Paroisse Sainte Marie du Pays de Verneuil » Blog et Site Internet

12 décembre – Notre-Dame de Guadalupe (1531).

Souvenez-vous, ô très gracieuse Vierge Marie de Guadalupe, que lors de vos apparitions célestes sur la colline de Tepeyac, vous avez promis de montrer votre compassion et votre pitié envers tous ceux qui, vous aimant et ayant confiance en vous, ont recours à votre aide et vous implorent dans leurs besoins et leur détresse.

Vous avez promis d’écouter nos supplications, de sécher nos larmes et de nous apporter soulagement et consolation. On n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre assistance et réclamé votre secours, pour le bien commun ou pour leur propre détresse, aient été abandonnés de vous.

Animés d’une pareille confiance, nous venons vers vous, ô Marie, toujours Vierge, Mère de Dieu. Gémissant sous le poids de nos péchés, nous nous prosternons en votre auguste présence, certains que vous accomplirez vos promesses miséricordieuses. Nous sommes pleins de confiance que, si nous nous mettons sous votre ombre et votre protection, rien ne pourra nous troubler ou nous affliger, et nous ne craindrons aucune maladie, aucun malheur et aucune peine.

Vous avez décidé de demeurer parmi nous à travers votre image admirable, vous qui êtes notre mère, notre salut et notre vie. Nous nous plaçons sous votre maternelle protection et ayant recours à vous dans tous nos besoins, nous ne demandons rien d’autre. O Sainte Mère de Dieu, ne rejetez pas nos prières mais dans votre miséricorde, daignez nous exaucer. Amen.

Mesoamerica, le « Nouveau Monde », 1521 : la capitale de la civilisation Aztèque tombe sous les forces armées de Cortez. Moins de 20 ans plus tard, neuf millions d’habitants qui avaient professé pendant des siècles une religion polythéiste et prônant des sacrifices humains les plus cruels, sont convertis au christianisme. Qu’est-ce qui s’est passé en ces temps-là pour qu’il y ait une conversion aussi incroyable et sans précédent historique ?

 

Chronologie des évènements

Le samedi 9 décembre 1531, un Indien du nom de Juan Diego (voir au 9 décembre) se rend à Mexico. Comme il passe au pied du Tepeyac, la plus haute des collines qui entourent la ville, une musique céleste l’at­tire vers le sommet, où il aperçoit une Dame incomparablement belle et radieuse de bonté : «  Juan, mon fils bien-aimé, où vas-tu ? – Ma­dame, je vais à Mexico entendre la messe en l’honneur de la Vierge. – Ta dévotion m’est agréable ; je suis cette Vierge, Mère de Dieu. Je désire que l’on me bâtisse ici un temple magnifique d’où je répandrai mes faveurs et ferai voir ma compassion envers tous ceux qui m’invoqueront avec confiance. Va trouver l’évêque de Mexico pour l’instruire de ma volonté. »

Juan Diego se hâte de transmettre le message, mais le prélat le prend pour un illuminé et le congédie. Le 12 décembre, pressé de trouver un prêtre à Mexico pour administrer les derniers sacrements à son oncle gravement malade, Diego passe rapidement devant la col­line, quand il se trouve en présence de la Vierge : « Ton oncle est guéri, va en haut de la colline cueillir des roses que tu donneras à l’évêque de Mexico. » Ce n’était pas la saison des fleurs et jamais la roche nue du Tepeyac n’avait produit de roses. Il en cueille une brassée et, les tenant cachées sous son manteau, il s’achemine vers l’évêché. Introduit devant le prélat, il ouvre son tilma (poncho) : les roses se répandent sur le sol tandis que l’image de l’Apparition s’imprime sur le tissu.

Le tilma est un vêtement de pauvre qualité fait à base de cactus qui aurait dû se détériorer en 20 ans.

Tous tombent à ge­noux et l’évêque de Mexico se rend sur la colline de Tepeyac, où jaillit une source qui continue à opérer des guérisons miraculeuses. La Reine du Ciel se montre une cinquième fois à Juan Diego et lui donne son nom : On m’appellera Notre-Dame de Guadalupe.

Le premier sanctuaire sera érigé en 1533.

Pourquoi le nom « Guadalupe »?

 » Puis l’oncle témoigna de ce que c’était vrai qu’à cette occasion il fut guéri et qu’il l’avait vue de la même manière que son neveu, apprenant d’Elle qu’elle l’avait envoyé à Mexico pour voir l’évêque. La Dame lui dit aussi que, lorsqu’il irait voir l’évêque, il devrait lui révéler ce qu’il avait vu et lui expliquer de quelle façon Elle l’avait guéri miraculeusement et qu’Elle voulait être appelée La toujours vierge Sainte Marie de Guadalupe et que son image bénie soit aussi ainsi connue. « (Nican Mopohua)

Pourquoi la Vierge Marie apparaissant à un Indien au Mexique récemment conquis et lui parlant en Nahuatl se nommerait-elle « de Guadalupe », un nom Espagnol ? Voulait-elle être appelée de Guadalupe à cause de la statue de Notre Dame de Guadalupe à Estremadura en Espagne ?

Dans toutes les apparitions de la Bienheureuse Vierge Marie elle s’est identifiée comme la Vierge Marie et comme Mère de Dieu ou d’autres titres, et par la suite elle fut toujours habituellement connue à travers le nom du lieu ou de la région où elle apparaissait (Lourdes, Fatima)

Donc pourquoi Marie, apparaissant à un Indien dans un Mexique récemment envahi et s’adressant dans la langue du pays, veut-elle être appelée du nom Espagnol de Guadalupe ?
Voulait-elle parler de la mystérieuse statue de Notre Dame de Guadalupe, qui fut donnée par le Pape Grégoire le Grand à l’évêque de Séville, fut égarée pendant 600 ans et fut retrouvée en 1326 par un bouvier nommé Gil Cordero qui fut guidé par une apparition de Notre Dame ? La statue fut appelée de Guadalupe parce que le village près du lieu où elle fut retrouvée s’appelait Guadalupe.
L’origine du nom Guadalupe a toujours été matière à controverse. Il y a néanmoins, une croyance qui veut que ce nom fut retenu en raison de la traduction du Nahuatl à l’espagnol des mots employés par la Vierge pendant l’apparition à Juan Bernardino, l’oncle souffrant de Juan Diego.
La croyance veut que Notre Dame employa le mot Aztèque Nahuatl coatlaxopeuh qui se prononce « quatlasupe » et dont le son ressemble étrangement au mot Espagnol Guadalupe. Coa veut dire serpent, tla étant une syllabe accrochée à coa et voulant dire « le« , alors que xopeuh veut dire écraser ou piétiner. Peut-être que Notre Dame a voulu se nommer « celle qui écrase le serpent. »

Nous devons nous rappeler que chaque année les Aztèques offraient au moins 20,000 hommes, femmes et enfants en sacrifice humain à leurs dieux féroces et assoiffés de sang. En 1487, durant une longue cérémonie qui dura 4 jours lors de la consécration d’un nouveau temple à Tenochtitlan, quelque 80,000 captifs furent tués en sacrifice humain.

Certainement, dans ce cas, Elle écrasa le serpent, en 1541, un prêtre franciscain, un des premiers historiens de la Nouvelle Espagne “Motolinia” écrit que quelque neuf millions d’Aztèques se sont convertis au Christianisme.

Aujourd’hui, après 480 ans, le tilma ne montre aucun signe de détérioration et défie toutes les explications scientifiques de son origine. Les scienti­fiques ont décelé divers phénomènes inexplicables (nature de l’image non peinte, œil de la Vierge, etc.). Selon ces scientifiques on peut voir dans les deux yeux, et là où normalement se reflète une image dans un oeil humain vivant, plusieurs formes qui, lorsqu’elles sont analysées en profondeur, correspondent à la forme et à la taille des personnes humaines qui se trouvaient en face de l’image en 1531.

Sur l’image, Marie porte en elle l’Enfant-Dieu.

Notre-Dame de Guadalupe a été choisie comme sainte patronne par les deux Amériques et pour les enfants à naître.

Chaque année, une foule, estimée à dix millions de personnes, la visite, faisant de l’église de la Cité de Mexico, le sanctuaire catholique le plus populaire dans le monde après le Vatican.

T e x t e s   d u   j o u r
H o r a i r e s   d e s   m e s s e s
I N F O