2013

+

Jeudi Saint 2013

L’institution du Sacerdoce et de l’Eucharistie fait partie des cadeaux que Jésus nous fait avant sa mort : c’est comme un Testament qu’Il nous laisse, qu’Il laisse à sa toute jeune Eglise, qui sur le moment même ne comprend pas ce que fait son « maître » et « Seigneur ». Et pourtant est scellée dans ce dernier repas, l’Alliance « nouvelle et éternelle », « pour nous », « en rémission de nos péchés » pour reprendre les mots mêmes de Jésus.

Ce soir, en ré-écoutant les textes de la liturgie, nous pouvons nous demander comment sommes-nous impliqués ou concernés par cette nouvelle Alliance. En fait, les textes de la liturgie nous indiquent la dynamique propre à l’Alliance. La première lecture, tirée du livre de l’Exode, nous donne à entendre les instructions de Dieu pour le repas précédant la sortie d’Egypte. Le Seigneur demande à Moïse de mettre sur les portes des maisons des Hébreux du sang de l’agneau pascal afin de préserver le peuple Hébreu de la mort. Le sang de l’agneau, issu du sacrifice pascal juif, préfigurait et annonçait le sang du véritable Agneau. Il était le signe de protection contre la mort et d’une vie qui échappe à la mort. (suite…)

Continuer la lecture Homélie de la messe du Jeudi Saint du Père Julien PALCOUX – 2013