Messes du 25 au 31 mai 2020

Lundi 25 mai – S. Bède le Vénérable, prêtre et docteur de l’Eglise ; S. Grégoire VII, pape ; Ste Marie-Madeleine de Pazzi, vierge

  <

Mardi 26 mai – S. Philippe Néri, prêtre

  <

Mercredi 27 mai – S. Augustin de Cantorbéry, prêtre

  <

Jeudi 28 mai – De la Férie

  < 

Vendredi 29 mai – De la Férie

  <

Samedi 23 mai – De la Férie

  Messe à Notre Dame de Verneuil à 18:30

Messe à saint Germain de Rugles à 18:30

Dimanche 24 mai – Pentecôte

  Messe à l’église de Bourth à 9:15

Messe à l’église de la Madeleine à 11:00

Je donne à la quête

Je donne au denier

Messes du 18 au 24 mai 2020

Lundi 18 mai – S. Jean Ier, pape et martyr

  <

Mardi 19 mai – De la Férie

  <

Mercredi 20 mai – S. Bernardin de Sienne, prêtre

  <

Jeudi 21 mai – Ascension

  < 

Vendredi 22 mai – Ste Rita de Cascia, religieuse

  <

Samedi 23 mai – De la Férie

  <

Dimanche 24 mai – 7ème Dimanche de Pâques

  <

Je donne à la quête

Je donne au denier

Messe de la Pentecôte célébrée à 10h30 en direct par Mgr Nourrichard

Messe de la Pentecôte célébrée à 10h30 en direct par Mgr Nourrichard à la cathédrale et reprise officielle des messes en présence de fidèles selon les règles sanitaires dues à l’épidémie du coronavirus Covid-19.
Pour toutes les personnes, fragiles, malades ou qui ne peuvent se déplacer c’est à suivre sur :

Cliquez-ici

Solennité de la Pentecôte – Samedi 30 mai et dimanche 31 mai 2020

Nous nous réjouissons de pouvoir célébrer la Pentecôte, de pouvoir adorer l’Esprit saint, architecte de l’Eglise… Fête qui, pour nous sera comme un nouveau commencement.
Faisons une grande confiance à l’Esprit saint qui nous guidera dans cette période.
Les messes de cette si grande fête sont indiquées ci-dessous.
Pour toute la durée de la pandémie, au moins jusqu’en septembre, nous avons décidé, avec les membres de l’Equipe d’animation pastorale et les coordinateurs, avec le Père Floribert et notre diacre Pascal Richer, de n’utiliser pour les messes que les églises suivantes, à la fois pour des raisons pratiques de mise en place, de signalisation, de mobilisation possible des paroissiens pour servir aux entrées et dans les sacristies.
Les autres églises sont ouvertes pour la prière commune, l’adoration silencieuse, le chapelet…

Samedi 30 mai
18 h 30 Messe à Notre Dame de Verneuil
18 h 30 Messe à saint Germain de Rugles
Dimanche 31 mai
9 h 15 messe à Bourth
11 h Messe à la Madeleine

Quelques conditions indispensables
pour que l’on puisse célébrer dignement la sainte Eucharistie et respecter les conditions sanitaires.
L’entrée se fera par une seule porte 30 mn avant le début de la messe.
A ce jour, nous ne connaissons pas le nombre total de personnes pouvant entrer dans l’église, ni l’âge non plus des personnes. Je vous le communiquerai dans la semaine.
Pour entrer, il faudra que chacun arrive avec
son masque qu’il apportera
sa propre solution hydro-alcoolique, à utiliser dès l’entrée dans l’église
la feuille de chants commune qui sera envoyée dans la semaine par mail et disponible sur le site de la paroisse (et donc aussi sur le téléphone ou votre tablette).
o Vous comprendrez que nous ne pouvons pas acheter les quantités de gel nécessaire pour chacun. Il en faut déjà pour la sacristie, pour le déroulement de la messe, la désinfection.
o Nous ne contrôlerons pas la température, mais toute personne ayant de la fièvre (plus de 37, 5°) est invitée à ne pas venir.
Les groupes de chants ne sont pas autorisés à reprendre pour l’instant.
La distanciation physique sera respectée entre les chaises ou sur les bancs. Merci de ne pas déplacer les chaises… nous ne pourrons pas systématiquement les remettre.
Des consignes seront données lors des messes pour les lectures, pour la procession de communion (qui ne sera donnée que dans la main).
Tout à la joie de pouvoir nous retrouver et prier ensemble notre Dieu pour Le servir et annoncer avec force l’Evangile de Jésus, ces consignes restent complexes mais nécessaires pour que nous puissions célébrer dignement le Seigneur. Il nous faudra de la patience… qui est un des fruits de l’Esprit saint (Ga 5, 22).
Je tiens à remercier ceux qui ont proposé leur aide pour réaménager les églises pour samedi et dimanche, ceux qui se sont rendus disponibles pour l’accueil et le rangement…
Père Jérôme PAYRE

D’un seul coeur !

Chers paroissiens,
D’un seul coeur !
C’est le titre de la lettre que je vous ai adressée ces dernières semaines. Ce titre s’est imposé à moi devant la rapidité avec laquelle vous avez formé une chaine de prière, au cours du carême, puis dans la nuit du jeudi au vendredi saint. J’avais dans le coeur ce passage des Actes des Apôtres que nous avons entendu dans la 1ère lecture de ce dimanche. C’est l’attitude des Apôtres après l’Ascension de Jésus.
‘ Tous, d’un même coeur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères (Ac 1, 14)
Nous voyons dans ce passage 3 caractéristiques de la prière chrétienne…

Homélie du 7e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 7ème dimanche de Pâques – 23-24 mai 2020 – A

“Tous d’un seul coeur étaient assidus à la prière ” (Ac 1)
Prier… à la suite de Jésus qui prie son Père. Jésus prie à Gethsémani “Père que ta volonté soit faite”, sur la croix “En tes mains je remets mon esprit”, “Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font”. Cet Evangile après l’Ascension montre ce que Jésus fait à la droite du Père.

7ème dimanche de Pâques

Nous continuons à vivre notre prière du dimanche sans eucharistie.
Messe anticipée en direct de la cathédrale et célébrée par le Père Éric Ladon

En savoir +

Reprise du culte dans le diocèse d’Évreux suite au décret du 23 mai 2020

Chers confrères,

Comme vous le savez certainement, le Ministère de l’Intérieur a diffusé dans la nuit des recommandations générales en matière de lutte contre la pandémie de Covid-19 lors des cérémonies cultuelles.

Il en ressort qu’une reprise de ces cérémonies est possible, dans des conditions de sécurité sanitaires strictes. Nous nous réjouissons de cette ouverture, après la longue période que nous venons de traverser sans eucharistie !

Vous avez reçu ce mercredi 20 mai de notre évêque les recommandations du Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle, elles sont évidemment applicables. Elles impliquent manifestement un travail de discernement avec nos équipes, EAP en tout premier !

Lire la suite

Décret du 23 mai : reprise des messes et lignes directrices

La Conférence des évêques de France (CEF) se réjouit que le décret publié ce matin, samedi 23 mai 2020, par le Gouvernement, conformément à la sentence rendue par le Conseil d’État lundi dernier, 18 mai, redonne sa juste place à la liberté d’exercice des cultes ; les restrictions qui y sont apportées, comme à toute liberté fondamentale, devant être justifiées et proportionnées.

Ce décret est accompagné de lignes directrices (jointes au présent communiqué) qui confirment les dispositions qui avaient été proposées par la CEF dans le plan de déconfinement soumis aux pouvoirs publics.

Lire la suite

Décret du 23 mai concernant le culte.
Il est à noter que chaque évêque a la latitude de décider de la reprise du culte dans son diocèse soit dès ce soir, soit pour la Pentecôte comme le recommande le gouvernement.
Vous serez informé dès que possible de cette décision.

Dispositions pratiques pour les célébrations sous Covid-19

Lutter contre l‘épidémie de Coronavirus – dernières infos
Quelques nouveaux repères pour la vie liturgique des jours qui suivront et la reprise des cultes qui ne devrait plus tarder. Il faudra respecter certaines préconisations pour le bien de tous.
Patience : votre paroisse vous communiquera ses propres modalités et son organisation.
Pour en savoir plus cliquez ci-dessous

” Tout est lié”, le nouveau webzine de l’écologie intégrale.

En novembre 2019, l’Assemblée plénière des évêques de France revêtait un caractère inédit en plongeant dans une réflexion large sur l’écologie intégrale.
Le magazine en ligne se veut être un outil d’accompagnement de cet élan en participant à la réflexion, en dialoguant avec le monde, en mettant en lumière des actions.
Nous vous laissons découvrir
« toutestlie.catholique.fr » ⤵️⤵️
https://toutestlie.catholique.fr/

Réaction à l’ordonnance du Conseil d’Etat concernant l’interdiction du culte

La Conférence des évêques de France prend acte de l’ordonnance rendue par le juge des référés du Conseil d’État qui ordonne au Gouvernement de lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte et d’édicter à sa place des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires et appropriées en ce début de « déconfinement ».
Cette ordonnance va dans le sens de la lettre écrite par le Président de la Conférence des évêques de France, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, au Premier Ministre vendredi 15 mai. La Conférence des évêques de France attend donc maintenant la révision du décret du 11 mai que le Premier Ministre a huit jours pour opérer.
A partir de la révision de ce décret des célébrations seront possibles, respectant les règles sanitaires communiquées en réponse aux propositions faites par la Conférence des évêques de France.

Belle fête de l’Ascension…

Chers paroissiens,
Je prierai le Père, Il vous donnera un autre Défenseur (Jn 14).
En écoutant ce verset de l’Evangile, nous pouvons nous demander : de quoi ai-je besoin d’être défendu ?
De ce virus ? de la peur de me retrouver avec d’autres personnes ? de mon péché ? de Satan ?
La liste pourrait être très longue… et si nous lisons l’Evangile, nous voyons que l’Esprit saint est donné par Jésus pour nous rappeler ses Paroles, pour nous redire son Amour… nous avons besoin d’un Défenseur, pour ne pas oublier Dieu, ce Père plein de tendresse qui a envoyé son Fils unique. Et la prière régulière nous y aide…..

Chrétiens d’Orient

“Le christianisme vient du sud de la Méditerranée, les chrétiens d’Orient ne sont pas le produit de missionnaires ou des croisés, mais de la Pentecôte que nous allons bientôt célébrer. Les premiers chrétiens sont les chrétiens d’Orient. Il faut donc faire mémoire de ce lien, le rendre vivant, actif, car ce sont eux qui nous ont apporté la foi.”
Extrait du mot de Mgr Gollnisch, directeur de l’Oeuvre d’Orient, à propos de la Journée de prière pour les Chrétiens d’Orient

Homélie

Homélie du 6e dimanche de Pâques du Père Jérôme PAYRE

Homélie 6ème dimanche de Pâques – 16-17 mai 2020 – A

Je prierai le Père, je vous donnerai un autre défenseur qui sera toujours avec vous, l’Esprit de Vérité (Jn 14, 16)
Jésus est le premier défenseur, Il a livré sa vie sur la croix pour nous libérer de l’emprise du péché, de Satan. Le Père envoie à la prière du Fils, l’Esprit Saint, l’autre défenseur. Le Christ est le médiateur indispensable entre son Père et nous. A l’approche de la Pentecôte grandit notre désir de vivre de l’Esprit Saint, 3ème personne de la Trinité, “grand inconnu” de la vie de l’Église.

Semaine Laudato Si 2020

Le Pape invite l’Église à célébrer la Semaine Laudato Si’ à l’occasion des 5 ans de l’encyclique. En ces temps difficiles, ils prient pour la paix et la santé de tous, et pour pouvoir continuer à compter sur l’amour qui nous unit.

En savoir+

Dimanche 24 mai 2020 à 20h00
Faisons sonner les cloches pour le climat dans nos églises,
mais aussi les cloches, clochettes et smartphones des membres de notre communauté.

Acclamez le Seigneur – HNDE orchestre virtuel

Cette vidéo a été enregistrée par chacun des chanteurs et instrumentistes depuis son lieu de confinement ! Chacune des vidéos a été ensuite montée pour aboutir au résultat que voici !
Chacun avec son niveau et ses connaissances mais aussi et surtout son coeur et ses talents a contribué à ce bel ouvrage.
Cette vidéo permet de retrouver un peu de la joie que cet orchestre (bien réel cette fois ci) donne chaque année lors des messe célébrées au cours du pèlerinage diocésain à Lourdes.

Hospitalité Notre Dame d’Évreux

Saint Antoine le Grand, abbé, ermite ; v 250 – 356.

 

– Satan redoute par dessus tout la pureté du cœur, accompagnée d’un tendre amour pour notre Seigneur Jésus-Christ. Saint Antoine

 

Le père des solitaires d’Egypte, saint Antoine, naquit l’an 250, à Côma (aujourd’hui Kouma al aroum) dans un petit village de la Haute-Egypte. Ses parents, qui étaient de riches agriculteurs et catholiques, prirent eux-mêmes tout le soin de son éducation, afin de lui éviter toute relation avec des enfants qui auraient pu lui apprendre le mal ; de sorte qu’il passa toute sa jeunesse dans une grande innocence.

A l’âge de vingt ans, par suite du décès de son père et de sa mère, il se vit le maître de grands biens. Un jour, dans une église, il entendit lire ces paroles de Notre-Seigneur au jeune homme riche de l’Evangile : « Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, suis-moi, et tu auras un trésor dans le ciel ». Antoine prit ces paroles comme si elles eussent été prononcées pour lui seul. Rentrant chez lui, il se défit entièrement de tous ses revenus, de ses meubles et en distribua le prix aux pauvres. Après avoir installé sa sœur selon ses vœux dans une communauté féminine comme vierge consacrée, puis il commence sa vie d’ermite dans un lieu isolé près d’un de ses champs à l’exemple de quelques ermites qui vivaient à l’écart de la société. Il partage son temps entre la prière et le travail auprès de la cabane d’un vieil ascète qui l’initie à la vie érémitique.

Il décide de renforcer sa retraite en partant vivre pendant 13 ans dans le désert. L’afflux de nombreux disciples troublant son isolement, il part en 285 vivre en ermite à Pispir, en plein désert, dans un fortin romain abandonné sur la route de la mer Rouge, imitant les nombreux ermites qui vivaient dans la pauvreté et la chasteté aux alentours des bourgs. Là, à la manière du Christ, il subit les tentations du Christ ; mais, si pour le Christ cela ne dure que quarante jours, pour Antoine c’est beaucoup plus long et plus difficile, les démons s’attaquent à sa vie. Antoine résiste à tout et ne se laisse pas détourner par les visions enchanteresses qui se multiplient.

 

Le combat spirituel

Le démon, prévoyant sans doute le grand nombre d’âmes que devait lui arracher ce jeune solitaire, employa toutes ses forces pour le décou­rager de mener cette nouvelle vie. Le récit des luttes qu’Antoine eut à soutenir contre les démons nous semblerait incroyable, si nous n’en avions pour garant le témoignage de son biographe, le grand évêque d’Alexandrie, saint Athanase, son contemporain ; et si nous n’avions été témoins de faits identiques dans la personne d’un de nos contemporains, le saint Curé d’Ars. Pour le faire tomber dans l’orgueil le démon le louait pour ses vertus ; pour le rattacher à l’argent, il semait des pièces d’or sous ses pas ; pour le porter à la luxure il allait jusqu’à emprunter les traits d’une beauté humaine. Mais par la prière, le jeûne et la vigilance, Antoine triompha de ces premières attaques.

Le démon changea alors de tactique : par une permission de Dieu, il l’attaqua directement en son corps : un jour il le frappa avec tant de cruauté qu’il le laissa à demi-mort. Une autre fois il revint à la charge avec une troupe de ses compagnons. Tous ensemble firent un si grand vacarme qu’il semblait que l’édifice allait s’écrouler ; et à l’heure même Antoine vit apparaître des lions, des loups, des taureaux, des serpents et autres bêtes sauvages, qui, chacune à l’envi, s’avançaient menaçantes sur l’athlète de Jésus-Christ.

 

Après vingt ans de combats continuels avec les esprits des ténèbres, Antoine, pressé par les foules qui venaient à lui pour recevoir ses ins­tructions et ses consolations, ou pour obtenir la guérison de leurs maux, consentit enfin à leur ouvrir sa porte ; il fonda plusieurs monastères qui peuplèrent bientôt. le désert, et dont il se fit l’instituteur et le maître.

Antoine avait le cœur bon et compatissant : il défendait la cause des opprimés comme si lui-même eût souffert l’injustice qui leur était faite. Saint Hilarion le sollicite en 307 pour obtenir des conseils sur la façon d’organiser un monastère dans l’actuelle région de Gaza, considéré comme l’un des premiers de la chrétienté. En 311, ayant appris que plusieurs chrétiens étaient arrêtés et con­duits à Alexandrie, et y avaient été torturés pour leur foi, Antoine quitta son monastère pour aller les encourager et les aider à persévérer. Son arrivée dans Alexandrie produisit un effet extraordinaire : tous accou­raient pour le voir et l’entendre. Après quelques jours passés dans cette ville, il se hâta de rentrer dans sa solitude. Le gouverneur d’Egypte le pressait de prolonger son séjour ; il lui dit : « Il en est d’un moine comme d’un poisson : l’un meurt s’il quitte l’eau, et l’autre, s’il quitte son monastère ».

 

Craignant que les merveilles que Dieu opérait par ses mains ne lui acquissent trop d’honneurs et de considération, et qu’il finît par céder au démon de l’orgueil, le saint solitaire s’éloigna des lieux où il était trop connu et s’en alla en Haute-Thébaïde. Il se fixa dans une étroite caverne, au pied du mont Qolzum (près de l’actuelle Suez), qu’on a depuis appelé mont Saint-Antoine, et où ses disciples et aussi les démons ne tardèrent pas à le découvrir. Plu­sieurs de ceux-là voulurent s’installer auprès de lui ; mais il leur accorda seulement de se fixer à douze lieues dans un monastère, où il venait de temps en temps exhorter les religieux à la ferveur. Ils vivent à proximité dans des grottes et l’écoutent prêcher, s’associent à lui pour prier. Au fil des ans, ils se regroupent en différents noyaux de disciples choisissant un plus ancien à leur tête et choisissant tous Antoine comme guide spirituel.

Ce vénérable père des solitaires mourut entre les bras de ses disci­ples, le 17 janvier de l’an 356, à l’âge de cent cinq ans. Le culte de saint Antoine a été partout très célèbre, et est resté po­pulaire jusqu’à maintenant ; il serait impossible d’énumérer tous les pays dont ce grand saint est le patron, et toutes les églises dont il est le titu­laire. L’extraordinaire enthousiasme que son exemple provoqua lui mérita le titre de «  père des moines ».

 

Périples des reliques

A la fin du XI ème siècle, un seigneur Dauphinois nommé Geilin, voit après un pèlerinage en Terre Sainte auprès des reliques de Saint Antoine, la guérison de son fils qui souffrait du mal des Ardents et rapporte alors les reliques Elles sont déposées au village de la Motte aux Bois, qui prend le nom de Saint Antoine et plus tard celui de Saint Antoine l’Abbaye. Il fonde alors une communauté séculaire pour accueillir et aider les pèlerins venant prier le Saint pour demander des guérisons. Tout de suite la communauté doit créer différents hospices dans les Alpes (comme à Gap, puis en Allemagne, en Italie, en Espagne (tel San Anton). La communauté se transforme en un ordre religieux soumis à la règle des Augustins. Mais des conflits éclatent entre les Bénédictins et les Antonins qui deviennent des chanoines réguliers de l’Abbaye de Saint Antoine. Ces derniers ont pour vocation et pour mission de guérir le mal des Ardents qui fait de grands ravages depuis le XI ème siècle. Au XIIIe siècle, le Pape confie les lieux aux chanoines de l’Ordre de Saint-Antoine. De grands travaux d’extension sont menés du XIVe au XVIe siècles, période faste pour l’Ordre en général et l’abbaye en particulier. Au XVIII ème siècle la maladie recule. A partir de cette époque l’ordre des Antonins décline. De Saint-Antoine-l’Abbaye, les reliques de Saint Antoine seront transférées à Saint-Julien-d’Arles. En janvier 2006, elles seront déplacées d’Arles vers l’Italie sur l’île d’Ischia, située à l’entrée du golfe de Naples.

 

Iconographie

La vie de saint Antoine et ses tentations ont inspiré de nombreux artistes, notamment Jérôme Bosch, Pieter Bruegel, Dali, Max Ernst, Matthias Grünewald, Diego Vélasquez. Gustave Flaubert lui a également consacré un récit (La Tentation de saint Antoine). Les artistes ont aussi souvent représenté sa rencontre avec saint Paul de Thèbes, peu de temps avant la mort des deux ermites (cathédrale de Chartres).

Pour le reconnaître : saint Antoine est représenté sous l’aspect d’un vieillard barbu, il est vêtu de la robe de bure à capuchon des moines antonins, mais parfois il apparaît aussi en abbé mitré. Il est l’un des saints aux nombreux attributs, dont voici la liste :

Tau ou croix potencée : bâton en forme de T qui lui sert de crosse abbatiale, parfois simplement broché en bleu sur son épaule.

Clochette : attribut des ermites qui s’en servaient pour repousser les démons, effrayés par le bruit des clochettes comme par la lumière des cierges.

Cochon : de nombreuses représentations du saint nous le montrent accompagné d’un cochon portant une clochette, il s’agirait d’un sanglier diabolique qu’Antoine aurait domestiqué ou plutôt d’une allusion au privilège qu’avaient les moines de l’abbaye de Saint Antoine en Dauphiné de laisser vaquer leurs porcs, reconnus car munis d’une clochette (le cochon de saint Antoine est souvent « clariné »).

Feu de Saint Antoine : des flammes jaillissent sous les pieds du personnage, allusion au feu de Saint Antoine, épidémie contre laquelle le saint est invoqué.

 

Attention ! Ces nombreux attributs permettent de distinguer facilement le célèbre saint Antoine l’ermite (250-356) du populaire saint Antoine de Padoue (1195-1231), représenté avec l’Enfant Jésus et invoqué pour retrouver les objets perdus.
***

– Efforçons-nous de ne rien posséder que ce que nous emporterons avec nous dans le tombeau, c’est-à-dire la charité, la douceur et la justice…

– Les épreuves nous sont, en fait, profitables. Supprimez la tentation et personne ne sera sauvé. Saint Antoine le Grand

 

Principiis obsta ! « Je traite ces sortes de choses [suggestions du démon] comme les guêpes, qu’on chasse au plus vite ». (Mme Louise de France, carmélite.)

 

Contact rapide

PAGES (en construction)