2 octobre – Les Saints Anges gardiens

2 octobre – Les Saints Anges gardiens

Les Saints Anges gardiens. (O, T) La vocation des anges est avant tout de contempler la splendeur de la face de Dieu et de chanter sa louange. Mais, selon l’Écriture, le Seigneur leur a confié aussi la mission d’assurer près des hommes une présence fraternelle.

« Chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la vie. » (saint Basile). L’existence et la fonction propre des anges gardiens doivent être fermement tenues comme un dogme de foi.

Les anges ont pour première mission d’adorer la divinité ; aussi l’Église nous fait-elle demander à Dieu, dans la préface, de per­mettre que nous mêlions nos voix aux leurs pour le louer. Mais, comme l’indique leur nom, ils sont aussi les messagers de Dieu, chargés de veiller sur nous et d’exécuter ses commandements. C’est pour ce motif qu’on les appelle anges gardiens. Nos pays, nos familles, les diocèses, les églises, les communautés religieuses, ont leur ange gardien ; tout baptisé a le sien. L’Église applique à chacun de nous ce qui est écrit du peuple de Dieu dans l’ancienne Loi : « Voici que j’envoie mon ange devant toi pour te garder dans le chemin et te conduire au lieu que je t’ai préparé. » Notre ange gardien a pour mission de nous protéger et de nous défendre, de nous mettre à l’abri des pièges du démon et des ennemis de nos âmes, de nous aider et nous soutenir aux heures difficiles, pour que nous puissions parvenir à la vie éternelle. Ce compagnon fidèle mérite notre reconnaissance et la vénération qui convient à un saint qui jouit de la vision de Dieu dans le ciel.

Ange saint, qui veilles sur ma pauvre âme et sur ma misérable vie, ne me quitte pas – je suis pécheur – et ne m’abandonne pas à cause de mes souillures. Dirige-moi en exerçant ton pouvoir sur mon corps périssable. Prends ma main blessée et impuissante, conduis-moi sur le chemin du salut. (Prière du IVè siècle)

La fête des saints Anges gardiens s’est détachée de celle de S. Mi­chel, avec laquelle elle s’était longtemps confondue. Célébrée par les Espagnols au XVIe siècle, elle fut étendue à l’Église universelle par Clément X en 1670, et fixée par lui au 2 octobre.

Grande version.

La croyance aux Anges Gardiens est affirmée dans l’Ancien Testa­ment. L’Ecriture, en effet, montre en nombre de circonstances les Anges étroitement liés aux événements de la vie humaine. Ainsi, ils sont mêlés à l’histoire d’Abraham : deux d’entre eux font sortir son neveu Loth de Sodome; un autre console Agar en lui prédisant la fortune de son fils Ismaël; un autre arrête le bras d’Abraham levé sur Isaac. Et, depuis lors, Dieu les fait intervenir à travers tous les fastes de l’histoire de son peu­ple. Que cette protection s’étende à tous les hommes, c’est bien ce qui semble ressortir de l’ensemble de tous ces faits.

Bien plus, l’Ecriture fait allusion aux anges protecteurs d’une cité, d’une nation. Daniel parle de saint Michel, « dont la puissance couvre la descendance d’Israël. » Dieu lui-même avait promis un ange spécial à son peuple, quand il lui disait: « Voici que j’envoie un Ange devant toi pour te garder dans le chemin, et pour te faire arriver au lieu que je t’ai pré­paré. »

La croyance aux Anges est rappelée aussi à la naissance de l’Eglise.

Dès l’âge apostolique, elle enseigne clairement que chaque homme reçoit de Dieu le bienfait d’un Ange gardien. Elle s’appuie sur la parole même de Jésus-Christ, qui, mettant en garde ses disciples contre le malheur de scandaliser « un de ces petits qui croient en lui », leur dit: « Je vous dis que leurs Anges voient toujours la face de mon Père qui est dans les cieux. » – Elle était déjà Ferme, la foi des premiers chrétiens sur ce sujet. Lorsque Pierre, miraculeusement délivré de prison, s’en alla frap­per, la nuit, à la porte de Jean-Marc, les amis, réunis dans la maison, re­connaissant le son de sa voix, mais ne pouvant croire à sa présence, di­saient : « C’est son Ange ! » – Telle a été aussi la doctrine de tous les Pères de l’Eglise. « Combien grande est la dignité des âmes, s’écriait saint Jérôme, puisque chacune, dès son entrée en ce monde possède un Ange délégué à sa garde ! »

La Vie des Saints relate un très grand nombre de saints personnages honorés de la présence des saints anges. Outre son ange gardien, Dieu en donna à sainte Françoise Romaine un second qui l’accompagnait visi­blement. S’il arrivait que le démon empruntât la figure d’un ange de lumière pour la tromper, ce fidèle gardien ne manquait point de lui dé­couvrir l’artifice de son ennemi. S’il lui échappait une action, ou une pa­role répréhensible, cet esprit céleste se dérobait à ses yeux.

Marchez toujours avec retenue et modestie, nous dit saint Ber­nard, comme persuadés que vous êtes en présence de votre Ange ; en quelque lieu que vous soyez, portez-lui un profond respect ; ne faites pas devant lui ce que vous ne feriez point devant moi. Quoi ! pour ne pas le voir, doutez-vous qu’il vous accompagne et qu’il soit auprès de vous ? Que serait-ce si vous l’entendiez, si vous le touchiez, si vous le flairiez. Il y a eu des philosophes qui, pour mettre un frein aux passions et aux légèretés de leurs disciples, leur disaient qu’ils devraient toujours s’ima­giner être devant quelque personne d’un mérite et d’une gravité extraor­dinaires. Vous n’avez pas besoin en cela d’une imagination creuse : votre Ange vous voit sans cesse, il vous considère à tous moments, il a l’œil ouvert sur toutes vos actions, et vous ne sauriez faire un pas dont il ne soit le témoin oculaire et irrécusable. »

* * *

Homélie sur le psaume XL

Il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. Quel n’est pas le respect que cette parole doit susciter en toi, la ferveur qu’elle doit faire naître, la confiance qu’elle doit inspirer ! Le respect à cause de leur présence, la ferveur à cause de leur bienveillance, la confiance à cause de leur vigilance. Ils sont donc là, à tes côtés, non seulement avec toi mais pour toi. Ils sont présents pour te protéger, pour te secourir. Et même si c’est Dieu qui leur en a donné l’ordre, on ne peut pour autant manquer de reconnaissance à leur égard, en raison de la si grande charité avec laquelle ils obéissent et du besoin si grand que nous avons de leur aide. Saint Bernard

Rendez-vous fort familiers avec les anges ; voyez-les invisiblement présents à votre vie, et surtout aimez et révérez celui du diocèse dont vous êtes, ceux des personnes avec lesquelles vous vivez, et spécialement le vôtre ; suppliez-les souvent, louez-les ordinairement, et employez leur aide et secours en toutes vos affaires, soit spirituelles, soit temporelles, afin qu’ils coopèrent à vos intentions. Saint François de Sales

Historique de cette fête

Sans doute est-il bon de rappeler ici que l’Ange Gardien est une vérité de foi fondée sur l’Ecriture. Dans ses versets 11 et 12, le psaume XC que nous aimons lire à la prière du soir, nous apprend que le Seigneur a prescrit pour nous à ses anges de nous garder dans tous nos chemins et de nous porter sur leurs mains pour que nos pieds ne heurtent quelque pierre. Dans l’évangile selon saint Matthieu, Jésus parle des anges des petits enfants qui voient sans cesse la face de Dieu dans le ciel (XVIII 10). L’apôtre Paul, dans l’épître aux Hébreux, affirme que les anges destinés à servir sont envoyés en mission à cause de ceux qui doivent hériter du salut (I 14) ; c’est ainsi que les Actes des Apôtres présentent la délivrance de saint Pierre (XII 16).

Les Pères de l’Eglise parlent de l’Ange Gardien, aide et protecteur de chaque fidèle. Déjà, au deuxième siècle, le Pasteur d’Hermas enseigne que tout homme à son Ange Gardien qui l’inspire et le conseille pour pratiquer la justice et fuir le mal. Au troisième siècle, la croyance à l’Ange Gardien est si ancrée dans l’esprit chrétien qu’Origène lui consacre de nombreux passages. Saint Hilaire de Poitiers, dans son commentaire de l’évangile selon saint Matthieu, montre l’Ange Gardien présidant aux prières des fidèles et les offrant à Dieu par le Christ Sauveur ; saint Grégoire de Nazianze, dans ses poèmes, présente l’Ange Gardien comme un guide qu’il demande au Christ pour être à l’abri des dangers et le conduire à la fin bienheureuse ; saint Grégoire de Nysse, dans son commentaire du Cantique des cantiques, voit dans l’Ange Gardien comme un bouclier qui entoure et protège la tour ; saint Cyrille d’Alexandrie, dans son traité contre Julien, l’Ange Gardien est le précepteur qui nous enseigne le culte et l’adoration. On peut regretter que saint Augustin n’ait pas consacré un ouvrage aux Anges Gardiens, mais on trouvera à travers ces œuvres de nombreuses indications : il souligne qu’ils nous sont envoyés pour veiller sans cesse sur nous pendant notre pèlerinage terrestre et qu’ils offrent nos prières à Dieu à qui, à la fin de notre vie, ils restitueront notre âme. C’est une grande dignité pour les âmes, écrit saint Jérôme dans son commentaire de l’évangile selon saint Matthieu, que chacune, depuis le jour de sa naissance, ait un ange préposé à sa garde.

Les Pères sont partagés à propos de l’attribution de l’Ange Gardien et il faudra attendre le douzième siècle pour que l’Eglise se rallie à la doctrine résumée par Honorius d’Autun : chaque âme, au moment où elle est introduite dans le corps, est confiée à un ange qui l’exite toujours au bien et rapporte ses actions à Dieu. Encore que saint Jérôme, dans son commentaire de Jérémie, a confirmé l’opinion de saint Basile qui enseignait, dans son commentaire des Psaumes, que l’Ange Gardien fuit le pécheur comme l’abeille la fumée, l’Eglise, à partir du treizième siècle, se rangeant, sous saint Albert le Grand et saint Thomas d’Aquin, à l’opinion de saint Pierre Damien, enseigne que l’Ange Gardien ne déserte pas l’âme pécheresse.

En 1411, la ville espagnole de Valence, délivrée du joug des musulmans, fit composer un office propre en l’honneur de son ange gardien ; l’exemple fut bientôt imité. En 1590, Sixte Quint accorda un tel office au Portugal dont la fête de l’ange gardien était célébrée depuis 1513. Il existai un tel office à Rodez que Léon X approuva en 1518. Depuis le XV° siècle, le lundi était un jour de dévotion à l’ange gardien, mais il fallut attendre le XVII° siècle pour que la fête devint universelle. A la requête de Ferdinand II, Paul V, en 1608, institua la fête des Saints Anges Gardiens, obligatoire dans le Saint-Empire Romain Germanique et facultative ailleurs. En 1667, Clément IX la ramena du 2 octobre au premier dimanche de septembre et l’enrichit d’un octave. Ce n’est que le 13 septembre 1670 que Clément X remettait la fête des Saints Anges Gardiens au 2 octobre et la rendait obligatoire pour l’Eglise Universelle, comme rite double, en attendant que Léon XIII l’éleva au rite double majeur, en 1883.

*****

Ange de Dieu, qui êtes mon gardien,
à qui la Bonté Divine m’a confié,
éclairez-moi, gardez-moi,

dirigez-moi et gouvernez-moi.
Amen

Pie VI (20 septembre 1796)

O saint Ange de Dieu à qui j’ai été donné en garde par une miséricordieuse providence, je vous remercie pour tant de secours dont vous avez environné ma vie temporelle, et la vie bien plus précieuse de mon âme. Je vous rends grâces de ce que vous m’assistez si fidèlement, me protégez si constamment, me défendez si puissamment contre les attaques de l’ange des ténèbres. Bénie soit l’heure depuis laquelle vous travaillez à mon salut ; que le Cœur de Jésus rempli d’amour pour ses enfants, vous en récompense. O mon ange tutélaire, que j’ai de regret de mes résistances à vos inspirations, de mon peu de respect pour votre sainte présence, de tant de fautes par lesquelles je vous ai contristé, vous mon meilleur, mon plus fidèle ami. Pardonnez-moi ; ne cessez pas de m’éclairer, de me guider, de me reprendre. Ne m’abandonnez pas un seul instant, jusqu’à celui qui sera le dernier de ma vie ; et qu’alors mon âme, portée sur vos ailes, trouve miséricorde auprès de son juge, et la paix éternelle parmi les élus. Amen. Sainte Gertrude

Quelle douceur de penser à ce grand nombre d’anges qui sont tous au service des hommes ! Quelque part donc que j’aille, en quelque lieu que je sois, j’ai des millions de ces soldats célestes qui veillent à ma défense.

Ô mon âme ! Pourquoi te troubles-tu ? Pourquoi toutes ces inquiétudes ? Ne vois-tu pas que tout le Ciel combat pour ton salut ? Tu penses quelquefois être bien seule et bien délaissée, bien dépourvue de secours humains, mais ne songes-tu pas que tu as des armées terribles, composées d’une multitude innombrable de soldats invisibles qui t’accompagnent et te défendent ?

Pendant que nous dormons, il y a plus d’yeux ouverts à notre garde qu’il n’ y a d’étoiles au firmament. L’on nous dit que de tous les côtés les créatures de la terre s’élèvent contre nous, mais il y a plus d’anges du Paradis qui nous soutiennent qu’il n’y a d’atomes aux rayons du soleil et de gouttes d’eau dans l’océan. Abbé Henri-Marie Boudon (1624-1702), Grand-Archidiacre d’Évreux.

O saint Anges Gardiens de mes bons parents, de mes chers amis, de mes bienfaiteurs et de mes serviteurs affectionnés et fidèles, je vous conjure de les toujours entourer de votre protection céleste en les abritant avec vigilance sous vos chastes ailes, afin qu’ils y soient bien préservés de tout péché et de toute affliction. Obtenez pour eux la santé de l’âme et du corps, je vous en supplie, secourables anges. Amen. Saint François de Sales

Actualités de la Paroisse - articles récents

Homélie de la Solennité du Christ Roi de l’Univers du Père Jérôme PAYRE

Homélie Solennité du Christ Roi – 22 Novembre 2020

Venez les bénis de mon Père. Recevez en héritage le royaume préparé pour vous (Mt 25)
C’est l’ultime enseignement de Jésus, avant d’entrer dans la Passion et de vivre la Résurrection.
Au début de son ministère, Jésus, dans les Béatitudes, avait proclamé heureux ceux qui voulaient le suivre, le recevoir et l’imiter, Lui, le pauvre, le doux, l’affamé, le miséricordieux, le coeur pur, le persécuté ! Dans cet enseignement, Notre Seigneur juge, rassemble, lance un appel : “Venez !”

(suite…)

Messe en direct de Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l’Univers

En raison du coronavirus Covid-19 et du reconfinement, la messe de ce dimanche est célébrée en direct depuis la cathédrale par Mgr Nourrichard, notre Évêque.

Les Services de la Communication et de la PLS poursuivent leurs efforts pour alimenter notre vie de prière. Grand merci à Mme Jacotte Faivre du Paigre et au P. Jérôme Payre pour leurs contributions, sans oublier l’équipe technique de la Cathédrale pour la diffusion de la messe dimanche !

Vous trouverez donc ci-joint, pour cette 4ème semaine de confinement (en priant pour que ce soit la dernière !), la proposition de célébration pour la fête du Christ Roi de l’Univers. Par ailleurs, je vous rappelle le lien pour participer à la célébration eucharistique à la Cathédrale d’Evreux : https://evreux.catholique.fr/agenda/fetes-et-celebrations/messe-en-direct-du-Christ-Roi

D’autre part, comme pour les semaines précédentes, différentes propositions nous sont faites par le P. Jérôme Payre. Pour ne pas encombrer nos boites mails, vous les trouverez directement sur le site internet diocésain, par le lien suivant : https://evreux.catholique.fr/actualites/Covid-19-et-diocese/prier-pendant-ce-temps-de-retraite-forcee Il s’agit :

  • d’un message du P. Jérôme Payre intitulé « SDPLS 18 novembre »,
  • d’une méditation de la Parole de Dieu du Christ Roi effectuée par les Sœurs Passionnistes de Croisy,
  • d’une proposition de prière d’adoration ainsi que des Complies de ce jeudi soir,
  • d’une invitation du Pape François à participer à l’adoration eucharistique mondiale du samedi 21 novembre
  • d’une lectio divina pour le Christ Roi.

Restons unis dans la prière et l’attention fraternelle. Et bonne fête du Christ Roi de l’Univers !

P. Michel DAUBANES
Vicaire Général

« Opération fromages de Noël 2020″

L’Association Notre-Dame d’Évreux vous propose à nouveau cette année, le délicieux Comté fruité d’été, affinage 15/ 18 mois, de fabrication artisanale dans un des plus hauts villages du Jura, par paquets de 500 g ou de 1 kg, ( 24,50 € le kg), que vous pourrez partager en famille ou entre amis au moment des fêtes de Noël et de fin d’année. Qualité assurée par le producteur.

Cette vente participera au financement de personnes âgées, malades, handicapées ainsi qu’à de jeunes collégiens, lycéens et étudiants qui se mettront à leur service au prochain pèlerinage diocésain à Lourdes, du mardi 20 Juillet au lundi 26 Juillet 2021.

De nouveaux protocoles d’accueil tenant compte du contexte sanitaire sont en cours d’élaboration.

La crise sanitaire implique aussi d’assurer de notre soutien, les lieux d’hébergement « Marie Saint Frai » qui accueillent les Personnes malades ou handicapées à Lourdes.

Nous comptons sur votre aide et votre solidarité sans lesquelles rien n’est possible.

N’hésitez-pas à faire profiter vos familles, voisins, proches, collègues et amis de cette belle action solidaire.

Nous proposons des morceaux d’environ 500 g ou 1 kg qui seront facturés au poids, sur la base de 24,50 euros/kg

Règlement à réception, par chèque à l’ordre de HNDE. Ne pas les rédiger avant la livraison. De coupe artisanale, les morceaux ne font pas exactement 500 g ou 1kg.

Date limite de commande : 01/12/2020 – Date de livraison : à partir du 20.12.2020

(suite…)

Propositions pour la semaine

Chers paroissiens,

Cela n’exclût pas les initiatives que vous pouvez prendre, j’en ai des échos et je me réjouis !

Père Jérôme PAYRE

Chapelet
15 h à l’église de la Madeleine
Mercredi 18 novembre

Adoration du saint Sacrement et confession
15 h église notre Dame
Jeudi 19 novembre
Vendredi 20 novembre


9 h 30 : église notre Dame
Samedi 21 novembre, présentation de Notre Dame au Temple

Suite à la rencontre avec le Premier Ministre et le Ministre de l’Intérieur du 16 novembre 2020

Ce lundi 16 novembre 2020, Monseigneur Éric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF) et le Père Hugues de Woillemont, Secrétaire général de la CEF ont rencontré, avec les autres représentants des cultes, le Premier Ministre Monsieur Jean Castex et Monsieur Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur, afin d’étudier les éventuelles évolutions des modalités d’exercice du culte dans le contexte sanitaire présent.
Cette concertation s’inscrivait dans le calendrier rappelé par le Conseil d’État dans sa décision rendue le 7 novembre 2020.

Le Premier Ministre a fermement redit que les conditions sanitaires ne permettaient pas aujourd’hui une reprise des célébrations publiques. Il a chargé le ministre de l’Intérieur de préparer sans tarder, en lien avec les représentants des cultes, les protocoles nécessaires à une reprise maîtrisée à partir du 1er décembre selon ce que les conditions sanitaires permettraient.

(suite…)

Homélie de la messe du 33ème dimanche du Temps Ordinaire du Père Jérôme PAYRE

Homélie 33ème Dimanche – A – 15 Novembre 2020

“Entre dans la joie de ton Seigneur” (Mt 25, 13)
Jésus nous appelle à la joie (cf. Toussaint : “Heureux…” (Mt 5). La joie promise aux pauvres, doux, aux miséricordieux, coeurs purs, artisans de paix, persécutés est la joie qui habite le coeur de Dieu, joie qui est le fruit de l’Esprit Saint (Ga 5). La joie de Dieu habite l’Évangile (Lc 15 ;2 ; 19 ;24 ; Mt 2…). La joie de Dieu nous déborde, nous enveloppe, nous envahit.

(suite…)

État de la pauvreté en France

Dans son rapport 2020 sur l'”État de la pauvreté en France”, le Secours Catholique analyse en détail le budget des foyers les plus modestes et pointe les arbitrages impossibles auxquels ils doivent faire face. L’alerte est donnée sur la dégradation du niveau de vie des ménages en situation de précarité, de plus en plus de ménages ne percevant même aucune ressource.

https://bit.ly/32D5vMe

Quête annuelle pour le Secours catholiquehttps://bit.ly/3kuNea5

Mgr Aupetit aux étudiants : quand humour et courage sont présents !

Chers paroissiens,
Mardi dernier, nous avons pu lire et méditer les textes de la parole de Dieu, que l’Eglise nous donne, comme une mère.

Des étudiants confinés dans la paroisse m’ont fait suivre ce lien, l’homélie de Mgr Aupetit, archevêque de Paris, sur ces textes (https://youtu.be/PLjQILPs2UI)Je vous invite à relire les textes et à écouter son homélie. Il nous invite à prendre de la hauteur sur les événements actuels et à nous enraciner dans l’unique Sauveur.

Saint Dimanche.

Père Jérôme PAYRE 

Journée Mondiale des Pauvres

” Une journée qui aidera les communautés et chaque baptisé à réfléchir sur la manière dont la pauvreté est au cœur de l’Évangile et sur le fait que, tant que Lazare git à la porte de notre maison (cf. Lc 16,19-21), il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale. “
Pape François

En savoir +